Nadine MONFILS


PRÉSENTATION
Peut-être Nadine Monfils fut-elle réellement chat! Mais cela fait longtemps, elle l'a presque oublié et si elle griffe encore le papier c'est sans le faire exprès. Du moins, parfois...Aujourd'hui, elle n'est plus chat. Juste une petite fille sage qui condescend à dénicher toutes les occasions propices pour coucher par écrit quelques phantasmes allégoriques. A pousser toujours plus loin l'escarpolette des songes, elle trousse le réel et esquisse un pas de jeux interdits.Si d'aventure, au coin écorné d'une page déserte, elle vous invite à la suivre, laissez-vous tenter... un plongeon au coeur des rêves n'a jamais fait de mal à personne... En principe... Enfin, c'est ce que me dit mon chat, qui a été écrivain...Née le 12 février 1953 à Etterbeek, mariée, mère de deux enfants, Nadine Monfils a enseigné la morale et consacre la plus grande partie de son temps à l'écriture. Elle s'est essayée à tous les genres : poésie (douze prix), théâtre, bande dessinée (un projet de scénario Chloé avec Malik), roman, nouvelle... Le théâtre la requiert beaucoup puisqu'elle a elle-même joué dans des pièces en wallon brabançon au Cercle d'Effort d'Ottignies. Parmi ses amitiés littéraires, il faut notamment citer Thomas Owen avec qui elle partage un goût certain pour le fantastique.Donnant des cours d'écriture au Parallax (école de comédiens) en compagnie de Georges Thinès et Pascal Vrebos, à l'U.E. E. (Université européenne d'écriture créative et audiovisuelle), elle rédige également les chroniques littéraires dans Père Ubu, journal satirique belge, pendant dix ans.Elle a dirigé une galerie d'art, pendant 7 ans, à Bruxelles et a été comédienne. Elle a travaillé avec Walérian Borowczyk (cinéaste).Elle fut également critique de cinéma dans Tels Quels (revue homosexuelle). Elle a également animé des ateliers d'écriture dans les prisons (notamment à Rouen).A consulter :
  • KACZMARCZYK (M.), La littérature : un regard qui se partage. Un exemple à l'école in Audax, Hainaut, n° 32, mars 1994, p. 33-34.

  • NORAC (C.), Nadine Monfils : portrait d'une renarde à la peau de papier, ibidem, p. 31-32.


BIBLIOGRAPHIE


PRIX


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Elvis Cadillac, tu connais ? Hé ben tu devrais ! On t’en a parlé il y a à peine plus d’un an, quand Nadine Monfils a publié Elvis Cadillac, King from Charleroi (Fleuve éditions, 2016). La bonne nouvelle si tu as raté le train, c’est que ça vient de sortir au format poche (Pocket). L’autre super nouvelle, c’est que le meilleur sosie du King est de retour dans un nouveau roman et que ça décoiffe !Elvis a établi ses quartiers à Chimay. C’est qu’il a un important concert dans un home de la région, alors il est venu un peu plus tôt, histoire de s’imprégner de l’ambiance et tester les produits locaux (le fromage, mais pas que). Ce concert, il va le faire comme s’il était devant un stade en délire, par respect pour la mémoire…


Le Carnet et les Instants

En 2016, Nadine Monfils avait la brillante idée de créer un personnage haut en couleurs et qui allait devenir récurrent : Elvis Cadillac. Si tu connais pas, il est encore temps de te mettre à la page et de découvrir cette série de romans désopilants publiés chez Fleuve éditions. D’autant que le meilleur sosie du King est de retour et que ça va swinguer ! De la folie douce, de l’humour, du décalé qui ne se prend pas au sérieux. Enfin bref, du Belge.Lire aussi : notre recension d’Ice cream et châtiments Une fois n’est pas coutume, Elvis Cadillac a décroché un contrat pour un concert particulier, et ce n’est rien de le dire. Le public ? Un macchabée. C’était la dernière volonté du défunt d’avoir le King…


Le Carnet et les Instants

La littérature serait-elle le meilleur moyen de découvrir une région ? Comment percevoir autrement l’esprit d’un lieu qu’à travers la perception intime qu’en donne un écrivain ? Les éditions Magellan & Cie ont répondu avec conviction à ces questions en imaginant leur collection « Miniatures », qui vient de consacrer un de ses derniers titres à la Belgique.« Alors que la mondialisation des échanges progresse, que le monde devient un pour tous, des mondes-miniatures s’imposent, des pays et des régions entières affirment leur identité, revendiquent leur histoire ou leur langue, réinvestissent pleinement leur espace. Quoi de plus parlant qu’une miniature, la nouvelle, pour lever le voile sur ce monde-là, celui d’une diversité infinie et porteuse d’espoir ? »,…


Le Carnet et les Instants

Le nouveau roman de Nadine Monfils, né d’une commande, s’inscrit dans une collection visant à redonner vie et lustre au célèbre Nestor Burma, né sous la plume de Léo Malet (auteur d’un magnifique Le soleil n’est pas pour nous) dans les années 1940. Ce dernier avait creusé le sillon d’un polar à la langue très directe, dopée par l’humour et la verve sarcastique, parcourue aussi de frémissements poétiques. Il va sans dire que beaucoup d’entre nous ont croisé la route du détective à la française dans ses adaptations en série télé (avec Guy Marchand dans le rôle-titre) et en BD (par Tardi).Nadine Monfils prend le relais. Elle a la bouteille pour oser (je ne me risquerai pas à prononcer la… « dive bouteille » en parlant…


Le Carnet et les Instants

Nadine Monfils n’a pas fini de nous étonner. Spécialiste du polar drôle plein d’humour baroque et couronnée de prix en cette qualité, elle change ici de registre. Cette fois, elle met en scène dans son dernier livre, Le rêve d’un fou, un personnage réel, le facteur Cheval dont elle cite même par moments les paroles authentiques. « Les rêves, ça chasse les larmes », nous dit-elle, évoquant la croyance de son héros. Il s’agit d’un vrai roman.Le ton y est, la fantaisie aussi, bien qu’elle s’y soit inspirée de faits avérés et bien connus : la vie de ce facteur qui a imaginé et construit le fantastique Palais idéal à Hauterives dans la Drôme. Ferdinand Cheval  a perdu son fils Victor en bas âge et aussi sa fille…