Résultats de recherche pour “Jean Jauniaux” 1 à 30 (72)

Les chapeaux rouges

En attendant d’être servi, Sébastien se met à rêver les yeux fermés face au soleil. Il pense à son rendez-vous avec la téléphoniste. Elle porte un chapeau rouge. À part…

L’ivresse des livres

Jean JAUNIAUX , L’ivresse des livres , Préface de Jacques De Decker, Zellige, coll. “Vents du Nord”, 2020, 160 p., 16 €, ISBN : 978-2-9147-7394-2Parler du livre…

Le Pavillon des Douanes

Parce que l’Histoire est faite des petits événements, tout épisode grandiloquent a sa face cachée. Jean Jauniaux les revisite et invente les prochains, du rôle d’un…

Belgiques

Nouvelles, souvenirs, évocations : les textes de Jean Jauniaux, réunis sous le titre Belgiques , égrènent sentiments, impressions, humeurs, couleurs.On participe à l’exaltante, foisonnante préparation…

L’année dernière à Saint-Idesbald

Sans domicile fixe, Jean-Baptiste vient, dès qu'il le peut, se réfugier dans la salle de lecture d'une bibliothèque de Bruxelles.…

Tranchée

Jeannot, 6 ans, interroge souvent son grand-père sur la guerre des tranchées qu'il a vécue. Un jour, le Tour de France passe devant la maison des grands-parents à Écaussinnes et le grand-père s'en…

Perception de Delvaux

Sous le titre intrigant Perception de Delvaux , une nouvelle de Jean Jauniaux imagine une rencontre touchante, un jour d’été, dans le musée de Saint-Idesbald consacré…

Julos Beaucarne : La poésie comme royaume (L'Article n°10)

Julos Beaucarne a pris son vélo pour l’arc-en-ciel et ses longs cheveux blancs font…

La faculté des Lettres : Éparpillements monographiques à propos de Jacques De Decker (volume 1)

Ensemble de fragments consacrés à l'oeuvre de l'écrivain belge Jacques De Decker. Dans ce volume, sont étudiées ses années d'apprentissage, son travail de biographe, son rôle dans la revue Marginales et son approche de l'écriture romanesque. Contient également des interviews que l'écrivain a accordées à l'auteur.…

Nettoyage à sec

William a perdu son emploi et survit difficilement. De sa vie passée, il lui reste son costume et deux ou trois chemises, dont il prend un soin méticuleux afin de donner le change.William…

La reine d'Ecaussinnes

De retour dans sa ville natale, le narrateur se souvient avec nostalgie de l'époque où il a abordé une célébrité du cinéma dans une salle désaffectée.De retour dans…

La cravate royale

A Bruxelles, Albert-Félix s'apprête à prendre sa retraite. Plus personne ne porte de cravate ! C'est alors que son fils, Philippe-Léopold, a une idée originale...A Bruxelles, Albert-Félix…

Le bull de mon père

Idesbald admire son papa, conducteur de bulldozer. Aux yeux de l'enfant, c'est le meilleur ouvrier du chantier qui est à l'oeuvre dans le petit village de Ronquières, en Belgique.…

Le Pavillon des douanes

Un fil rouge relie les nouvelles réunies dans ce recueil : la ligne d'horizon de la mer du Nord. Elle inspire à l'auteur des histoires que baignent une dérision salutaire…

Les Mots de Maud

Jean-Baptiste, écrivain public et nègre à la retraite, se souvient de tous ceux qu'il a aidés à écrire et à trouver leurs mots, en particulier de Maud qui lui avait demandé d'écrire…

