Béatrice Libert


PRÉSENTATION
Née à Amay-sur-Meuse, le 1er décembre 1952, elle vit à Liège.Depuis l'enfance, Béatrice Libert est fascinée par le monde du langage et l'empire des mots. Elle a été longtemps professeur de français et de théâtre dans l'enseignement secondaire.Aujourd'hui, elle écrit, anime des ateliers d'écriture pour adultes, des rencontres littéraires, donne des conférences et des formations continuées pour les enseignants désireux de s'ouvrir à la poésie moderne et contemporaine. Elle dirige la collection L'horizon délivré , consacrée à la Pédagogie et aux Arts, dans la Maison d'éditions Couleur Livres à Charleroi. Elle est aussi comédienne. Ses lectures publiques sont accompagnées par la harpiste liégeoise, Angélique Giorgio. Son spectacle créé à partir de ses textes, mis en scène et interprété au Théâtre royal de L'Etuve en 2008 et 2009 a été sélectionné pour le Festival de Stavelot en juillet 2009.Quelques-uns de ses poèmes ont été mis en musique par Michel Bruno (Liège), Xavier Buffet (Paris) et Jean-Luc Darbellay (Bern).Passionnée par l'art sous toutes ses formes, elle collabore avec des artistes musiciens, peintres, graveurs et photographes. A ce titre, elle a cosigné une quinzaine de livres d'artistes et collaboré à plusieurs expositions. En 2008, elle a créé une collection de cartes poèmes avec peintures ou collages personnels.Critique de poésie, elle a consacré plusieurs études à l'oeuvre du poète et romancier français Jean Joubert ainsi qu'à la poésie des femmes. Elle a publié des poèmes, des essais littéraires et pédagogiques, des récits, des nouvelles, des œuvres pour la jeunesse et le théâtre. Elle est membre de l'Association des Écrivains Belges, du Cief, de la Charte, de la Scam et du Pen Club international. Ses poèmes sont traduits en plusieurs langues et publiés en revues, anthologies ainsi que sur divers sites.

BIBLIOGRAPHIE


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Yves Namur a signé de nombreuses anthologies de qualité, seul ou en tandem avec la regrettée Liliane Wouters. Son catalogue du Taillis Pré atteste de ses goûts et de son jugement d’éditeur. Tout choix étant un parti-pris, il est inévitable que le travail d’éditeur ou d’anthologiste soit sujet à controverse : il en assume parfaitement le risque depuis le début des années 1980. Et il rend ici justice à un poète auquel les landerneaux littéraires successifs ont prêté, comme à beaucoup de femmes dans l’histoire des Lettres, une attention trop souvent superficielle. Béatrice Libert n’est pourtant pas une inconnue : pédagogue, animatrice d’ateliers d’écriture et de collections littéraires, dont l’une dédiée à la jeunesse, elle est sensible aux arts plastiques.…


Le Carnet et les Instants

Sur les soixante poèmes qui composent le nouveau recueil de Béatrice Libert, trente-six commencent par – ou contiennent – une citation d’Yves Namur, hormis trois emprunts à Fernando Pessoa, à Louis Aragon et… à l’auteure soi-même. « Citation », à vrai dire, n’est pas le mot qui convient : il ne s’agit pas de hors-textes mais plutôt d’amorces, dont le caractère exogène passerait d’ailleurs inaperçu s’il n’y avait les italiques. Ainsi ces textes à deux voix ont-ils l’apparence de pures monodies, et leur origine intertextuelle se résout-elle en une osmose parfaite. Si le procédé laisse deviner une forme d’allégeance ou de soumission, celle-ci apparait consentie, ou plutôt librement décidée. « Je relis tes poèmes », les miens sont…


Le Carnet et les Instants

Vêtu d’un pyjama bariolé offert par sa marraine, le nez dans un livre dont l’a doté son parrain, Noël s’assoupit et dégringole dans un étrange rêve, blanc comme neige. Blanc comme à la montagne. Contrairement au Paradis Blanc à l’abri de la violence cher à Michel Berger, le Pays Blanc où atterrit notre héros est un endroit à l’aura plutôt lugubre où non seulement on regarde l’altérité – ici toute trace de couleur – avec méfiance et hostilité, et où chaque tentative de penser autrement est cadenassée par l’adage « Tout est blanc, tout est pur, c’est la loi ». Pire encore, on punit ceux qui oseraient hausser le ton. Mais Noël est pugnace, et malgré ceux qui cherchent à le décourager d’explorer plus avant cet endroit pour retrouver…


Le Carnet et les Instants

On ne demande pas au saladier
De raconter des salades
Ni à l’armoire à épices
De passer muscade
Encore moins au sel de casser
Du sucre sur le dos du cabillaud 


« Créadivaguer », tel est le mouvement qui semble avoir présidé à l’écriture de La sourde oreille et autres menus trésors de Béatrice Libert, publié aux Éditions Henry. La poétesse, qui n’en est pas à son premier ouvrage de poésie ni à sa première collaboration avec un artiste, s’associe ici avec l’artiste Pierre Laroche pour livrer ce petit bijou de poésie pour la jeunesse.

Poèmes et collages tissent entre eux une relation de douceur et de légèreté. Les tons des poèmes sont…