L’île aux deux crabes


RÉSUMÉ

Il y a bien longtemps, sur une petite île perdue au cœur de l’océan, les animaux vivaient sans plumes ni écailles, sans poils ni fourrure.
Madame Bouba, qui possédait certains pouvoirs, décida de leur offrir de beaux vêtements.
Seuls manquèrent à l’appel Petit-Bernard et Grosse-Pince, deux crustacés insouciants qui chapardaient des noix de coco.

Inspiré d’une légende traditionnelle kanak (Nouvelle-Calédonie).


À PROPOS DE L'AUTEUR
Loïc Gaume
Illustrateur de L’île aux deux crabes

Né le 11 septembre 1983 à Pontarlier, France

Baccalauréat arts-appliqués BTS design graphique et médias imprimés, Lycée Pasteur, Besançon Communication visuelle et graphique, l’ENSAV La Cambre, Bruxelles

« Un trait sûr, appuyé, assuré donc et pourtant délicat, suit avec constance les méandres des figurations, ou prend plus sûrement encore la voie de la réduction ou du symbole. Des formes-couleurs, denses et lumineuses, dont le tremblé du contour n’exclue en rien la netteté et la force visuelle, évoluant elles aussi entre reproduction et schématisation. Voilà qui suffit à constituer la palette du créateur Loïc Gaume, avec laquelle il explore (…) des univers eux aussi comptés : le détail, la cartographie, l’architecture, les animaux, les contes (…). » (Sophie Van der Linden – Revue Hors Cadre[s], mars-septembre 2017)

Lauréat d’une bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide à la création, 2017  

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "L’île aux deux crabes"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16281 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le souffle de ma Mamie

Au fond de son armoire, une petite fille découvre un ballon tout plissé. Un restant de fête d’anniversaire, une trace d’un souvenir. C’est sa grand-mère, disparue depuis peu, qui l’avait gonflé. Alors, cette enfant imagine le chemin que pourrait emprunter le souffle de sa Mamie si elle le laissait s’échapper. Au fil des pages, c’est un voyage tout en délicatesse comme une plume qui s’envole qui emporte avec lui le lecteur et ses pensées. Cet album aborde avec poésie et pudeur les thèmes de la mort, du deuil et du retour à la vie. Il est judicieusement écrit à la première personne du singulier. Ce « je » permet aux plus jeunes lecteurs de s’identifier au personnage. Les teintes dominantes utilisées par Catherine Metzeyer passent des couleurs froides aux chaudes en fonction des émotions véhiculées dans l’histoire. Chaque double page permet également de voyager à travers les yeux de cette petite fille qui va peu à peu laisser reprendre le cours de sa…

Au fil des saisons

Le principe de cette collection est de présenter un sujet par l’observation de grandes images…