Borg ou l’Agonie d’un monstre




À PROPOS DE L'AUTEUR
Alain Dartevelle
Auteur de Borg ou l’Agonie d’un monstre
1951 Le 28 février, naissance à Mons d’Alain Dartevelle, d’un père négociant et d’une mère institutrice. 1951-1957 Prime enfance qu’on suppose heureuse. L’intéressé affirme n’en garder aucun souvenir, à l’exception de quelques photographies burlesques. 1958 L’âge de raison commence-t-il à 7 ans? C’est en tous cas à cette époque, en visionnant une radiographie thoracique de sa petite personne, qu’Alain Dartevelle prend conscience d’avoir un squelette. Il en déduit qu’il est mortel. 1959-1968 Passion pour la lecture, avec une prédilection pour la littérature populaire (Gaboriaux, Leblanc, Leroux, May, Verne et Vernes), les surréalistes et certains livres (La Nausée de Sartre) ou auteurs (Crébillon fils, Diderot, Dos Passos). Sans oublier la bande dessinée, des fascicules SF d’Artima à l’éclosion de la BD dite adulte, en passant par les grands classiques de la ligne claire. De quoi faire la conversation dans les bistrots que Dartevelle fréquente assidûment depuis ses quinze ans. Velléités d’écriture, avec la poésie pour voie de garage et des projets inaboutis de scénarios de BD. 1969-1975 Études à l’Université Libre de Bruxelles, d’abord en Philologie Romane (qu’il abandonne au niveau de la licence, peu désireux d’embrasser la carrière d’enseignant qui se profile à l’horizon), puis en Journalisme et Communications sociales. Choc littéraire avec la découverte de l’œuvre, et du personnage de Louis-Ferdinand Céline. Consacre son mémoire de fin d’études à une analyse critique de la série BD Météor (Éditions Artima) qu’il aimait adolescent. À cette occasion, découvre la science-fiction littéraire, dont il retient surtout Philip K. Dick. 1975-1979 Années de galère et d’intense vie nocturne entre Mons et Bruxelles. Après le passage obligé par l’Office de l’Emploi, travaille successivement comme réceptionniste d’hôtel et comme sociologue. Décès de sa mère le 19 mai 1976. Publie quelques articles dans la presse spécialisée (Science-fiction Magazine, Les Secrets de l’Histoire) et fait ses premières tentatives de fiction littéraire. 1979-1982 Engagement au Ministère de l’Éducation nationale, où, clin d’œil du destin, il dirige le Service de Recyclage des professeurs. C’est durant ces années qu’il rédige son premier roman, Borg ou l’Agonie d’un monstre. Voyages au Népal, en Floride et à Montréal. 1983 Décès de son père le 22 janvier. Après plus d’une trentaine de refus divers, la petite maison Solidaritude accepte Borg, roman de politique-fiction décrivant les derniers jours d’un homme-oiseau, et sa dérive fasciste dans une Amérique latine de fantaisie. Livre mal diffusé, mais dont l’accueil critique est très favorable. En 1983 également, quitte l’Éducation nationale pour une carrière de fonctionnaire à la Poste belge, qui le rend doublement homme de lettres. 1984-1988 Avec Borg pour carte de visite, multiplie les récits dans des revues de SF et de fantastique. Profite de ces supports pour prôner le mélange des genres, une science de la fiction plutôt que la science-fiction. Activités de critique dans des revues telles que Art et Culture, Les Cahiers de la bande dessinée, Fiction et Phénix. Décès de son frère le 6 janvier 1987. Voyage en Inde. 1989 Les Éditions Denoël publient Script dans la prestigieuse collection Présence du Futur, où Dartevelle est le premier Belge à figurer après Jacques Sternberg. Ce roman, qui décrit la vie à Newgorod, cité programmée où l’écrit se monnaie comme une drogue, est un des finalistes du Prix Rossel 1989. Cette même année, quitte Bruxelles pour s’installer à Liège, où il épouse Marie, lumière de sa vie. 1990 Coup sur coup, publie Les Mauvais Rêves de Marthe, détournement littéraire érotico-fantastique, ainsi qu’Océan Noir, son premier livre ciblé adolescents. Voyage en Malaisie. 1991-1996 Publications tous azimuts, avec, en 1994, la sortie d’Imago (le portrait de Sigmund Freud en savant fou) dans la collection SF que Jacques Sadoul dirige chez J’ai Lu, et où il est le premier auteur belge, après Jean Ray s’entend. Voyages en Thaïlande et en Chine. Quitte Liège pour le Brabant wallon. 1997 L’Astre aux Idiots et Le grand Transmutateur (tomes 1 et 2 du Cycle de Vertor) paraissent chez Casterman, dans la collection Tapage. 1999 Sortie aux Éditions Naturellement (collection «Forces obscures») de Duplex, le premier de ses romans à se dérouler ici et maintenant. Source : http://www.servicedulivre.be/fiches/d/dartevelle.htm .