Dépasser la mort : L’agir de la littérature

« Je suis juste quelqu’un qui, comme nous tous, a vu s’effondrer la falaise…

La Dame au balancier de neige : bréviaire d’amour ; suivi de Heaume de l’Être

Il est des titres qui font l’envie tant on aurait aimé qu’ils soient encore disponibles pour, à partir d’eux, inventer des contes, des fables, des poèmes. Il en est ainsi de La dame au balancier de neige , déposé sur la couverture du dernier recueil de Sébastien Lise (pseudonyme de Joël Goffin), illustrée du tableau de Vermeer van Delft, La dame à la balance. Un « Avertissement » décrit au lecteur la genèse de ce volume composé de deux ensembles : «  un long poème linéaire et cohérent jailli d’un trait  », La dame au balancier de neige, prolongé du Heaume de l’Être, «  un titre sous forme de jeu de mots révélateur d’une période expérimentale  ». Chroniqueur littéraire, poète et spécialiste de littérature symboliste, Sébastien Lise s’est fait connaître sous son vrai nom, Joël Goffin, par de nombreux livres et publications sur la vie littéraire, se spécialisant notamment sur la vie et l’œuvre de Fernand Khnoppf et Georges Rodenbach. À ce dernier il consacre un site de référence . Le sous-titre du recueil nous invite lui aussi à éclairer notre lecture d’une lumière spécifique : Bréviaire d’amour semble indiquer qu’une liturgie rythmera notre cheminement dans le livre dont le premier poème, « La justice », évoque cette lumière diaphane, ce décor d’antan, ce regard voilé de La dame à la balance .L’« Avertissement » nous invitait à lire l’ « Œuvre »   dans l’ordre proposé , comme si de l’enchaînement des textes naîtrait un sens qui échappe à chacune des pages, lues séparément.  Pourtant, chaque poème se déploie comme autant d’explorations d’une souffrance, d’une déchirure, d’une inconsolation. Les titres en disent long : « Geôle » , « L’âme hors » , « La démantelée » , « Déluge » … Et le poète nous serre à la gorge en évoquant ce mobile ossuaire qu’est l’échiquier du monde. À chaque poème, on imagine des séquences qu’aurait filmées un Ingmar Bergman, des pièces de théâtre qu’aurait mises en scène un Ghelderode. Sébastien Lise partage avec ceux-là l’exploration et l’exaltation des imaginaires que débrident la liberté du style et l’inspiration trépidante. Il n’est pas une image, pas un phrasé, pas un jeu sur les mots qui ne nous transporte dans une imagerie onirique tempétueuse.On retrouve cette ferveur ténébreuse dans Heaume de l’Être. Ces textes, sélectionnés parmi les « poèmes anciens  1981 – 1988 » s’inscrivent dans ce sillage tellurique auquel nous entraînait la première partie du livre. La Flandre y est présente à travers les tableaux évoqués ( La chute d’Icare ), mais aussi dans les lieux que la plume acerbe du poète explore et semble vouloir déchirer comme ce « Mer du mort-Moortzee » dont l’ironie du titre tente – en vain – de voiler le chagrin qu’inspire la mort d’un père. Promenade dans Bruxelles aussi (dont on reconnaîtra les lieux qui inspirent l’écrivain), Heaume de l’Être s’achève par ces « Derniers vers » qui sonnent comme un glas poignant : J’entre dans le désert de mon dernier hiver Dans l’eau je veux dormir la mer suffira-t-elle Je me sens dériver je n’ai plus besoin d’ailes Les morts seraient heureux s’ils savaient qu’ils sont morts… Le livre se referme sur un des Holy Sonnets de John Donne (1573-1631) qui débute par cette injonction Mort, cache ton orgueil… Traduction libre par Sébastien Lise du sonnet : Death, be not proud. Jean Jauniaux La voici  qui  s’avance Par la nuit sans étoile Son regard dans le vide Et ma voix qui chancelle Et mon chant qui se voile Retournons sur nos pas Ne jouons pas leur jeu Rien n’excède un…

Identités plurielles

La belle enseigne des éditions Bleu d’encre ne cesse d’enrichir son catalogue. Avec Identités plurielles de Suzy Cohen , le public peut découvrir le deuxième recueil de cette…

Incandescence

Ma dernière cendre sera plus chaude que leurs vie… Ce premier exergue ouvre le recueil Incandescence de Tatiana Gerkens , que publie Bleu d’encre,  la belle maison d’édition de…

Le chantoir du diable

Créatrice  et directrice de la maison d’édition Murmure des soirs – dont on célébra il y a peu la première décennie –, Françoise Salmon publie le dernier roman en…

Orange sanguine

Avec six romans à l’enseigne du « Noir corbeau », la collection éponyme des éditions Weyrich prend son envol dans le paysage de la littérature  policière. La Belgique francophone…

Les bons offices

On ne soulignera jamais assez combien la littérature francophone de Belgique, lorsqu’elle est mise en valeur dans des éditions de prestige, retrouve la place qui lui revient, dont…

La misère se porte bien

Dès le titre,  le dernier roman en date de Francis Dannemark joue de la polysémie : « misère » s’inscrit dans le domaine de la botanique et non de…

La colère des simples

Les éditions Sans escale publient cet automne le premier roman de Pascaline David .Sous le titre polysémique de La colère des simples , la romancière crée un univers…

Trouble

La poésie demande à être apprivoisée par le lecteur. Parfois, elle exige plusieurs lectures successives afin d’en retirer, comme aux passages des couleurs sur une pierre lithographique, des émotions,…

Le fugueur précoce

La lettre volée publie simultanément deux livres d’ Alfredo Diaz Perez , un court roman et un recueil de six nouvelles, réunissant sept récits attachants autant…

Prendre mot

Le dernier recueil du poète hennuyer Philippe Leuckx paraît chez Dancot-Pinchart, une nouvelle enseigne, créée par Pierre Dancot et Nicolas Pinchart. Leur maison est, nous dit la quatrième…