Résultats de recherche pour “Laurent Robert” 1 à 24 (24)

Sonnets de la révolte ordinaire

Laurent ROBERT , Sonnets de la révolte ordinaire , Aethalidès, coll. « Freaks », 2020, 141 p., 16 €, 978-2-491517-04-5Parmi les plaisirs…

Sans morale

Il y a quelques années déjà, nous avions été séduits par un ouvrage de Laurent Robert ( Sonnets de la révolte ordinaire ) publié par la belle maison lyonnaise, Aethalidès. L’auteur,…

Guerres

Haiku de guerre Guerre contre soi les autres Fetide pulsion « Guerres » est un livre de poésie. Une poésie construite, ciselée. Le haïku y a trouvé naturellement sa place car il ne supporte pas les…

Gorgonzola

Au début on se demande ce qui se passe, on lit et on ne comprend que des « fusées », apparemment, car tout est dans une apparence biaisée dans le Gorgonzola de Laurent Robert. Une apparence…

Fragments de l'inachevée

Plonger au tréfonds de soi. forer le puits de l’être jusqu’au ressassement. jusqu’au danger d’un exercice où poindrait l’inanité — par l’ébranlement inin­terrompu…

Le Domino gris. Poèmes en prose

Enfant, nous jouions aux dominos, tout en nous travestissant sous un masque de tissu. Adolescent, nous tentions d’en saisir les combinaisons…

Textyles - 48 - 2016 - Utopie et anticipation

Sommaire • Présentation par Valérie Stiénon • L'expérience Toussaint par Jean Meizoz • L'anticipation en contexte Une école belge de l’anticipation…

Le Carnet et les Instants - 4e trimestre 2018 - Le Carnet et les instants 200

Sommaire • Ne penser qu’à ça (1993) par Amélie Nothomb • Splendeurs…

Cahiers internationaux de symbolisme - Université de Mons - coll. "Travaux et documents" 1-2013 - Traductrices et traducteurs belges Portraits réunis par Catherine Gravet

Sommaire • Cinq traductrices, dix traducteurs, vingt-et-un portraitistes, 2013 Présentation par Catherine GRAVET • MAURICE CARÊME  Anne GODART, Maurice Carême : une aptitude infinie à être heureux • ALEXIS CURVERS  Benoît D’AMBROSIO, Dis-moi qui tu traduis... • JACQUES DE DECKER  Thilde BARBONI, Jacques De Decker en apesanteur linguistique. Le théâtre dans la plume, la scène dans les yeux • MARIE DELCOURT  Evi PAPAYANNOPOULOU, Marie Delcourt à travers ses « Images de Grèce » Pierre RAGOT, Marie Delcourt, exploratrice et traductrice des tragiques grecs • EUGÈNE HINS  Anne DELIZÉE et Olga GORTCHANINA, Eugène Hins, un regard éclairé sur la Russie • FRANÇOIS JACQMIN  Sabrina PARENT, François Jacqmin, entre langue maternelle et langue d’adoption : la pratique de la poésie à la lumière de l’entreprise de traduction • HÉLÈNE LEGROS  Catherine GRAVET et Pauline STOCKMAN, Hélène Legros, traductrice pathétique • MAURICE MAETERLINCK  Hubert ROLAND, Maurice Maeterlinck : traducteur, médiateur et poète • ÁNGELES MUÑOZ  Ònia CAMPRUBI et Geneviève MICHEL, Portrait d’Ángeles Muñoz, passeuse de mémoire •  PIERRE POIRIER   Laurence PIEROPAN, Pierre Poirier, jurisconsulte, esthète et traducteur • ALAIN VAN CRUGTEN  Anne GODART et Corinne LEBURTON, Alain van Crugten traducteur. Une plume sportive, coquine et galopante Thilde BARBONI, Alain van Crugten, docteur honoris causa Carola HENN, Exporter la Flandre sans le flamand. « Het verdriet van België » en traduction • ROBERT VIVIER  Laurent BÉGHIN, « Beaucoup est perdu, mais sinon tout serait perdu. » Robert Vivier et la traduction littéraire • EMMANUEL WAEGEMANS  Benoît VAN GAVER, De la traduction à l’édition : histoire d’une passion. Portrait d’Emmanuel Waegemans, traducteur belge du russe en Néerlandais • FRANÇOISE WUILMART  Nadia D’AMELIO, Une femme, une cause. Portrait de Françoise Wuilmart 403 • MARGUERITE YOURCENAR …

