Thomas Lavachery


PRÉSENTATION

Né le 11 septembre 1966 à Bruxelles

Licence en Histoire de l’Art et Archéologie, ULB, Bruxelles

J’écris des romans d’aventures relevés avec une dose plus ou moins élevée de fantastique. J’ai suivi cette voie pour répondre aux envies de mon fils aîné, Jean. C’est en tous cas ce que je raconte partout, car en réalité je me fais d’abord plaisir à moi-même. En effet, je m’épanouis dans le surnaturel, qui agit sur mon cerveau comme un analeptique. J’ai commencé par la BD et, même si j’ai rapidement abandonné cette carrière, je n’ai jamais cessé de dessiner. J'ai, entre autres, publié plusieurs albums pour enfants dont le héros est un singe étrange, quelque peu inspiré du nasique Jojo de la jungle. Lauréat d'une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide à la création, 2014 Lauréat du Grand Prix Triennal de Littérature de Jeunesse, 2018

BIBLIOGRAPHIE


PRIX
  •   Grand Prix triennal de Littérature Jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2018-2021
  •   Prix Sorcières 2006 (Bjorn le morphir)


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Disons-le d’emblée : Rumeur est un grand roman, de ceux que vous aurez plaisir à offrir autour de vous. La saga de Bjorn le MorphirJojo de la Jungle, Ma famille verte et les quatre volumes de Tor ont assis la renommée de Thomas Lavachery, récent lauréat du Grand Prix triennal de Littérature de Jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Avec Ramulf, l’auteur s’adressait déjà aux adolescents comme aux adultes.Rumeur, le petit nouveau, comblera aussi tous les lecteurs. Pour découvrir l’histoire, ouvrons le premier rabat : « Voilà Tarir, le mangeur de capincho ! » Tarir a reçu l’insulte comme un coup de pied dans le ventre. Chez les Indiens Zapiro, le capincho…


Le Carnet et les Instants

Libéré enfin des obligations et du jugement des autres, un retraité renoue avec la vie de réjouissante façon. Dernier de sa fratrie et veuf depuis peu, Henri Juel se retire dans le village de Versol. Son bagage se réduit à quelques vêtements, des livres d’aventure, un peu d’or et ses titres de rente. À soixante ans, il entame une nouvelle vie qu’il espère riche d’explorations à bicyclette et de rencontres. Le pays lui plait « pour sa rugueuse beauté » et l’accueil tout aussi rugueux des habitants ne l’effraie pas. Un café du bourg voisin devient son point de chute : la tenancière a du charme, mais surtout, le manège de quelques messieurs dans un coin l’intrigue. « Avant qu’il ne les eût dérangés par ses rires, les trois types se…