La Fédération Wallonie-Bruxelles à la Foire du livre de Bruxelles



Du 5 au 8 mars, la Foire du livre de Bruxelles prendra ses quartiers à Tour et Taxis. Cette édition, la dernière du commissaire Grégory Laurent, sera placée sous le thème du « Lire ensemble » et déroulera le tapis rouge au Maroc, pays invité, et à trois invités d’honneur : Leïla Slimani, Alessandro Baricco et Liao Yiwu. La Fédération Wallonie-Bruxelles sera présente comme chaque année, avec un programme culturel et un stand dédiés aux littératures belges francophones et en langues régionales

Le stand 205

La Fédération Wallonie-Bruxelles accueillera les visiteurs sur le stand 205, l’un des plus grands du salon. Une vaste librairie 100 % belge, avec des romans, de la bande dessinée, de la poésie, du théâtre, de la littérature de jeunesse disponibles en langue française, mais aussi en langues régionales. Tout au long de la Foire, des auteurs et autrices dédicaceront leurs oeuvres et rencontreront le public.C’est sur le stand que sera officiellement inauguré, le 4 mars, Objectif plumes, le portail web des littératures de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un portail répertoriant 5.000 auteurs et presque 40.000 oeuvres, qu’il sera possible de tester sur le stand pendant toute la durée de la Foire.

Des expositions

L’exposition Un thé avec Gaya est une plongée dans l’univers littéraire et graphique de Gaya Wisniewski, lauréate du prix de la première oeuvre de la FWB en littérature jeunesse pour Mon bison.

Le Salon des jeunes lecteurs se veut quant à lui un espace de respiration et d’inspiration poétiques! Placé sous l’égide de Carl Norac, poète national 2020, textes et illustrations emmènent les visiteurs en voyage, à la découverte des beautés minuscules et à la poursuite de leurs rêves. La poésie, c’est pas du pipeau !, foi de Pascal Lemaître. Ses étudiants de La Cambre exposent quelques affiches réalisées dans le cadre d’un projet sur Achille Chavée, dont Carl Norac est un grand admirateur.

Des rencontres

La FWB propose aussi de nombreuses rencontres :

Oufti c’est tof! – Redécouvrir, partager et transmettre sa langue régionale

Jeudi 5 mars à 15h – Scène Fintro Vous souhaitez vous initier au bruxellois, au wallon ou au picard ? Ou partager les rudiments d’une de ces langues avec vos (petits-) enfants? Les intervenants vous présenteront les meilleures recettes disponibles pour ce faire. Intervenants: Jean-Jacques De Gheyndt, Louise Moor et Bruno Delmotte

Animatrice : Nadine Vanwelkenhuyzen

« Forgeries » – Prix de la première œuvre en bande dessinée de la FWB en 2019

Jeudi 5 mars à 15h – Scène verte Présentation de cet ambitieux travail d’édition indépendante porté par Romane Armand, Éléonore Scardoni, Adrien Le Strat et une galaxie de contributeurs. Intervenants: Romane Armand et Éléonore Scardoni Animateur: Bruno Merckx

Le PECA

Vendredi 6 mars à 15h – Scène rouge Le PECA est le « Parcours d’Enseignement Culturel et Artistique » mis en place dans le cadre du Pacte pour un enseignement d’excellence. Il s’agira de présenter ce projet d’envergure qui a pour ambition de créer des liens entre la culture et le monde scolaire, les artistes, les œuvres et les opérateurs culturels avec les élèves et leurs enseignants. Intervenants: Jean-François Fuëg, Dominique Volters, Laurent Moosen et Marie Baivier Animatrice: Diane-Sophie Couteau

 

Rencontre avec Aurélie William Levaux, lauréate du prix Atomium FWB en 2018

Vendredi 6 mars à 20h – Scène rouge La rencontre avec cette créatrice aux multiples facettes, illustratrice, performeuse et autrice, s’inscrit dans le cadre de l’exposition qui lui est consacrée dans le Palais des Imaginaires. Intervenante: Aurélie William Levaux Animateur : Bruno Merckx

Marrakech noir Vendredi 6 mars à 20h – Pavillon marocain Rencontre entre les auteurs Fouad Laroui et Taha Adnan qui ont contribué au recueil Marrakech noir. Une occasion d’aborder leur pratique du genre de la nouvelle, leur regard sur une ville (Marrakech, Bruxelles…), leur lien au récit policier. Intervenants: Fouad Laroui et Taha Adnan Animatrice: Laurence Ghigny

