Résultats de recherche pour “Laurence Boudart” 1 à 24 (24)

Martine, une aventurière du quotidien

Laurence BOUDART , Martine. Une aventurière du quotidien , Impressions nouvelles, coll. « La fabrique des héros », 2021,…

La tribu Bodart-Richter : Entre écologie et poésie

Florence RICHTER et François OST (dir.), La tribu Bodart-Richter. Entre écologie et poésie, AML Éditions, coll. « Archives du…

La Vie des abeilles / L’Intelligence des fleurs

Dépassant les clivages entre scientifiques et poètes, précurseur d’une pensée d’une intelligence…

Loin de Linden

Veronika MABARDI , Loin de Linden suivi de Adèle , Impressions nouvelles, coll. « Espace Nord », 2023, 280 p., 9 € , ISBN : 9782875685919Cet automne, Veronika Mabardi est entrée…

Du fantastique à ses subversions dans la littérature belge francophone

Si le terme «  fantastiqueur  » a été forgé par Théophile Gautier en pleine apogée…

Le Futur de l’archive et l’Archive de demain

Contrairement à l’image poussiéreuse que lui prête l’imaginaire populaire, l’archive est avant tout une affaire d’avenir. Dans la…

Les AML récoltent les archives de quarantaine des écrivains

La crise sanitaire du Covid-19 a poussé la Belgique à un confinement de plusieurs semaines. L’opération « Archives…

Maisons d’écrivain: où en est la Belgique?

Pour une Europe des patrimoines littéraires? « Il faut des résistants à l’amnésie culturelle ambiante ». C’est par ces mots que Jacques…

Le Carnet et les Instants - n° spécial - juillet 2023 - Spécial Espace Nord

Sommaire • Jean-Luc Outers: «La collection Espace Nord est devenue une…

Du fantastique à ses subversions dans la littérature belge francophone

Si le terme «  fantastiqueur  » a été forgé par Théophile Gautier en pleine apogée du romantisme français (en 1831 !) à propos de l’Allemand Hoffmann, c’est sans conteste à Jean-Baptiste Baronian que l’on doit sa complète intronisation dans le domaine des études littéraires. En appliquant ce substantif à plusieurs écrivains, Baronian circonscrivait une «  école belge de l’étrange  » dont les principaux représentants se nommaient Jean Ray, Jacques Sternberg, Jean Muno… D’assez limitée au départ, la photo de groupe s’est considérablement élargie lorsqu’il est apparu que «  le fantastique se définit […] comme une écriture plutôt que comme un genre  ». C’est à Jacques De Decker que l’on doit cet imparable constat et il est vrai qu’à considérer l’ensemble de la production francophone belge, depuis ses origines, il apparaît que le fantastique est constitutif de son ADN. À la faveur d’un seul titre parfois, il se retrouve dans la bibliographie d’un.e écrivain.e qui ne s’est pas forcément illustré.e souvent dans cette veine. Pour preuves les romans Médua ou Nausica de Maurice Carême, double et sombre hapax immergé dans une production placée sous le sceau d’une poésie fraîche.Les contributions rassemblées par Isabelle Moreels et Renata Bizek-Tatara et issues d’un colloque hispano-polonais en avril 2021, ont pour premier mérite de mettre en évidence la plasticité et l’hybridité essentielles du fantastique belge. Il est au théâtre, en nouvelle, en roman, en poésie ; il sinue du naturalisme à l’écoféminisme en passant par le surréalisme ; il est tour à tour sanguinolent, diabolique, froid, sarcastique, cruel, burlesque, ou banalement quotidien ; il est enfin autant féminin que masculin – le sublime Les roseaux noirs (1938) de Marie-Thérèse Bodart demeure en la matière une quintessence.Mais où qu’il se niche et quel que soit son avatar, le fantastique demeure fondamentalement subversif. Son humour grinçant ou sa propension à la parodie lui permettent de déjouer tous les codes et de rompre avec tous les canons, de se rire des conventions et surtout, pour notre plus grand plaisir, de nous « inconforter ». Qu’il est bon, comme nous y incite Jacques Finné, de frissonner au côtoiement de ces figures vampiriques, loin des Carpathes mais proches de la Gare du Midi, qui s’attachent à nous contaminer de leur nostalgie (Christopher Gérard) ou à nous suggestionner (les frère et sœur Nizet) ! Qu’ils sont rafraîchissants, ces Contes glacés de Sternberg proposés en micro-portions perverses par Estrella de la Torre Gimenez ! Comme il inquiète, cet imaginaire postapocalyptique décelé par Laurence Boudart chez trois inattendu.e.s sur ce terrain : Harpman , Barreau et Wauters … Qu’ils sont fascinants à explorer en compagnie d’Aleksandra Komandera, les arcanes des Fantômes du château de cartes de Marcel Mariën !Pour Baronian, les manifestations du subversif dans le fantastique belge sont «  parfois sournoises et retorses  ». Ce sont les deux revers de la subtilité et de la sophistication auxquelles peut atteindre notre littérature dès qu’elle s’aventure sur le terrain qu’elle connaît le mieux : l’Inconnu. Frédéric Saenen…

