Vès l'compernez-co? (N° 1)


RÉSUMÉ

Textes en gaumais et leur traduction avec un mini-CD audio – N°1 – janvier 2017 : Dans ce numéro : – Jean Mergeai (en français)- Léon Gillet- Lucien Rossignon- Nestor Marchal- Jean Mergeai- Roger SaussusSur le mini-CD : Tata Bertha, de Roger Saussus, extrait lu par Frego.

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

AFFICHEZ LES AUTRES ÉDITIONS

À PROPOS DE L'AUTEUR
Jean-Luc Geoffroy
Auteur de Vès l'compernez-co? (N° 1)
Perpétuel boute-en-train, homme à tout faire, homme orchestre, homme de main, homme de lettres et homme de cœur, Jean-Luc Geoffroy est un des piliers du Service du Livre luxembourgeois. Sans compter sa peine, depuis près de vingt ans on le rencontre à tous les rendez-vous importants pour la diffusion des livres, partout en Belgique, en Europe et même au Québec... Sans relâche, par train, par camion, par voiture et par avion, il s'emploie à faire connaître hors de nos frontières la littérature de la Communauté française de Belgique. Cet accaparement de tous les instants fait peut-être oublier que Jean-Luc Geoffroy compte aussi une solide activité littéraire personnelle : poésie et surtout nouvelles. Par un étrange paradoxe, d'ailleurs, très en contraste avec l'homme, cette production s'avère rarement optimiste et se range plus volontiers sous le signe d'une certaine gravité. Plongée dans un état de veilleuse pendant quelques années, l'écriture de Jean-Luc Geoffroy a connu ces derniers temps un important regain de vigueur avec des collaborations à différentes revues et surtout la publication de deux recueils de nouvelles. Né à Pétange (Grand-Duché de Luxembourg) le 21 juin 1953, mais issu d'une famille virtonnaise, Jean-Luc Geoffroy est un Gaumais pure souche. C'est à Virton qu'il passa son enfance et fit ses humanités à l'Athénée Royal avec, notamment, Georges Bouillon et Claude Raucy comme professeurs. Attiré par la littérature et par la musique, il suivit pendant quelques temps les cours du Conservatoire de Luxembourg. Passionné par le théâtre, il joua dans la troupe Les Compagnons d'Athéna dirigée par Claude Raucy. Pendant plusieurs années, véritable homme orchestre tour à tour chanteur, comédien et musicien, il anima les Cabarets gaumais présentés en Gaume et à Bruxelles. Il fut également l'un des premiers rédacteurs de la revue gaumaise Le Gletton. Après des études de traducteur en anglais et espagnol à Bruxelles, Jean-Luc Geoffroy est, depuis 1978, responsable du Service du Livre luxembourgeois et de la Communauté française. Ce service édite les Dossiers L et présente les œuvres des auteurs de la Belle Province un peu partout, lors de foires du livre en Belgique (Namur, Redu, Chassepierre, Bellefontaine, Bruxelles) et à l'étranger de Luxembourg à Metz en passant par le lointain Outaouais québécois, la Suisse ou encore le Val d'Aoste. L'année 2004 sera celle où il se voit attribuer le Godefroid de la Culture, qui récompense chaque année une personnalité du monde culturel pour son rôle dans la province luxembourgeoise. Avec Savina de Jamblinne et quelques personnalités, il aide, en 2008-2009, à la création d'une émission littéraire sur la chaîne locale TV LUX. Cette émission (Livre-toi)connaîtra une évolution en trois phases et est actuellement animée par Jean-Pierre PIRSON. Jean-Luc GEOFFROY, pour pérenniser ces émissions, les produit en mini-DVDs, surtout à destination de l'enseignement, mais aussi du grand public. Il est nommé Directeur du Service du Livre (qu'il dirige en fait depuis 1978) en 2010. Il est admis à la retraite en 2014. Retour aux sources : il s'intéresse de très près au patois gaumais, celui de sa région natale... et en 2015, il prépare pour l'automne un seul en scène : La Gaume? Un monde! et, aux éditions Tintenfass (Allemagne), une version gaumaise du Petit Prince, d'Antoine de Saint-Exupéry. Le 11 octobre 2015, il reçoit des mains de Jean-Marie Fox, Président du Cercle Royal Gaumais de Bruxelles, le Grand Prix de Gaume (biennal).En janvier 2017, lance sa revue Vès l'compernez co? consacrée au dialecte gaumais. 48 pages de textes en gaumais (avec leur traduction en français) et un mini-CD avec des enregistrements du passé et actuels, en gaumais évidemment...Pour en savoir davantage :http://www.frego-et-folio.be/(Frego et Folio)

