Anne-Marielle Wilwerth

BIBLIOGRAPHIE


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

La poésie d’Anne-Marielle Wilwerth semble ici, plus que jamais, voguer à la crête des vagues. Largement inspiré de l’univers maritime dont l’auteure se sent proche, Ce que le bleu ne sait pas du fragile navigue de Charybde en Scylla vers un horizon visible mais indépassable. Sous le signe de la couleur bleue, si chère à l’écrivain-voyageur Nicolas Bouvier ou à Georges Perros dans ses Poèmes bleus, la poésie épurée – presque des haïkus –  suit le rythme lent de l’eau. Elle en épouse  le léger roulis, tangue sur l’océan de l’écriture qui est toujours à reprendre comme on reprend la mer après une escale forcée.

Écrire un peu comme on maraude et jeter l’ancre sans réfléchir dans l’intensément bleu du vivre

Seul le silence, un des…


Le Carnet et les Instants

Comme nous l’évoquions à la fin d’une précédente recension, c’est sur un quai bercé par une brise marine légère que nous retrouvons avec plaisir Anne-Marielle Wilwerth. Un nouveau recueil qui ne pouvait trouver plus bel ancrage que l’enseigne des éditions Bleu d’encre tant les nuances de la couleur bleue semblent iriser l’œuvre de l’auteure. Un bleu peut-être plus dilué ici que dans le dernier livre, Ce que le bleu ne sait pas du fragile, paru en 2019, un peu plus flou, plus léger qui irriguerait des ciels ordinaires où flânent des funambules. C’est donc en empruntant à la palette du peintre son bleu outremer qu’Anne-Marielle Wilwerth poursuit l’édification de sa cathédrale de silence. Chaque recueil venant d’une certaine manière et presque paradoxalement…


Le Carnet et les Instants

L’hiverest une vaste clairièreoù la neige minutieusementdéplie son ineffableAnne-Marielle Wilwerth continue ici, avec ce dernier recueil, Les miroirs du désordre, d’explorer son archéologie du silence. On y retrouve les thèmes chers à l’auteure qui n’a de cesse de creuser, de circonscrire, d’ouvrage en ouvrage, cette zone impalpable que forme l’écho du silence en nous. À la différence peut-être que ce nouvel opus, ce nouveau champ de fouille décale quelque peu son rayon d’action en se focalisant sur une matière qui ferait appel à un autre sens, la vue. Subtilement, la poétesse laisse dériver le silence vers l’invisible. La première partie du recueil, intitulée un simple froissé d’infini, en témoigne dès l’entame.Il faut beaucoup d’invisiblepour que…


Le Carnet et les Instants

Vivre au plus près, nouveau recueil poétique d’Anne-Marielle Wilwerth paru aux éditions du Cygne, livre à ses lecteurs les nœuds d’une quête existentielle faite d’intériorité, de silences, de recherche de dénuement, d’interstices et d’instantanés dans ce qui s’apparente à une conscience aigüe du temps qui passe. Il s’agit d’une poésie concise d’apparence simple, mais le principe d’économie qui préside au choix du mot permet le rayonnement et l’abondance de significations. C’est ainsi qu’émerge une dualité douce entre monde physique et métaphysique, principes de l’existence avec lesquels la poétesse nous invite à composer. Soumise au poids du temps, cette dualité confère au livre des accents parfois testamentaires. Le recueil scénarise une course…