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Borg ou l’Agonie d’un monstre"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Brussailes

Dans ce nouvel opus, Eléonore Devillepoix ancre son histoire dans le monde des…

Zanzara

Journaliste web au Soir , Frédéric – Fred – Peeters, 28 ans, est de ces types qui ont besoin de sensations fortes pour se sentir…

Bientôt la Convention des cannibales

Daniel Fano est un écrivain de l’apocalypse tranquille. Au fil des années, dans des récits aux titres improbables, des poèmes narratifs et subtils, des fables et des romans de la mélancolie lucide, l’auteur a inventorié, grâce à son sens aigu de la fiction, la modernité et ses avatars, qu’on pourrait appeler aujourd’hui tout simplement le temps d’après . Que ce soit dans les vertiges de la Guerre froide, la Société du spectacle des émotions et des catastrophes, les guerres et coups d’état de série B, Daniel Fano puise sa matière féroce et froide pour faire remonter à notre entendement le chaos et l’entremêlement de nos  perceptions qui a pour nom encore… mémoire. Dans une langue débarrassée de toute afféterie, scrupuleuse, l’auteur court-circuite les effets de réel en les surjouant. Dans le montage apparemment aveugle du film d’une époque, la nôtre,Monsieur Typhus, « héros » récurrent de nombreux textes et livres,  est une forme d’Ulysse revenant au pays natal, celui de  la fausse innocence de toute génération, pour mettre à nu les péripéties de son odyssée désarticulée, composite, carnassière. La violence, dans un crépitement permanent sur nos écrans, glisse lentement dans le domaine des events , ces petits moments susceptibles de relancer sous une forme plus aiguë encore, le Marché des choses et des êtres. Ces êtres, désarticulés dans des émotions et des sexualités de marchandise, sont les protagonistes du roman noir, du récit d’espionnage qui font de l’homme vivant une matière transformable dans le champ de la Bourse internationale des images. Lire aussi : un extrait de  Bientôt la Convention des cannibales Fano connaît l’Histoire, celles hommes, des idées, des stratégies et l’écriture est encore une des formes les plus subtiles pour enfermer dans les réseaux du texte, le filet de la fiction, ces pantalonnades annoncées comme tragiques et qui ne font qu’effacer l’homme vivant de l’image pour en faire une  figure de récit médiatique en boucle internationale. Bientôt la Convention des cannibales annonce le programme. Nous sommes dans un roman kaléidoscopique qui mêle guerres, génocides, assassinats et tutti quanti  depuis les années 1970 jusqu’au aujourd’hui. Le tout s’agite dans une sorte de carnaval des vampires que certains nomment l’Histoire. Une écriture joyeuse, délurée, chargée d’humour jusqu’à la détente, Fano prend soin d’extraire du récit le salmigondis émotionnel que l’on retrouve en boucle dans tous les réseaux et une partie de la presse. Ces personnages sont interchangeables, changent de nom, de sexe, de corps, d’identité…On découvre, page après page, comment, à la vitesse du Marché, nous allons du souvenir de l’humanisme à l’avènement planétaire du transhumanisme. Il y a un air de Fritz Lang qui, un des premiers, dans ses films des années 1930 en Allemagne ( Docteur Mabuse …), avait révélé et mis en scène la dimension criminelle et délirante du nazisme. Le complot, le mensonge à l’égal de la vérité, l’imperturbable dissolution de la mémoire européenne dans le populisme et l’effroi d’un monde qui vient sont les nouvelles formes de cette hystérie de la criminalité, comme une façon d’être au monde et de le penser.Franck Venaille, disparu récemment, avait publié de nombreux livres sur ce sujet, intime et collectif, La guerre d’Algérie (Minuit, 1978), L’homme en guerre (Renaissance du livre, 2000)… La génération des guerres coloniales avait déjà vu un monde fracassé par la violence des idéologies renouvelées.Fano reprend, depuis des lustres, ce travail en faisant des biopsies narratives dans chaque moment de la convulsion de notre temps. C’est en cela qu’il est un des écrivains majeurs de notre littérature, discret, presqu’anonyme pour beaucoup, bien que ses publications marquent, depuis un demi-siècle, le temps littéraire des avant-gardes au temps de la décomposition.Vif, intelligent, burlesque même, sous la couverture aux allures de pulp fiction de Jean-François Octave, Bientôt la Convention des cannibales équivaut à la lecture d’un monde qui se retrouve comme le loup des dessins animés, lequel, courant plus vite que son ombre, dépasse le bord de la falaise, et reste là, suspendu, conscient, terriblement conscient jusqu’au «  Ho, ho…  » fatal avant la chute finale, les yeux exorbités. Daniel Simon Monsieur Typhus, toujours fournisseur d’horreur et de terreur. Rita Remington, par instants entièrement tatouée. Patricia Bartok, sourire de vampire. Jennifer Style, endormie sur un tas de diamants. Rosetta Stone, pas que sa main poudrée de cocaïne. Et même Jimmy Ravel voit des espions partout. De 1970 à 2018, ils sont à Bogota, Colombo, Dubaï, Nairobi, Pékin, Tirana, Tunis, Varsovie, Vienne. Ils courent les complots, se font truffer de plomb, tremper dans l’acide, chiffonner à point. Non content de passer les clichés du roman d’espionnage à la moulinette, l’auteur entraîne ses personnages…