N'êtes-vous pas patineuse? : Lettres à Marguerite Gombert


RÉSUMÉ

Édition présentée, établie et annotée par Jacques Detemmerman

Installé depuis peu dans la capitale, Charles Van Lerberghe décide, en 1889, de s’inscrire à l’Université libre de Bruxelles et de conquérir un diplôme. Parmi les étudiants, il retrouve Fernand Séverin. Il remarque aussi une jeune fille, Marguerite Gombert, proche de l’éminent helléniste Alphonse Willems. Pour Marguerite, «pas bien jolie», mais «très femme, assez gracieuse et toujours riante», le poète a nourri…


DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)
5 Upper Bedford Place Londres W.C. Jeudi, 19 mai 1898 Ma chère Mademoiselle, Pardonnez-moi de ne vous avoir pas encore adressé d'ici quelques mots de souvenir et d'amitié, de ne vous avoir donné aucune nouvelle de mon voyage. C'est que, et j'espère que vous l'aurez deviné, ces premiers jours j'ai vécu un peu en nomade, pour ne pas dire en bohème. Il n'y a qu'à ma sœur que je griffonnais parfois, sur une table de restaurant, quelques mots pour la rassurer sur ma santé et mon «acclimatation». Ce n'est que depuis peu de jours que j'ai quitté l'hôtel pour le boarding house et que je me suis installé (ce qui consiste à ranger quelques effets dans une armoire et quelques livres sur une table) dans mon petit appartement d'Upper Bedford Place. Je n'y suis pas trop mal. La rue est paisible et d'aspect distingué : noire et verte, pas trop triste. De mon balcon, je vois les arbres de Russell Square et j'entends chanter les oiseaux. Par exemple, on est assez nombreux à table et un tel boarding house ressemble beaucoup à un hôtel. C'est loin de la vie de famille! Des hôtes de passage… et, comme résidents stables, deux étudiants dentistes (!) que je ne fréquente pas. Malgré que la maîtresse de maison soit gentille, cette première expérience n'a pas trop bien réussi, et j'irai peut-être encore avant la fin de mon séjour m'établir dans un faubourg beaucoup plus éloigné du centre; à Hampstead, par exemple, où je viens d'aller faire visite à M. et Mme Sharp. (Ce William Sharp, qui a traduit mes Flaireurs : un grand et bel et sympathique Irlandais.) Malgré que j'aie assez bien de lettres d'introduction pour des confrères, je n'ai fait usage jusqu'ici que d'une seule, afin d' obtenir l'accès à la bibliothèque; j'ai réservé les autres afin de savourer quelque temps encore cette solitude que j'adore au point de fuir même les amis. Je me promène dans les musées et les parcs, surtout dans ces délicieux jardins qu'on ne trouve peut-être qu'ici et en Italie – et, du livre que j'emporte, souvent au retour, je n'ai lu qu'une page. Aujourd'hui, par exemple, j'irai par le bateau à Kew Gardens préparer The Twelfth Night, comme j'ai fait la semaine passée pour Julius Caesar qu'on donne ici à présent. Le Jules Caesar, avec les décors d'Alma-Tadema, est superbe et j'en ai été stupéfait, car je m'attends toujours ici, en fait de théâtre, à du médiocre et à du pire. Ainsi, on donne la Walküre, Les Maîtres, Lohengrin, Tannhaüser, Orphée…, j'irai un de ces soirs de nouveau avec cette jolie prévention que ce sera détestable. Mais tout cela, ma chère Amie, n'a guère d'intérêt pour vous et il faut réellement que je n'aie pu encore bien retrouver les idées pour vous conter ces balivernes. Qu'il vous suffise de savoir que je suis enchanté, ravi de mon séjour à Londres, d'autant plus que je n'y fais rien qui vaille, la mission spéciale qu'on m'a confiée étant bien difficile!… À plus tard les choses sérieuses… La vie est courte. Je vous écrirai quelque jour plus longuement mes impressions. En attendant, que devenez-vous, Mademoiselle? Seriez-vous repartie en Suisse ou en Italie, où êtes-vous toujours en ce bon Schaerbeek où la nostalgie et tant de profonde et tendre sympathie me ramènent constamment en pensée? Dites-le moi et parlez-moi de vous. J'attends ce grand plaisir. Votre bien sincèrement dévoué. Charles Van Lerberghe
Table des matières Introduction Lettres 1 [Schaerbeek], Noël 1897 2 [Schaerbeek], 31 décembre 1897 3 [Schaerbeek], [9] janvier 1898 4 [Schaerbeek], [15 mars 1898] 5 [Schaerbeek], [18 avril 1898] 6 Londres, 19 mai 1898 7 [Londres], 30 mai 1898 8 Londres, 5 juillet 1898 9 Londres, [25 juillet] 1898 10 Middelkerke, 8 septembre 1898 11 Schaerbeek, 14 octobre 1898 12 Schaerbeek, 21 octobre 1898 13 Schaerbeek, 4 novembre 1898 14 Schaerbeek, 1er janvier 1899 15 Schaerbeek, 17 mai 1899 16 Bouillon, 10 juin 1899 17 [Schaerbeek], 4 novembre [1899] 18 Berlin, 2 décembre [18]99 19 Berlin [5 janvier 1900] 20 Munich, 15 mai 1900 21 Munich, 3 juin [1900] 22 Munich, 20 juillet [1900] 23 Munich, [29] juillet [1900] 24 Rome, 7 mai [19]01 25 Saint-Josse-ten-Node, [29 août 1901] 26 Saint-Josse-ten-Node, 22 octobre 1901 27 Paris, 1er janvier 1902 Index des noms

