Résultats de recherche 1 à 29 (29)

Le temps d'un souffle

Le temps d'un souffle : poèmes : illustrations de Blandy MATHIEU.

Refrain (fragment)

Visages d’attente, La flèche et le sang, Le pas du témoin. Un cyprès, la clef, Des hommes parlent, Des hommes se taisent, Mémoire d’une aube pure. Entre les colonnes Les…

Open way

Parce que pour écrire il faut d'abord être persuadé que tous les livres ont été écrits pour que quelqu'un leur emprunte quelque chose. (L. Durrell)   Ici commence Le chant qui jamais N'a cessé…

Le poème en moi...

Le poème en moi S'écrit de rien de rien Du vide vidé de son vide En moi... de l'écriture C'est du silence d'être Qui s'écrit C'est la rature du vide Qui s' Même le vent…

Ecrire

Ceux qui... Ceux qui ont côtoyé la mort étincelante Ont gardé dans leurs yeux cette acuité perçante Qui devine aussitôt un silence éloquent Ceux qui tiennent debout par leur volonté propre Titubent…

Variation Rimbaud

Au Jaseur Boréal Dans l'affection et le bruit neufs disais-tu et tes mots n'ont cessé de m'accompagner entre ciel et miel entre soleil et sommeil pour faire le tous de l'infini pour chercher…

L'art du haïku

L'instantanéité caractérise ce qui ne dure qu'un court espace de temps , ce qui disparaît à peine apparu. Portée aux nues par notre société moderne qui privilégie l'éphémère…

Editorial

Si je suis né , c’est pour mourir un jour ! Tout le reste n’est que du remplissage ! Fier ou non, honnête ou pas, quoi qu’on fasse, quoiqu’on dise, quoiqu’on pense, tout va à l’égout,…

La Motte-Piquet Grenelle un soir de mi-septembre

Le ciel est de sombre lavande. Une famille étrangère est montée, éclairant les strapontins avec un sourire…

Budapest-Bucarest

après avoir escaladé le mont Gellért pour embrasser les toits de Budapest et suer je m’en fus prendre les eaux et tout le reste aux Rudas gyógyfürdő pour enfin baigner ailleurs…

Edito

Le monde change de peau Sera-t-il laid ou bien beau Alain Souchon, Bidon, 1976 Le monde change / Rien de nouveau / Tourneboule, nous met sens dessus-dessous... Nouvelles technologies / Nouvelles richesses / Nouveaux…

L'édito de Patrice

Paris , ville lumière ! Où fait-il bon même au cœur de l’orage (Louis Aragon) Je t’écris/ en cherchant dans la manche du monde/ une main/ qui transforme la balle en drapeau…

Village

C’est un chemin qui grimpe et se perd dans les collines abreuvées de soleil. L’ombre et la lumière se le partagent. Un ruisseau y fait son lit de nourrisson quand les neiges des sommets se laissent…

Il reste toujours quelque chose des amours

Il reste toujours quelque chose des amours mortes ou perdues, un regard sur les prés, sur une fleur qui penche vers le soir,…

Qu'on me fiche la guerre

Il n’a plus de nom c’est un spectre bleu il s’avance il s’appelle Robert Desnos mais il aurait pu s’appeler Villon trompe-la-mort ou Nerval trompe-la-vie il s’avance…