Robert Vivier ou la religion de la vie

Genre : Essais littéraires Editeur : en coédition avec Le Cri Collection : Histoire littéraire Format : 15,5 X 24 cm Nombre…

Un jour, tu m'as dit... et autres poèmes

Textes réunis par Laurent Béghin. Avant-lire d'André Sempoux À propos du livre Par sa faculté de lever des questions majeures…

Les rois sauvages

Unités de temps, de lieu, d’action :  Les rois sauvages,  de Jean-Pierre Orban, pourrait sans conteste se plier aux règles de la tragédie classique, et même y trouver…

Gens des rues

Grâce aux persévérantes et sagaces recherches de Paul Delsemme, l'Académie est à même de publier pour la première fois Gens des rues , cent onze ans après les essais infructueux de Paul Heusy…

Tout le reste est littérature, entretiens avec Laurent Demoulin

L’entretien littéraire est un genre littéraire en soi, qui non seulement…

Le Carnet et les Instants - n° spécial - juillet 2023 - Spécial Espace Nord

Sommaire • Jean-Luc Outers: «La collection Espace Nord est devenue une…

Georges Simenon et Pierre Assouline

Le vrai critique serait un personnage qui se promènerait silencieusement dans l’histoire racontée et en saisirait tout ce que l’auteur…

Sous la douche, le ciel

Il est tard, levez-vous L’eau coule en la baignoire, Il faut laver ce corps que la nuit a souillé… Robert Desnos, Le réveil Il est tard, levez-vous L’eau coule en la baignoire, Il faut laver…

Légendes, intrigues et médisances autour des « archidupes » Charlotte de Saxe-Cobourg-Gotha, princesse de Belgique Maximilien de Habsbourg, archiduc d’Autriche Récits historique et fictionnel