À PROPOS DE L'AUTEUR
Charles Van Lerberghe
Auteur de N'êtes-vous pas patineuse? : Lettres à Marguerite Gombert
Né à Gand en 1861, dans un milieu bourgeois et cultivé, il est au collège Sainte-Barbe le condisciple de Maeterlinck et manifeste dès l’adolescence un intérêt pour la littérature. Après des études de Lettres, diverses publications et des voyages en Allemagne et en Italie, il trouve la mort à Bruxelles à l’âge de 46 ans. Son œuvre de conteur, de poète (La Chanson d’Eve) et de dramaturge (Les Flaireurs) représente un moment important de la vie culturelle des années 1885-1906.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "N'êtes-vous pas patineuse? : Lettres à Marguerite Gombert"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9504 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Va et vient

Lui. Il est à un bout du livre. Il écrit une lettre qu’il part poster, la lettre s’envole, passe…

Lettres du Goulag : Correspondance de détenus dans les lieux d’incarcération et d’internement du Goulag

Avec Lettres du Goulag , Jean-Louis Rouhart a fait paraître un ouvrage essentiel sur le monde du Goulag en Union soviétique.  Il y a quelques années, ce germaniste professeur émérite à la Haute École de la Ville de Liège avait réalisé une étude consacrée à la correspondance clandestine – déjà – dans les camps nazis, essai qui avait reçu le Prix de la Fondations Auschwitz – Jacques Rozenberg en 2011.  Il s’attaque maintenant à la même problématique dans le monde soviétique. Il s’agit d’un ouvrage scientifique, fort d’une rigueur absolue dans l’approche et le traitement systématique du sujet et pourvu d’un important appareil de notes et d’un grand nombre d’annexes (glossaires, schéma, dates-clés,…) de nature à introduire et à guider le lecteur dans la mécanique du complexe concentrationnaire soviétique vu sous l’angle révélateur de la correspondance entre les détenus et leurs familles.  Ô combien révélateur en effet, puisque «  Dix ans sans droit à la correspondance » était la dénomination officielle de la sentence telle qu’elle était transmise aux familles des déportés, alors qu’en réalité il s’agissait d’une condamnation à mort le plus souvent déjà exécutée au moment de la notification officielle.  Il faudra attendre la Perestroïka et un arrêté du KGB, le 30 septembre 1989, pour que l’indication exacte des dates et des raisons de la mort soit officiellement reconnue.  À ce seul instant, on réalisa enfin pourquoi aucun des condamnés à ‘Dix ans de camp de redressement par le travail avec privation du droit à la correspondance et aux colis’ n’avait jamais donné signe de vie Les lettres des détenus constituent donc le cœur de l’ouvrage mais l’accent est mis sur le contexte historique, sur les différentes catégories de détenus et de centre de rétention (camps, prisons, …).  Cet ouvrage ne mise pas sur l’émotion, même si leur lecture et le décodage historique et contextuel qui en est donné sont poignants quant au sort des prisonniers et terrifiants quant au cynisme et à la cruauté du système concentrationnaire.Il ne manque pas d’exemples où la littérature de fiction fait entrer le lecteur dans une vérité historique. Il n’est que de lire, pour prendre un exemple récent, Mahmoud ou la montée des eaux , d’Antoine Wauters.  