Sans état d´âme: lettres ouvertes sur les centres fermés



À PROPOS DE L'AUTEUR
Chantal Myttenaere
Auteur de Sans état d´âme: lettres ouvertes sur les centres fermés

Chantal Myttenaere est née en 1952 à Bruxelles et est décédé le 25 juin 2016. En 1978, elle enseigne la psychologie et l'audiovisuel dans un Centre d'Enseignement Supérieur pour Adultes. Auteur de nombreux romans (dont 'La trisomie du silence' et 'L'insolente fierté') et nouvelles (dont 'Prélude' et 'La vie désertée'), elle a réalisé plusieurs reportages et documentaires, notamment pour l'émission Strip-Tease de la RTBF. Son film de fiction 'Le moulin de Dodé' a obtenu le Prix de la photo au Festival de Bruxelles.

Xavier Deutsch
Auteur de Sans état d´âme: lettres ouvertes sur les centres fermés
Mon nom est Xavier Deutsch. Je suis né à Leuven (Belgique) le 9 février 1965, dans un milieu normal. En janvier 1989, je publie mon premier roman : “ La nuit dans les yeux ”, chez Gallimard. En 1990, obéissant à l’appel du drapeau, je sers la patrie et l’intérêt collectif dans les rangs du 1er Wing de chasse, de la Force aérienne. J’en sors sous-lieutenant. En 1994 j’obtiens mon permis de conduire les camions et, le 21 décembre 1995, mon diplôme de docteur en Philosophie et Lettres, de l’Université catholique de Louvain. Le 1er avril 1996, ayant publié un nombre significatif de romans, j’entreprends de vivre de mon écriture. Le 25 décembre j’intègre (après rénovation) la jolie vieille maison que j’ai acquise quelques mois plus tôt, dans une rue villageoise de Chaumont-Gistoux. C’est de là que j’écris ces lignes. Le 4 décembre 2002, le roman “ La belle étoile ” obtient le prix Rossel. Et quelques semaines plus tard je m’aligne, aux élections fédérales, sur la liste Ecolo du sénat. Depuis lors tout continue d’aller bien. J’ai à ce jour (automne 2007) publié une trentaine de livres ainsi que de nombreux textes dans la presse ou des ouvrages collectifs. Les arts plastiques me passionnent, et mes textes accompagnent régulièrement les travaux de photographes et de peintres. J’aime les arbres et le bûcheronnage. Pour le reste, je continue de penser que la littérature est libre. C’est-à-dire dégagée de ses auteurs, autant que possible. Il existe des auteurs qui asservissent la littérature, qui l’utilisent pour s’exprimer, pour dire les choses qu’ils pensent et qu’ils ressentent, pour transmettre des idées, délivrer des messages, des souvenirs ou des peurs anciennes. Je continue de penser que la littérature ne sert pas à cela. La littérature ne doit pas être la parole ou le prolongement de l’auteur. Elle est, au contraire, une création : elle émane de l’auteur, mais elle s’en affranchit, elle en est distincte, séparée. Voilà pourquoi il n’existe aucun intérêt à connaître les détails de la naissance d’un auteur, la religion de ses pères, la couleur des murs de sa chambre, et le prénom de ses cousins. D’ailleurs, je n’ai pas de cousins.
Laurent Demoulin
Auteur de Sans état d´âme: lettres ouvertes sur les centres fermés
Laurent Demoulin enseigne la littérature en Romane à l’Université de Liège où il officie également comme conservateur du Fonds Simenon. Il a signé nombre d’articles portant sur les littératures française ou belge francophone contemporaines et publié un ouvrage intitulé « Une rhétorique par objet » : les mimétismes dans l’œuvre de Francis Ponge (Hermann, 2011). Par ailleurs, en tant qu’écrivain, il a fait paraître les recueils de poèmes Filiation (Le Fram, 2001), Trop tard (Tétras Lyre, 2007, prix Marcel Thiry), Même mort (Le Fram, 2011), Ulysse Lumumba (Le Cormier, 2014), Palimpseste insistant (Tétras Lyre, 2014), Poésie (presque) incomplète (L’Herbe qui tremble, 2018, prix Maurice Carême) et Homo saltans (illustré par Antoine Demoulin, Tétras Lyre, 2018). Il a en outre co-écrit avec Jean-Marie Klinkenberg Les Petites Mythologies Liégeoises (Tétras Lyre, 2016) et avec Jacques Dubois Tout le reste est littérature (Les Impressions nouvelles, 2018). Enfin, son roman, Robinson (Gallimard, 2016) lui a valu le prix Rossel en 2017.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Sans état d´âme: lettres ouvertes sur les centres fermés"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Verhaeren, biographie d'une œuvre

À propos du livre (4e de couverture) Le présent travail…

Hubert Juin ou le roman du vertige

Dissertation sur le cycle romanesque "Les Hameaux" de Hubert Juin. Étude de la…

Les influences anglo-saxonnes sur les lettres françaises de 1850 à 1880

À propos du livre Cette étude voudrait retracer l'action générale des influences anglo-saxonnes sur nos Lettres françaises de Belgique, de 1850 à 1880. L'Angleterre victorienne resplendit alors; les États-Unis conquièrent leur rang, imposent leur génie ; notre littérature, elle, malgré Van Hasselt, de Coster, Pirmez, semble marquer à peine sur la carte du Réalisme international. Il semble même que des temps ingrats soient revenus pour l'art, après ces années de 1815 à 1850, dont M. Gustave Chartier, dans Le Mouvement romantique en Belgique, a entrepris de révéler tout l'intérêt, montrant le dynamisme des influences étrangères et, parmi elles, des anglo-saxonnes. C'est le destin de ces dernières que nous suivons au cours des trois décades qui nous séparent encore de la Jeune-Belgique. Nous tenterons de dire leur sens dans sa plénitude, tel que nous le démêlons de l'écheveau cosmopolite et comme nous l'a livré l'analyse d'une vie intellectuelle, où littérature, philosophie et politique…