Diane Meur


PRÉSENTATION
Diane Meur est une femme de lettres belge d'expression française. Pendant ses études secondaires au lycée français de Bruxelles, elle prend l’initiative d’apprendre l’allemand. Après trois années de classes préparatoires au lycée Henri IV de Paris, elle intègre l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, en section lettres modernes. Hésitant entre germanistique, lettres modernes et histoire, très vite elle se lance dans la traduction. Elle a notamment traduit "Musique et société" de Hanns Eisler (Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1998), les "Écrits sur Dante" d’Erich Auerbach (Macula, 1999), "Léthé. Art et critique de l’oubli" de Harald Weinrich (Fayard, 1999) et, aux éditions du Cerf en 2001, de Heinrich Heine, "Nuits florentines, précédé de Le Rabbin de Bacharach et de Extraits des mémoires de Monsieur" de Schnabeléwopski". Elle s'attèle ensuite à plusieurs travaux, à Heine d'abord, à un livre sur les techniques mnémoniques au Moyen Âge ensuite (Mary Carruthers, The Book of Memory, Macula) et enfin à Figura d’Erich Auerbach (sur l’interprétation “figurative” de la Bible par les chrétiens médiévaux et le rapport complexe qu’elle établit avec le judaïsme, Macula). En 2002, elle publie son premier roman, "La Vie de Mardochée de Löwenfels écrite par lui-même". En 2003, paraît "Raptus". Son roman, "Les Vivants et les Ombres", paru à la rentrée littéraire 2007, a été récompensé par le prix Victor-Rossel et le prix Victor-Rossel des jeunes 2007 et le prix du roman historique-Rendez-vous de l'histoire de Blois 2008. Parallèlement à son activité de romancière, elle poursuit son travail de traductrice, notamment de Paul Nizon (son journal ainsi que "La Fourrure de la truite", Actes Sud, 2006) et de Tariq Ali ("Un sultan à Palerme" et "Le Livre de Saladin", Sabine Wespieser éditeur, 2007). En 2012, elle obtient le prix du jury de l'Algue d'or (de Saint-Briac-sur-Mer) pour "Les Villes de la plaine" (2011).  

BIBLIOGRAPHIE


PRIX


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Quand des collègues lui ont proposé de prendre place dans une collection de « Paroles de traducteurs », Diane Meur a accepté avec enthousiasme, tout en précisant qu’elle ne pourrait en dissocier ses « paroles de romancière ». Et c’est ce qui fait l’intérêt de ce livre qui vaut tant par la finesse des considérations sur la traduction que par la réflexion sur l’influence réciproque de ses deux passions : la migration d’une langue à l’autre et l’écriture personnelle. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un essai. Le livre est fait de textes s’étendant sur plus de quinze ans, montrant une réelle continuité. On y sent la progression et l’approfondissement de la réflexion sur ces deux sujets.Diane Meur a la volonté, d’emblée…


Le Carnet et les Instants

À 17 ans, Diane Meur quitte Bruxelles pour Paris où elle suit des études de lettres à l’École Normale Supérieure, avec quelques incursions dans l’histoire et la philosophie. Elle s’oriente vers la traduction littéraire, principalement de l’allemand. Elle traduit entre autres Heine, Auerbach, Buber, Nizon. Sa carrière de romancière commence par la littérature de jeunesse.[1] Elle y reprend des personnages qu’elle n’a pas inventés, destinés à une série qui ne verra finalement pas le jour. Sa technique narrative héritée du roman d’aventures est déjà parfaitement maîtrisée : rebondissements et coups de théâtre, chutes des chapitres, annonces voilées de développements possibles, intervention du narrateur dans le récit, autant d’éléments qui donnent à ses…


Le Carnet et les Instants

De livre en livre, Diane Meur innove et surprend. C’est encore le cas avec ce roman, Sous le ciel des hommes, à la fois grave et malicieux. Le premier protagoniste en est un lieu, le grand-duché d’Éponne, centre financier et d’affaires. L’atmosphère y est pesante, mentalement étriquée. Pourtant sous « les eaux étales de l’ennui » de cet État aux fêtes dynastiques désuètes vivent des femmes et des hommes que Diane Meur décrit dans leur quotidien, parfois joyeux, souvent difficile.Il y a Jean-Marc Féron, un auteur reconnu qui s’est lancé dans un projet de livre original mais qu’il peine à maîtriser. En contrepoint, un groupe de contestataires s’attache à la rédaction d’un pamphlet collectif,…


Karoo

Avec la Carte des Mendelssohn, Diane Meur livre un roman-fleuve, fractal et tentaculaire sur le destin et la filiation, comme un résumé de l’histoire humaine.

On a parfois de drôles de marottes. Qui n’a pas eu dans sa vie un « dada », un sujet, un objet qui l’a investi d’un certain niveau de mononaniaquerie ?

Dans la Carte des Mendelssohn, l’auteur et traductrice belge Diane Meur invite le lecteur à la suivre dans les méandres de son obsession croissante et sincèrement irrationnelle. Le sujet de départ ? Un homme, inconnu de presque tous, et décédé depuis longtemps de surcroît. Abraham Mendelssohn, banquier de son état (nous sommes à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles), n’a rien fait d’exceptionnel dans sa vie, hormis le fait d’être le…