On peut boire la transpiration d’un cheval



À PROPOS DE L'AUTEUR
Antoine Boute
Auteur de On peut boire la transpiration d’un cheval
Antoine Boute, né en 1978, vit et travaille à Tervuren (Belgique), presque dans la forêt. Il travaille à faire se chevaucher littérature, philosophie et expériences, en écrivant des livres, en réalisant des performances, en enseignant (aux Ecoles Supérieures des Arts Erg et Saint-Luc à Bruxelles), en proposant des workshops, en organisant des événements. Il est l’auteur d’une quinzaine de livres, dont Les Morts rigolos, avec Victor & Lucas Boute ; S'enfonçant, spéculer ; Inspectant, reculer ; Opérations biohardcores  ; Manuel de civilité biohardcore, avec Stéphane De Groef et Adrien Herda ; On peut boire la transpiration d’un cheval.

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Cracheur de feu sonore, activiste expérimental, écrivain, performeur, philosophe biohardcore, professeur aux Écoles supérieures des Arts ERG et Saint-Luc à Bruxelles, Antoine Boute explore, depuis Terrasses, Les morts rigolos, S’enfonçant, spéculer, Inspectant, reculer, Manuel de civilité biohardcore, Apnée, Prompt…, des formes textuellement modifiées. Affectionnant les écritures plurielles, la création collective (avec Vincent et Lucas Boute, Stéphane de Groef, Adrien Herda, Chloé Schuiten, Clément Thiry, Jeanne Pruvot-Simonneaux…), il livre avec On peut boire la transpiration d’un cheval une partition chorale rock. La matière verbale fonctionne comme un incubateur de phrases entendues, collectées,…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:cheval - "On peut boire la transpiration d’un cheval"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9176 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Confidences

Gwen GUÉGAN , Confidences , Chat polaire, 2021, 86 p., 12 € , ISBN : 978-2-931028-08-7Un titre tel que Confidences…

Très doucement

Jacques Sojcher est un errant. Un nomade glissant d’une aventure à l’autre. D’une idée…

Battements crépusculaires

L’aube à peine effacée vite passée comme l’enfance Le temps de goûter aux parfums des jours blancheur de l’aubépine Ce sont tant de haies dressées comme des murs dans le labyrinthe de vivre et déjà le crépuscule s’avance   Si la vie « linéaire » est faite de l’alternance du jour et de la nuit, c’est une autre temporalité que révèle le recueil Battements crépusculaires de Philippe Mathy et André Ruelle. Le livre donne en effet à éprouver une dimension temporelle confinant au cycle cardiaque de la systole et de la diastole, comme en accordéon – à l’image du nom de la collection des éditions Tétras Lyre (qui a récemment fêté ses trente ans) dans laquelle s’inscrit ce livre. Cette temporalité est celle des «  lézards  / [qui] semblent voyager / au hasard  », fissurant la trame des jours qui sont et seront vécus, teintés de «  temps de pluie  » et de moments de «  défaillances  », mais qui permettent aux rêves et aux projets d’éclore. Scandé par la répétition d’un vers, «  et déjà / le crépuscule s’avance  » , les poèmes déploient une fantasmagorie qu’illustrent quatre femmes, représentées dans des postures lascives, jouant avec une plume et regardant vers des directions qui semblent ne pas exister, pareilles à «  la nuit qui […] tourne  », à l’instar d’un «  manège sans enfants / où des chevaux de bois / tête basse / demeurent figés / dans leur mouvement  ». Les dessins délivrent un ciel minéral et une terre nébuleuse, où les espaces, aux perspectives irréelles, naissent comme de vastes plaines aux couleurs vespérales : ainsi des désirs et des élans qui nous animent, où la vie, se contractant et se distendant, semble suspendue dans l’attente de la nuit. Nous vivons de mourir Toujours pourtant nos yeux sont ravivés par l’espérance d’un printemps Dès l’enfance «  vite passée  », vivre est un labyrinthe, où l’avancée ne se fait qu’à l’aveugle, en tâtonnant : toujours s’agit-il de «  cherche[r] dans le ciel / une trouée de lumière  » et de rester en mouvement, au-delà des murs, des pierres et du vide qui sans doute nous figent chaque jour davantage. Les univers de Philippe Mathy et d’André Ruelle semblent familiers de celui du poète Salvatore Quasimodo (Prix Nobel de littérature en 1959), à qui ce livre est dédié. «  Chacun se tient seul sur le cœur de la terre / transpercé d’un rayon de soleil / et soudain c’est le soir  » : placés sous l’égide de ces vers de Quasimodo, les six textes et dessins composant le recueil tracent, aussi légèrement qu’une caresse d’hirondelle, des mots «  dans la nuit d’un chemin […] / où [ils] / n’ont pas encore été piétinés  ». Charline Lambert…