André BÉNIT , Légendes, intrigues et médisances autour des « archidupes » Charlotte de Saxe-Cobourg-Gotha, princesse de Belgique Maximilien de Habsbourg, archiduc d’Autriche Récits historique et fictionnel , Postface de Marc Quaghebeur, Peter Lang, 2020, 437 p., 62 € / ePub : 65.41 € , ISBN : 978-2-8076-1472-7Dans la brève histoire (moins de deux siècles) de la famille royale belge, les noms qui suscitent encore aujourd’hui le plus de controverses sont ceux de Léopold II et Léopold III, respectivement associés aux mains coupées du Congo ou à la main serrée d’Hitler. L’attention des hagiographes s’est aussi davantage concentrée sur les mâles couronnés, pour saisir les états d’âme de Léopold Ier à régner sur un peuple de «  petits esprits  », pour forger le mythe du « Roi- Chevalier  » Albert Ier ou pour magnifier le doux sourire du «  binamé  » Baudouin. Il fallait une tragédie pour que soit sacralisée la Reine Astrid ou encore les qualités du dévouement ou du bon goût artistique, pour que prenne consistance la Reine Élisabeth… Mais à côté de ces figures forcément majeures et monopolistiques se ramifie tout un embranchement généalogique qui s’avère passionnant à explorer, où s’entrecroisent la grande et la petite histoire. Ainsi du couple atypique formé par la princesse belge Charlotte de Saxe-Cobourg-Gotha et l’archiduc autrichien Maximilien de Habsbourg. Si ces deux-là suscitèrent une littérature pléthorique – explicable par la fascination que leur trajectoire exerce ainsi que par l’intérêt des psychanalystes envers la composante de folie qui la caractérise – ils ont désormais trouvé en l’universitaire André Bénit leur meilleur raconteur .Il fallait en effet, pour traiter de leurs destinées commune et individuelles, un spécialiste des rapports entre histoire et fiction. Rien de surprenant dès lors à trouver, en exergue du volumineux ouvrage qu’il consacre à ce duo que l’on se plut à surnommer «  les archidupes  », pas moins de trois citations de Pierre Mertens, toutes extraites du roman Une paix royale , dont celle-ci : «  Il appartient aux grandes nations d’écrire l’Histoire. Il revient aux petites de conter, çà et là, quelques fables dont la morale est secrète, autant que si elle s’était cachée longtemps derrière une porte  ».Porté par une telle conviction, André Bénit déploie en alternance, dans chaque chapitre, la narration historique des faits et gestes, via les témoignages de contemporains, qu’il fait ensuite entrer en résonance avec leur écho fictionnel, pour aboutir à un moment de « réflexion » plus personnelle et métadiscursive, qui propose la synthèse des deux dimensions précédentes au libre examen du lecteur. Remarquable application d’une pensée dialectique, qui épouse et résout les complexités inhérentes à l’intelligence d’un propos éminemment complexe à débrouiller.Les écrivain(e)s Horace Van Offel, Robert Goffin, Marthe Bibesco, Juliette Benzoni ou Patrick Roegiers, les dramaturges Maurice Rostand ou Michèle Fabien, la poétesse Liliane Wouters, la Comtesse Hélène de Reinach Foussemagne, les historien(ne)s Alain Decaux, Michel de Grèce, Patrick Weber, Laurence Van Ypersele ou Dominique Paoli… Il suffit de consulter la bibliographie de l’ouvrage pour se rendre à l’évidence : ils et elles furent légion à s’emparer de la dramaturgie passionnelle qu’incarnèrent les mythiques «  Max et Charlotte  » et à tenter d’apporter leur éclairage sur les inépuisables questions qu’énumère Bénit en introduction : Qui était le père biologique de Maximilien ? Le mariage de Maximilien et de Charlotte fut-il d’amour ou d’intérêt ? Les époux eurent-ils une descendance ? Leur mariage fut-il seulement consommé ? Maximilien était-il homosexuel ou avait-il contracté une maladie vénérienne au Brésil ? Charlotte était-elle stérile ou trop étroite ? Eurent-ils, l’un et l’autre, des aventures extraconjugales ? Charlotte fut-elle empoisonnée au Mexique ? Que se passa-t-il réellement lors de ses entrevues avec Napoléon III en août 1866 et avec le Pape Pie IX le mois suivant ? De quand datent ses premiers troubles mentaux et quels en seraient les stimuli ? Quel fut le traitement qui lui fut infligé par la Cour de Vienne au cours de son séjour à Miramar, d’octobre 1866 à juillet 1867 ? Quels motifs, affectifs et/ou financiers, poussèrent son frère, le roi Léopold II, à la rapatrier en Belgique après l’exécution de son mari ? Maximilien fut-il victime d’une trahison à Queretaro ou organisa-t-il lui-même sa reddition ? Son comportement fut-il lâche ou chevaleresque après son arrestation par les hommes de Benito Juarez ? Charlotte était-elle vraiment folle ou feignait-elle la démence ?… André Bénit a conscience d’évoluer en permanence sur une très délicate ligne de crête, celle qui sépare la rigueur de la suggestivité, la vérité historique de la fiction romanesque – voire du mensonge. Son impeccable méthodologie critique nous convainc au final que les racontars, les médisances, le pathos surajouté, les interprétations les plus fumeuses, font partie intégrante de la réalité vécue par les personnages, et sont à la fois germe et fruit de chacun de leur acte, de chacune de leur parole. Un autre écrivain est convoqué pour étayer cet alliage irréfragable du réel et de l’imaginaire, et c’est Laurent Binet, qui constatait dans HHhH  que : «  pour que quoi que ce soit pénètre dans la mémoire, il faut d’abord le transformer en littérature. C’est moche mais c’est comme ça  ».Outre par son sujet, qui réexplore une facette troublante de notre passé national, le travail d’André…

Les rendez-vous numériques à la Foire du Livre de Bruxelles

Du 20 au 24 février 2014, le pôle numérique de la Foire du Livre de Bruxelles vous accueille pour une série…

Panorama d’une littérature pour adolescents (Dossier)

Loin d’être cantonnée à un genre particulier , la littérature pour adolescents se…