Aurélie William Levaux

PRÉSENTATION
Aurélie William Levaux, auteure liégeoise découverte par le collectif Mycose puis publiée par La Cinquième Couche, travaille aux franges de la poésie et de l’onirisme. Elle a pourtant choisi sa propre vie pour matériau. Elle explore sa grossesse dans Menses ante rosam, puis s’intéresse à la question de la maternité et du sexe dans Les Yeux du seigneur, son deuxième livre à La Cinquième Couche. Aurélie William Levaux travaille sur des broderies rehaussées de couleurs. Une technique qui privilégie le trait tout en le renouvelant et dans laquelle les masses sont plutôt celles du blanc, du vide, que celles de la couleur.


PORTRAITS ET ENTRETIENS
Le Carnet et les Instants

Aurélie William Levaux est une artiste et auteure dont la spontanéité créative la pousse à se renouveler sans cesse. Née en 1981, cette Liégeoise travaille à la croisée des genres, quelque part entre la bande dessinée, la littérature et l’art contemporain. Son œuvre hybride, tout à fait atypique, se distingue entre autres par l’utilisation d’un support peu courant : le tissu.
De Menses ante rosam à Sisyphe, les joies du couple, les livres d’Aurélie William Levaux ne rentrent dans aucune case. Rien d’étonnant à ce qu’ils aient trouvé place dans des maisons d’éditions alternatives telles que La 5e Couche ou Atrabile. Leur auteur confie avoir eu la chance de rencontrer des éditeurs prêts à défendre son travail, à la fois spontané,…


BIBLIOGRAPHIE


PRIX
  •   Prix Texte et image de la Scam, 2021 (pour l'ensemble de son œuvre)
  •   Prix de la Fédération Wallonie-Bruxelles en bande dessinée 2018
  •   Prix Franz De Wever de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique 2020 (Bataille (pas l'auteur))


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

L’artiste plasticienne Aurélie William Levaux, fidèle à sa technique d’illustrations sur tissu, à son regard désabusé sur la vie et à son humour pince-sans-rire nous livre un nouvel album hybride. Face à des dessins de scènes de vie, elle mène un récit sur le quotidien de son couple, encore en construction, mêlé de digressions plus réflexives sur des sujets aussi variés que la condition humaine, l’état du monde, les crises hormonales, les ordinateurs cassés dans un mouvement d’humeur et les pizzas à un euro.Les illustrations et le texte de La vie intelligente n’ont pas été créés ensemble. Et l’autrice d’en révéler la genèse : suite à un refus d’un premier texte par ses éditeurs (« Trop incohérent, ils avaient dit »), elle se lance dans la rédaction…


Le Carnet et les Instants

Aurélie William LEVAUX, Le jour de travail, Monte-en-l’air, 2019, 128 p., 11.90 €, ISBN : 979-1092775297 Ce livre est pour toi situ es assis derrière un bureauoù tu zones sur internettu interroges la pertinence de ton utilité, làtu te compares aux gens qui font des opérations à coeur ouvert, par exempletu es au chômagetu sues d’une sale angoisse dans les coworkingset autres openspacestu as un travail et que tu veux le quittertu cherches un travail ou si tu n’en cherches pasles mots “start-up nation”, “proactivité”, “prospectives” te font te sentir pas très bientu as déjà participé à une manif des gilets jaunestu aurais bien aimé mais t’as pas osétu y es allé mais t’as rien vutu es artiste, dessinatrice, autricetu touches que dalle de ta pratique…


Le Carnet et les Instants

Recueil de textes et de dessins qui tient tant du journal de bord que du pamphlet, le nouveau titre d’Aurélie William Levaux est éminemment politique. Les Nouveaux ordres est une critique toute personnelle de la gestion de la pandémie par les états belges et français principalement, il est aussi et surtout une réflexion sur la (privation de) liberté et sur notre rapport aux élites dirigeantes.Ce livre rassemble donc des textes et dessins réalisés au quotidien tout au long des différents épisodes de confinements et de déconfinements, des diverses vagues et autres pics épidémiques qui ont agrémenté la période inédite et bouleversante à plus d’un titre que nous venons de traverser.La gestion de la crise que nous venons de vivre (et que nous vivons encore) est, pour AWL,…


Le Carnet et les Instants

Aurélie William LEVAUX, Justice (pas le groupe), Cambourakis, 2021, 176 p., 18 €, ISBN : 978-2-36624-576-9Ce qui était par contre clairement sous contrôle, c’était nous, et il allait falloir un certain temps pour que nous sortions de la torpeur et retrouvions une certaine énergie et foi en l’existence. On ne s’ennuie clairement pas en lisant Aurélie William Levaux. Dans la continuité de son dernier livre Bataille (pas l’auteur) paru en 2019 aux éditions Cambourakis, Aurélie William Levaux rempile avec Justice (pas le groupe) aux mêmes éditions. Nous y retrouvons le style très reconnaissable de l’autrice, par ailleurs dessinatrice et plasticienne : souvent de longues phrases entrecoupées de discours indirect libre, un pessimisme et une certaine sauvagerie, des…


Le Carnet et les Instants

Aurélie William Levaux travaille à la croisée des genres, quelque part entre la bande dessinée, la littérature et l’art contemporain. Cette Liégeoise, connue pour son travail de broderie et peinture sur tissu, nous livre Sisyphe Les joies du couple, un album hybride et atypique. Alors que ses précédentes publications étaient principalement axées sur son travail plastique, ce roman graphique fait entrer en résonance le verbe et le dessin. Son univers pictural, assez reconnaissable, fait penser à des gravures anciennes qu’elle aurait détournées pour se les approprier et leur donner un sens nouveau, plus percutant.Le texte, axé sur les faits et proche du journal intime, contraste avec les images qui sont plus évocatrices et intuitives. Aux mots qui décrivent les événements…


Karoo

Après un premier roman qui avait révélé une écriture audacieuse et bourrée de fantaisie, Christophe Levaux revient avec sa sœur, Aurélie Wiliam Levaux, raconter un pan de leur adolescence dans un village perdu. Ça s'appelle Le Tas de pierre (Cambourakis) et ça décape !
Après un premier roman qui avait révélé une écriture audacieuse et bourrée de fantaisie, Christophe Levaux revient avec sa sœur, Aurélie Wiliam Levaux, raconter un pan de leur adolescence dans un village perdu. Ça s'appelle Le Tas de pierre (Cambourakis) et ça décape !
Tout commence par un accident de train. Ou plutôt par un bruit inhabituel, un soufflement du tortillard qui balade les visiteurs depuis l’ancienne mine transformée en attraction touristique jusqu’au village où vivent Christophe,…