Corinne Hoex


PRÉSENTATION
Licenciée en Histoire de l’Art et Archéologie, Corinne Hoex a surgi dans le monde des Lettres avec un texte aussi incisif que bouleversant : Le grand menu, ou l'histoire d'une enfant unique cruellement couvée, livre publié en 2001 (éd. de l’Olivier) et immédiatement remarqué. Dans ses romans suivants, aux Impressions Nouvelles— Ma robe n’est pas froissée, tout aussi radical,et Décidément je t’assassine, sur le lien entre fille et mère au moment de la mort — puis chez Grasset — Le Ravissement des femmes, tableau caustique de lafascination exercée par un gourou séducteur —, Corinne Hoex persiste dans sa minutieuse noirceur sans jamais se départir d'un humour dévastateur. Guerrière aussi rusée que rieuse, elle n'emprunte jamais, s'agissant de la condition de la femme, les chemins du pathos. Raison pour laquelle, titulaire de nombreux prix, elle est aimée des lectrices et lecteurs qui, fidèlement, la suivent. Elle a publié chez différents éditeurs de nombreux et brefs recueils — souvent accompagnés de travaux d'artistes accordés à son univers — qui la distinguent comme poète de haut niveau. Dans l’impressionnant Cendres qui fait état du deuil du père, comme dans L’autre côté de l’ombre, tissé de nuit et de silence, ou le poignant et discret Été de la rainette (pour n’en citer que quelques-uns), son art, d’un laconisme extrême, rend compte, avec courage, de sujets éminemment intimes. D’autres textes, tels l’inclassable Décollations ou le coquin Valets de nuit, témoignent d’une belle fantaisie et d’une secrète érudition. Corinne Hoex répond par ailleurs volontiers à la commande, fournissant pour des ouvrages collectifs des textes qui vibrent de détails espiègles ou poignants. Si elle n’est jamais meilleure que lorsqu'elle s'adonne, avec délectation, à la férocité, ses écrits témoignent d’une singulière empathie. En somme, aussi gaie qu’acérée, elle traite tous ses sujets avec le talent d’une fine observatrice qui ne se départit pas un instant de sa lucidité.

BIBLIOGRAPHIE


PRIX


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Savez-vous danser le tango?Corinne Hoex vous y invite, dans un poème troublant, cerné des sombres, intrigantes gravures de Martine Souren, intitulé tout simplement Tango.Il faut danser, nous rappelle-t-elle, mais il lui manque une robe qui tienne au corps, alors que la sienne se dérobe en soieries glissantes, en rubans satinés, en franges mouvantes.Une étrange plaquette, qui nous laisse au bord d’un secret. L’art de danser le tango, de tout son cœur, de tout son corps, peut-être.


Le Carnet et les Instants

Dans Leçons de ténèbres, Corinne Hoex s’inspire de l’œuvre de Gesualdo (1566-1613) et de la « légende noire » [1] qui caractérise sa vie. À travers cinq mouvements, en de courts poèmes, elle décrit le musicien mais aussi la condition humaine en général et l’artiste moderne en particulier : comme un leitmotiv  y revient  en effet un substantif : « solitude ». Descendant d’une famille noble de Sicile, Gesualdo se rendit célèbre en 1590 en faisant assassiner sa première épouse et son amant. L’œuvre de ce maître du madrigal italien attendra les années cinquante pour être appréciée mondialement à sa juste valeur.  À la mort de son père, il devient un des princes les plus riches de l’Italie du…


Le Carnet et les Instants

Dans le recueil poétique superbement illustré par Marie Boralevi, Corinne Hoex cisèle en des textes aussi percutants que concis un univers trouble gravitant autour de l’enfance, de la condition féminine. Sous la forme de comptines acérées, elle nous plonge dans la loi de la prédation masculine, dans le ballet de la blondeur enfantine et de son saccage. Les exergues d’Annie Ernaux et de Caroline Lamarche donnent le ton de cette éducation/déséducation sentimentale que l’auteure de Ma robe n’est pas froissée, Le grand menu, Le ravissement des femmes déplie en six scansions allant de l’état de grâce à la mise à mort de la nymphette. L’échiquier de la séduction féminine et de la destruction ne ménage aucune issue : toujours déjà écrite, l’histoire distille…