Textyles 62 : François Emmanuel - Un écrivain sur la terre

François Emmanuel (1952) est un auteur discret. Pourtant, son œuvre connaît un indéniable succès public et critique.…

« L’Ange de la mort », une nouvelle adaptée en court-métrage : entretien avec Martine Colas, autrice et réalisatrice

Lettres Numériques participe comme l’an dernier à la campagne « Lisez-vous le belge ? », organisée par le Partenariat Interprofessionnel du Livre et de l’Édition numérique (PILEn) du 1er novembre au 6 décembre 2021. Dans ce cadre, nous souhaitons mettre en avant le livre belge francophone décliné sur des supports « inattendus » et transmédias. Pour cela, nous avons rencontré Martine Colas, autrice, mais aussi scénariste, réalisatrice, productrice et éditrice, qui a adapté son premier écrit, L’Ange de la mort, en court-métrage. Lettres Numériques : Pourriez-vous tout d’abord vous présenter à nos lecteurs et nous parler de votre parcours ? Martine Colas : J’ai deux casquettes très différentes, il y a d’un côté la littérature et de l’autre le cinéma. Côté cinéma, j’écris des scénarios, je réalise des courts-métrages et je produis à la fois de mes propres réalisations et celles d’autres personnes. Côté littéraire, j’écris des romans, je corrige des manuscrits et je suis éditrice d’une maison d’édition. Je mélange donc ces deux univers-là, j’ai toujours été passionnée par la lecture et l’écriture surtout, par le cinéma et par la musique. Comme ce sont trois domaines qui ne me quittent jamais depuis mon enfance, à un moment donné, je me suis dit qu’il était temps d’approfondir tout cela. Un jour, j’ai eu l’opportunité de réaliser un court-métrage et je me suis lancée. Je me suis renseignée, j’ai contacté des techniciens et des acteurs, nous y sommes arrivés et j’ai fait d’autres films par la suite. Vous avez commencé par la réalisation, ou bien d’abord par l’écriture ? Ma première passion est indéniablement l’écriture. J’ai commencé par écrire, car j’ai trouvé un jour un concours d’écriture sur Facebook : il fallait écrire une petite nouvelle et j’ai écrit une histoire, L’Ange de la mort, qui a été sélectionnée et éditée par un éditeur bruxellois, avec d’autres auteurs, dans un recueil de nouvelles. C’était mon tout premier concours, ma toute première publication et mon premier prix. À partir de là, j’ai eu un déclic : pourquoi ne pas me lancer dans l’aventure. Comme j’avais déjà un tas de petites histoires qui rodaient dans ma tête, autant les écrire. Ma deuxième écriture devait être celle d’un roman, mais ce fut finalement celle d’un scénario. J’avais commencé à écrire La Nuit des secrets, mais très rapidement, après le troisième ou le quatrième chapitre, j’ai eu de grosses difficultés à continuer parce que je voyais énormément d’images et ce n’était pas ma façon habituelle d’écrire. Quand j’écris, j’ai avant tout des phrases qui me viennent en tête, mais là c’était plus que ça, c’était très imagé : je voyais vraiment des personnages très typiques dans des situations précises. En discutant de cela avec mon entourage, ma fille m’a lancé une boutade, elle m’a dit : « Tu n’as qu’à faire un film », et je l’ai pris comme un défi. Mon deuxième écrit s’est alors transformé en scénario de film, le premier court-métrage que j’ai réalisé. Comment se passe le passage de l’écrit à l’écran, quelles sont les différentes étapes et les différences entre l’écriture d’une nouvelle et d’un scénario ? Un scénario, c’est quelque chose de très visuel, on est tout le temps dans l’action, alors qu’un roman, ce sont des descriptions, des situations imaginées : on doit décrire aussi bien un endroit que les émotions d’un protagoniste de l’histoire par exemple. Lorsque nous lisons un scénario, nous devons avoir directement les images en tête. Ensuite, nous le décortiquons dans tous les sens et nous faisons des listes : tous les personnages, les vêtements, les accessoires nécessaires, les lieux, les véhicules, etc. Après avoir listé tout cela, il faut trouver les lieux de tournage. À ce moment-là, soit on dispose d’un grand budget et d’accès à des studios où on peut créer exactement ce dont on a envie, soit on doit trouver des lieux qui ressemblent au plus près à ce que l’on imagine. Parfois, nous avons la chance de trouver des acteurs et des lieux qui correspondent exactement à l’image que nous avions d’eux. Le scénario va donc s’adapter aux lieux et aux acteurs dont on dispose, ainsi qu’aux ambiances. Le roman, lui, ne s’adapte pas par la suite, il est écrit et il reste figé, contrairement au scénario. Pour ma part, que j’écrive un roman ou que je réalise un film, dans les deux cas, je me sens comme un poisson dans l’eau et j’arrive à jongler entre les deux. Concernant l’adaptation de votre nouvelle L’Ange de la mort en court-métrage, quels sont les changements que vous avez appliqués au cours de l’écriture du scénario et lors de la réalisation ? C’est la toute première histoire que j’ai publiée, mais c’est aussi le dernier film que j’ai réalisé. J’ai d’abord réalisé La Nuit des secrets, de là j’ai enchaîné sur un deuxième film puis un troisième film, ensuite des personnes m’ont contactée parce qu’elles voulaient trouver un réalisateur et un producteur pour trois films. Après tout cela, je suis revenue à L’Ange de la mort, car tout ce que j’écris, je veux l’avoir dans les deux formats : le livre pour les lecteurs et le court-métrage pour les cinéphiles. L’Ange de la mort a été réalisé six ans après son écriture donc forcément des choses ont été modifiées. En l’occurrence, les lieux n’ont pas changé, ni la trame, mais dans ce film il y a un personnage en plus. J’ai également réduit très fortement les dialogues d’un des protagonistes qui existe aussi dans le livre, pour lui donner beaucoup plus de prestance visuelle. Ensuite, au montage, nous avons ajouté quelques effets fantastiques. En dehors de cela, il n’y a pas eu d’autres gros changements. Ce court-métrage a reçu quelques prix un peu partout dans le monde : en Angleterre, en Italie, en Inde, en Biélorussie, en Turquie… C’est satisfaisant de constater qu’il voyage. Quels sont vos futurs projets ? Y a-t-il d’autres formats que vous souhaitez explorer pour vos histoires, après le livre et le court-métrage ? Après avoir réalisé et produit sept courts-métrages, je me dis qu’il serait peut-être temps de me diriger vers les longs-métrages. Les seules choses qui diffèrent, ce sont les moyens financiers et le temps consacré au film. Que j’écrive un scénario de 20 pages ou de 150 pages, les réflexions sont identiques, il s’agit du même travail. Pendant que je réalisais des films, j’ai écrit d’autres romans, principalement des thrillers et des drames psychologiques, et je ne peux pas m’empêcher de vouloir réaliser des films de mes livres et vice versa. J’aimerais réaliser un long-métrage à partir d’un roman que j’ai écrit en 2018, Un mari de trop, un drame qui se passe sur la Côte d’Opale en France. Maintenant il faudra beaucoup de temps pour cela, sûrement plusieurs années. Entre-temps, j’ai créé une maison d’édition à compte d’éditeur et pour le moment je m’y engage à fond : nous venons de signer des contrats avec des auteurs et au printemps prochain nous allons publier nos premiers livres. J’écris aussi actuellement mon cinquième livre, mais je garde l’idée de réaliser un long-métrage un jour, dès que je me sentirai prête. Lorsque ce sera le cas, la première étape sera de transformer le texte en scénario. J’ai aussi un autre court-métrage en attente, avec Renaud Rutten, mais là ce n’est pas par manque de temps, mais par manque de lieu : dès que je le trouverai, ce film se fera dans la foulée. J’ai donc tous ces projets, qui occupent bien mon temps, mais heureusement je suis aidée : j’ai toute une équipe derrière moi et je peux faire plusieurs choses en même temps. Pour en revenir à L’Ange de la mort, vous avez donc réédité ce texte en l’accompagnant du scénario…