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Vès l'compernez-co? (N° 1)"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 16383 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Écrire sans faute. Dictées lues, commentées et corrigées

Écrire sans faute. Un recueil de trente-trois dictées choisies principalement parmi celles proposées par les Championnats…

Bokèts po l’ dêrène chîje : Poèmes pour l’ultime veillée

Peu de temps avant son décès, le grand écrivain wallonophone Émile Gilliard avait transmis à son éditeur les épreuves corrigées de Bokèts po l’ dêrène chîje . La première édition de cette œuvre — une édition artisanale en 50 exemplaires, aujourd’hui introuvable — lui avait valu le prix triennal de Poésie en langue régionale de la Fédération Wallonie-Bruxelles 2005 et était vue comme un incontournable de sa bibliographie. Sa réédition dans une collection de plus large diffusion et avec des adaptations françaises est donc une initiative bienvenue.  Si cette réédition fait œuvre de justice en permettant à la poésie d’Émile Gilliard d’atteindre des lecteurs qu’elle n’a jamais pu toucher auparavant, soulignons qu’elle fait aussi œuvre utile. En effet, elle fournit aux amateurs une réalisation exemplaire, témoin de la richesse du wallon sous la plume d’un auteur qui le possède pleinement, mais aussi des voies audacieuses empruntées par la poésie d’expression régionale depuis le milieu du 20e siècle.Émile Gilliard est en effet un héritier de la « génération 48 », qui a renouvelé cette poésie par la recherche de formes nouvelles et l’exploration de thèmes actuels. Ces jeunes poètes et leurs continuateurs visaient l’universalité, à travers des œuvres qui ne reniaient en rien leur attachement à leur région ni leurs origines souvent modestes.Dans Bokèts po l’ dêrène chîje , Émile Gilliard applique fidèlement ces principes, suivant une route d’abord tracée par Jean Guillaume, son maitre en poésie. Écrites dans les années qui ont suivi son départ à la retraite, les trois séries qui composent ce recueil explorent le regret lié au temps perdu, l’amertume d’avoir dû travailler pour d’autres, la fatigue physique et mentale… Au fil des poèmes, le lecteur découvre une langue particulièrement souple, riche d’adjectifs aptes à traduire, par exemple, les nuances de ce dernier sentiment : nauji [ « lassé » ], scrandi [ « fatigué » ], nanti [ « exténué » ], odé [ « lassé » ], skèté mwârt [ « éreinté » ]…Par endroits, le poète renoue avec la colère qui s’exprimait à plein dans certaines œuvres précédentes ( Vias d’mârs´ en 1961 , Come dès gayes su on baston en 1979) : ’L âront scroté nos tëresèt nos cinses èt nos bwès,à p’tits côps, à p’tits brûts,[…] come dès fougnantsk’on wèt todis trop taurdcand leû jèsse a stî fêteèt k’ tot-à-fêt a stî cauvelé. Dès-ans èt dès razansk’on a cauzu ovré d’zos mêsse,[…] dissus nos prôpès tëres. [Ils auront dérobé nos terres, / fermes et forêts, / peu à peu, sans fracas, / (…) comme des taupes / qu’on détecte toujours trop tard, / quand elles ont accompli leurs méfaits / et qu’elles ont tout creusé. // Une éternité / qu’on a quasi œuvré / sous tutelle, / (…) sur nos propres terres.] Ailleurs, il reprend les questionnements d’ordre métaphysique qui traversaient À ipe , cette autre œuvre importante, rééditée dans la collection micRomania en 2021. Èt si nosse bole âréve bukéconte one sitwale ? […] Èt nos-ôtes bèrôderèt r’nachî à non-syinceaprès l’ dêrène ruwale ? [Et