Par contre, il est des contextes – politiques, généralement – qui exigent une recherche précise qui identifie les rouages d’une situation de manière à prouver la réalité de l’entreprise décrite.  Ce contexte – de négationnisme, de reconstruction de l’histoire, de reformatage politique, nous y sommes.  Dans son introduction, l’auteur déclare, à propos de son essai, que «  le mérite revient à l’ONG russe de défense des droits de l’homme, la société du Mémorial de Moscou, d’avoir contacté les anciennes victimes du Goulag et leurs descendants afin qu’ils déposent aux archives de la société leurs témoignages oraux et écrits sur les internements et remettent la correspondance qui avait été échangée à ce moment entre les membres de la famille. »  L’un des glossaires nous apprend que cette société du Mémorial a été fondée en 1988 par Andreï Sakharov à Moscou dans le but de rassembler les témoignages oraux et écrits des anciens prisonniers et dissidents.  Mais depuis 2008, l’association est victime de persécutions policières – confiscation de l’ensemble des archives numériques sur le Goulag –, de procès politiques qui donnent lieu à d’importantes amendes, …La parution de cette étude à un moment où l’histoire soviétique est revisitée par le pouvoir russe [1] nous ramène à une époque où un roman comme Vie et Destin de Vassili Grossman, achevé en 1962 et aussitôt confisqué par le KGB, ne fut finalement édité qu’en 1980 par les éditions L’Âge d’Homme en Suisse.  Il est urgent de s’informer et de connaître la vérité historique.  Au livre, citoyen-ne !!  Marguerite Roman [1] Voir notamment « En Russie, l’historien du goulag Iouri Dmitriev condamné à treize ans de camp à régime sévère » , Le monde , 30 septembre 2020 ; « En Russie, l’État s’octroie un monopole sur l’histoire » , La libre Belgique , 10 juin 2021 ; « La persécution de Iouri Dmitriev, ‘un symbole de la politique de l’État russe à l’encontre des historiens indépendants' »…

N'êtes-vous pas patineuse? : Lettres à Marguerite Gombert

Édition présentée, établie et annotée par Jacques Detemmerman Installé depuis peu dans la capitale, Charles Van Lerberghe décide, en 1889, de s'inscrire à l'Université libre de Bruxelles et de conquérir un diplôme. Parmi les étudiants, il retrouve Fernand Séverin. Il remarque aussi une jeune fille, Marguerite Gombert, proche de l'éminent helléniste Alphonse Willems. Pour Marguerite, «pas bien jolie», mais «très femme, assez gracieuse et toujours riante», le poète a nourri des sentiments qui vont de l'«amitié assez terne» jusqu'à ceux qui justifient une demande en mariage, perspective qui le faisait à la fois rêver de frémir de crainte. Les 27 lettres et cartes de Van Lerberghe, conservées par Marguerite Gombert, n'apportent pas uniquement des informations biographiques. Riches en considérations artistiques et littéraires, en récits de voyages aussi, elles trouveront leur place à côté des longues missives envoyées à Severin,…