Le Carnet et les Instants - 2e trimestre 2021 - La Carnet et les instants 207

Sommaire • Namur, l’enquête littéraire (… et petite flânerie littérante…

Le Carnet et les Instants - 4e trimestre 2019 - Le Carnet et les Instants 204

Sommaire • 1870-1970: un siècle de poésie féminine  par  Gérald Purnelle…

Francophonie vivante - 1 - 2017 - Faites vos jeux !

Sommaire • Editorial par Jérémy Lambert ,  François-Xavier Lavenne ,  Laurence Pieropan • Le jeu de Colin-Maillard par Michel Arnold…

Projections - 10 - hiver 2015-2016 - La ville pour horizon

Sommaire • A l'ombre du jour (in Dossier) par Jean-Édouard Delreux • Daniel Fano : chroniqueur de réel / poète…

Francophonie vivante - 2019 - 1 - Archives: le futur du passé

Sommaire • Editorial par Jérémy Lambert ,  François-Xavier Lavenne ,  Laurence Pieropan ,  Myriam Watthee-Delmotte…

Le Carnet et les Instants - 2e trimestre 2019 - Le Carnet et les instants 202

Sommaire • Édito. Le livre du futur par Nausicaa Dewez • Marcel Moreau.…

La guerre de nos écrivains. Une chronique littéraire de 14-18

Coup de cœur pour les différentes facettes du projet « Grande Guerre » des Archives et Musée de la…

Le Carnet et les Instants - 1er trimestre 2019 - Le Carnet et les instants 201

Sommaire • Dans l’intimité de la bibliothèque de Joseph Ndwaniye…

Francophonie vivante - 2 - 2018 - Atout prix

Sommaire • Éditorial par Jérémy Lambert ,  François-Xavier Lavenne ,  Laurence Pieropan • Être juré du Prix Goncourt. Une responsabilité…