Du toucher. Essai sur Pierre Guyotat


RÉSUMÉ

Le point de départ d’un texte philosophique sur l’écriture de Guyotat pourrait être la question de l’illisibilité de cette œuvre, avec tout ce que cela implique comme attention à porter notamment sur le « dehors » du texte. L’illisibilité des textes de Guyotat fait se porter l’attention en creux sur tout le dispositif d’écriture-lecture qui borde cette écriture : en effet, étant donné que les « trames narratives » sont sapées, tout autant que la « psychologie des personnages…

  lire la suite sur  Bela

À PROPOS DE L'AUTEUR
Antoine Boute
Auteur de Du toucher. Essai sur Pierre Guyotat
Antoine Boute, né en 1978, vit et travaille à Tervuren (Belgique), presque dans la forêt. Il travaille à faire se chevaucher littérature, philosophie et expériences, en écrivant des livres, en réalisant des performances, en enseignant (aux Ecoles Supérieures des Arts Erg et Saint-Luc à Bruxelles), en proposant des workshops, en organisant des événements. Il est l’auteur d’une quinzaine de livres, dont Les Morts rigolos, avec Victor & Lucas Boute ; S'enfonçant, spéculer ; Inspectant, reculer ; Opérations biohardcores  ; Manuel de civilité biohardcore, avec Stéphane De Groef et Adrien Herda ; On peut boire la transpiration d’un cheval.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:corps - "Du toucher. Essai sur Pierre Guyotat"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Nosferatu contre Dracula

Le crâne bosselé et chauve, le nez drument busqué, le sourcil fourni…

L’Âge de l’anesthésie. La mise sous contrôle des affects

Un nouveau livre de Laurent de Sutter ne se fait jamais attendre, et pour cause : le travail de réévaluation de nos sociétés et des mécanismes d’oppression qui les régissent, mené par ce professeur de théorie du droit de la VUB, se poursuit par salves continues, avec le méthodisme et l’acuité d’un sniper. Après sa Théorie du kamikaze , il s’en prend au plus insidieux dispositif de mise sous contrôle de nos affects, partant de nos libertés fondamentales, qui s’insinue en nous via les innombrables substances chimiques qu’il nous est loisible, quand ce n’est prescrit, d’ingérer quotidiennement. Alors que Marx qualifiait la religion d’«  opium du peuple  », Laurent de Sutter voit dans les antidépresseurs, somnifères, cocaïne et autre pilule anticonceptionnelle, la pharmacopée (légale ou non) constituant le bras armé du «  narcocapitalisme  ». Il identifie la genèse de l’«  âge de l’anesthésie  » que nous traversons en 1846 aux États-Unis, avec le dépôt de brevet du letheon , premier produit destiné à maîtriser le patient lors d’une opération chirurgicale. De l’application du principe d’insensibilisation du corps à celui d’annihilation de l’excitation auprès des psychotiques maniaco-dépressifs, il n’y aura qu’un pas, franchi en quelques décennies…Le premier mérite de Laurent de Sutter est de faire ressortir des noms de penseurs ou de savants oubliés, méconnus, mais dont l’influence fut déterminante dans le bouclage du système idéologique global qui nous enserre encore aujourd’hui. Il en va de la sorte pour Emil Kraepelin, un nom familier aux seuls spécialistes de la psychiatrie, dont le Lehrbuch der Psychiatrie paru en 1899 tint longtemps lieu de référence pour le classement et la nosographie des maladies mentales. À partir de son diagnostic, l’état d’excitation devient le symptôme à combattre, la manifestation individuelle déviante par excellence.La seconde qualité de notre essayiste de choc est de créer du lien en articulant habilement entre elles des découvertes qui, de prime abord, paraissent indépendantes, mais dont on retrouve une application inattendue ou non recherchée, dans un autre champ. Ainsi, Laurent de Sutter nous explique-t-il que le chloral, appliqué d’abord au traitement de l’insomnie, fit florès dans les milieux cliniques pour gérer la patientèle la plus récalcitrante, la plus agitée,…