Jean Jauniaux

PRÉSENTATION
Traducteur et cinéaste de formation, Jean Jauniaux se consacre à l’écriture (nouvelles, romans, chroniques littéraires), à la radio (une webradio littéraire et culturelle, « L’ivresse des livres » www.edmondmorrel.be). Plusieurs de ses livres ont été traduits (roumain, italien, ukrainien…). L’ensemble de son travail d’écrivain fait l’objet d’une thèse de doctorat à l’Université de Cluj (Roumanie). Il a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles ainsi qu'un essai littéraire. Il a également écrit de nombreuses contributions à des ouvrages collectifs et plus de 800 recensions de livres. De 2009 jusqu’au décès de son directeur Jacques De Decker, il a été rédacteur en chef de la revue littéraire Marginales. Président de PEN Belgique francophone, il anime dans ce cadre de nombreuses rencontres littéraires (www.penclubbelgique.be). Il est membre du Comité de PEN International pour les Droits linguistiques et du Comité PEN International pour la Paix. Il assume la présidence de la Fondation Maurice Carême depuis 2021.

BIBLIOGRAPHIE


PRIX

DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Sous le titre intrigant Perception de Delvaux, une nouvelle de Jean Jauniaux imagine une rencontre touchante, un jour d’été, dans le musée de Saint-Idesbald consacré au peintre.Le narrateur, l’autocariste qui a conduit un groupe de touristes japonais de Bruges à Gand, puis jusqu’à Saint-Idesbald, et l’accompagne dans sa visite, remarque une jeune fille qui s’attarde devant chaque tableau, laissant s’éloigner ses compagnons de voyage avec leur guide jacassant, absorbée par sa contemplation fervente.Une conversation s’engage.Yuri raconte qu’elle étudie l’histoire de l’art à Tokyo, et envisage de consacrer sa thèse à Paul Delvaux : elle voudrait montrer les rapprochements qui l’ont frappée entre les femmes peintes par l’artiste et celles figurant dans les…


Le Carnet et les Instants

Nouvelles, souvenirs, évocations : les textes de Jean Jauniaux, réunis sous le titre Belgiques, égrènent sentiments, impressions, humeurs, couleurs.On participe à l’exaltante, foisonnante préparation d’une série d’émissions historiques consacrées à la Révolution de 1830 dont la télévision entendait commémorer, en septembre 1980, les cent cinquante ans. Épisode décisif dans la vie de Jean Jauniaux, fraîchement sorti de l’INSAS, que l’un de ses professeurs lance dans cette aventure. « C’est là que surgit dans ma vie le miracle de la Révolution de 1830. » L’horizon s’ouvre et, avec lui, la chance de pouvoir rencontrer – et collaborer avec – des personnalités tels Jacques Cogniaux, Jacques Brédael, Armand Bachelier… Un premier contrat d’emploi s’apparentait…


Le Carnet et les Instants

Jean JAUNIAUX, L’ivresse des livres, Préface de Jacques De Decker, Zellige, coll. “Vents du Nord”, 2020, 160 p., 16 €, ISBN : 978-2-9147-7394-2Parler du livre aujourd’hui semble  un passage obligé pour celles et ceux qui en ont été nourris à l’âge des grandes constructions, cela revient souvent à évoquer une biodiversité de l’esprit qui se traduit souvent en termes d’ « ensauvagement »… Cet acte de lire si simple apparemment mais si éminemment complexe et périlleux serait de l’ordre de la fureur (nous y sommes actuellement en Fédération Wallonie-Bruxelles), du plaisir permanent, du jouir à pleines pages.Ça nous a toujours semblé aller vite en besogne, mais il nous faut des drapeaux, des signes de ralliement, des punchlines pour passer…


Le Carnet et les Instants

Julos Beaucarne a pris son vélo pour l’arc-en-ciel et ses longs cheveux blancs font désormais au firmament, un filamenteux et élégant nuage. Le poète a inspiré et coloré plusieurs générations de son lumineux sourire. Le voici s’éparpillant pour toujours, disséminé à jamais dans autant de cœurs qu’il eut d’auditeurs, de lecteurs, de spectateurs. Auteur à la hauteur de Carême ou Prévert, il fit encore récemment sous la plume de Jean Jauniaux le sujet de la collection « L’article » aux Éditions Lamiroy.Sans surprise, c’est la proximité qui va sauter aux souvenirs de tous ceux qui l’ont rencontré : Julos est décidément un intime comme le troubadour a pu généreusement l’être avec tous ses interlocuteurs, toute sa vie. Un amour mutuel, l’un pour l’artiste…