si notre globe / avait cogné une étoile ? (…) // Nous aurions erré, / cherché inutilement / une ultime issue ?] Ces deux veines majeures de l’œuvre gilliardienne — le questionnement sur l’homme et son environnement, la défiance envers l’exploiteur, en communion avec tous les exploités — trouvent un point de rencontre dans les pages les plus fortes du recueil. C’est alors la métaphore de la maison qui exprime la détresse du « je » (non, du « dji » ) face aux communs massacrés au bénéfice de quelques-uns. ’L ont rauyî djustotes lès pîres dissotéyesèt lès tchèssî au lon,à gros moncias.Èt c’èst cauzucome s’il ârén´ ieû v’luchwarchî è vike,chwarchî è m’ pia.Come si l’ maujoneâréve ieû stîon niër, on burton d’ mès-oûchas. [Ils ont arraché / toutes les pierres descellées / et les entasser au loin, / et c’est quasi comme / s’ils avaient voulu / m’écorcher vif, / charcuter ma peau, / comme si la maison eût été un nerf, / un moignon de mes os.] De manière plus explicite, Émile Gilliard fait le lien avec le désastre écologique dans le poème d’épilogue, écrit spécialement en vue de cette deuxième édition. Vêrè ként’fîye on djoûki l’eûwe ni gotinerè pus wêre foû dès sourdants.On s’ capougnerè po sayî d’ ramouyî sès lèpes.Vêrè ki l’ têre toûnerè à trîs et tot flani,ki nos maujones si staureront su nos djoûs,èt nosse lingadje ni pus rén volu dîre. [Peut-être viendra-t-il un jour / où l’eau filtrera à peine de la source. / On s’empoignera pour se rafraîchir les lèvres. / Une terre stérile fera flétrir les plantes. / Notre maison s’écrasera sur nos jours, / et notre langue n’aura plus de sens.] Au possible effondrement des équilibres naturels fait écho ici celui d’une langue. Bokèts po l’ dêrène chîje est aussi traversé des préoccupations d’un homme qui a donné tous ses loisirs à la langue wallonne et laisse parfois libre cours à son pessimisme : « po ç’ k’il è d’meûre : / on batch di cindes èt dès spiyûres, / sacants scrabîyes / k’on îrè cheûre èt staurer sul pî-sinte » [ « pour ce qu’il en reste : / un bac de cendres, des déchets, / des escarbilles / à secouer et à répandre sur le sentier » ]Et c’est en cela que cette réédition prend une valeur supplémentaire : en redonnant à lire des poèmes qui ne taisent pas son sentiment de lassitude et d’isolement, elle nous rappelle que leur auteur a toujours su le dépasser. Émile Gilliard, en effet, n’a jamais cessé d’écrire dans sa langue première et a consacré ses dernières années à d’importants travaux philologiques. Ce livre prend donc, en creux, la valeur d’une ode à sa résilience et à son formidable engagement. Julien Noël Les traductions offertes ici sont les adaptations littéraires de l’auteur. Plus d’information Ce tryptique a été publié artisanalement, en wallon, à compte d'auteur, en tirage restreint, en 2004. Le dernier volet Crèchinces a également fait l'objet d'un numéro des Cahiers wallons . La présente édition est assortie d'une adaptation en langue française. L'ordre des textes comporte des modifications et un poème d'épilogue résume l'esprit du recueil. L'actuelle situation du monde donne à ces poèmes un reflet d'authenticité. Y pointent heureusement des germes d'espérance et de lumière. Le dilemme reste présent : d'un côté, l'appât du gain, du plaisir, du soi-disant progrès, le manque d'amour d'autrui, de l'autre, le respect de l'humanité, de la nature, du climat. L'humanisme triomphera-t-il d'un matérialisme borné dans lequel notre civilisation peine…