Histoires de plumes Dimanche 8 mars à 11h – Scène verte Élevés en batterie, compagnons de vie ou libres et sauvages, les oiseaux inspirent les écrivains car ils questionnent le rapport de l’humain à l’Autre, à l’animal et à l’environnement. Intervenants: Gil Bartholeyns, Vinciane Despret, Nicole Malinconi Animatrice: Anne-Lise Remacle

Je et les autres: l’autobiographie renouvelée Dimanche 8 mars à 15h – Scène Fintro Comment parler à tou-te-s lorsque l’on parle de soi-même? Deux auteurs belges explorent de nouvelles formes d’écriture autobiographique. Intervenants: Charly Delwart et Jérôme Poloczek Animatrice: Nausicaa Dewez

Un programme jeunesse 

Un accent particulier sera également mis sur le jeune public. En suivant les « lignes de métro », les jeunes lecteurs (9-18 ans) sont invités à s’arrêter sur différents stands où les attendent des activités littéraires.Sous le nom de « Jeunes pousses », la Fédération Wallonie-Bruxelles consacrera un focus aux jeunes créateurs de littérature pour la jeunesse.Avec le colloque 0-5 ans : Éveiller aux langages, aux livres et à la lecture, c’est une journée de réflexion sur l’importance de l’accès à la lecture qui sera proposée.

En pratique

Du 5 au 8 mars Tour & Taxis – Avenue du Port, 86C – 1000 Bruxelles (accès piéton) ou Avenue du Port, 88 (Parking extérieur) Jeudi : 10h – 19h Vendredi : 10h – 22h Samedi : 10h – 19h Dimanche : 10h – 19h

Entrée gratuite sur inscription

Tout le programme de la Fédération Wallonie-Bruxelles à la Foire du livre

Le programme de la Foire du livre



FIRST:intervenant stand animatrice - "La Fédération Wallonie-Bruxelles à la Foire du livre de Bruxelles"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le métier de vivre (in Dossier)

Empathie, fatigue, corporalité et formes…

Où en est-on sur les souffrances au travail dans le secteur culturel?

Burn-out , harcèlement, jeux pervers de pouvoir…, la souffrance au travail n’épargne pas le secteur culturel. Ce constat, nous avions senti l’urgence de nous en faire l’écho et de recueillir les paroles de juristes, psychologues, sociologues et responsables de management culturel. À ce dossier sombre paru en octobre 2019 (Nouvelles de danse n° 76) a succédé un second volet en janvier 2020 (NDD n° 77) qui visait à souligner les initiatives vertueuses pour tendre vers un mieux-être et développer la bienveillance au travail, grâce, notamment, aux outils de l’intelligence collective. Dans le prolongement, un labo d’idées collaboratif avait permis de réunir artistes chorégraphiques, travailleurs culturels et spécialistes pour des partages d’expériences. Dans cet élan enthousiaste, nous prenions rendez-vous au Cabinet de la Ministre de la Culture, témoignages et propositions sous les bras. * Un an après ces initiatives, où en sommes-nous? À la veille du renouvellement des contrats-programmes (subventions allouées sur cinq ans), il est urgent de (re)parler éthique de travail et ressources humaines. Après l’affaire Jan Fabre et celle des Tanneurs en Belgique, le départ de Paul Dujardin, directeur de BOZAR (Palais des Beaux-arts de Bruxelles) vient de relancer ce sujet brûlant… et tabou. Comment une direction envisage-t-elle la gestion d’une équipe? Une question essentielle qui devrait figurer dans toute candidature, selon un décret en cours d’élaboration. Car dans le processus de recrutement, compétences humaines et capacités de gestion doivent être prises en compte au même titre que le projet artistique. Pour que le mal-être au travail ne soit plus une fatalité, il y a urgence à professionnaliser les ressources humaines, que ce soit à l’échelle d’une petite compagnie ou d’un grand théâtre. «L’entreprise culturelle va résister en prenant à bras-le-corps cette question de capital humain», affirme Micha Ferrier-Barbut. Sociologue et consultante, co-directrice de l’étude intitulée "La Gestion des ressources humaines dans le secteur culturel" elle fut intervenante le 24 novembre 2020 à la Journée du Management culturel organisée par l’association Dauphine Culture (liée à l’Université Paris-Dauphine). Lire le texte de Micha Ferrier-Barbut, au format PDF page 7 dans NDD n° 80: «L’Humain au centre. Écho des Journées du Management culturel». Une occasion de nous pencher une nouvelle fois sur ces questions souvent occultées et qui, dans un contexte de crise et de faillites à venir, prennent une dimension nouvelle.   © Alexia Psarolis, revue Nouvelles de…