Les orphelins de François


RÉSUMÉ

Le 24 octobre 1984, au cimetière de Montmartre, Claude de Givray prononce l’éloge funèbre de son ami François Truffaut. « Si François n’était pas né, s’il n’avait pas été cinéaste… »  Et moi, que serais-je devenu si François Truffaut n’avait pas existé ?






NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Dans un livre sensible, touffu, entraînant, Bernard Gheur s’est attaché à éclairer un versant inattendu de François Truffaut. Les orphelins de François révèle un « éveilleur de romans », lecteur passionné, exigeant. « Sous le crayon de François – sa baguette magique -, les phrases gagnaient en légèreté, en limpidité, en poésie. La touche Truffaut. »Bernard Gheur avait à peine vingt ans lorsqu’il envoya à François Truffaut, « le dieu de mes seize ans », une nouvelle de quatre pages, Le testament d’un cancre.Merveille : le cinéaste lui répondait et l’invitait à développer son texte, à entreprendre un roman. Il précisait : « Vous en êtes capable ».…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Les orphelins de François"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9955 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Absent de Bagdad

Dans un lieu indéterminé, un pays probable, et une cave certaine, un homme…

Pépita Jiménez

Don Louis de Vargas, élevé au séminaire par un oncle doyen qui lui a insufflé sa foi et sa…

Le bourgmestre de Bruxelles

Les capitales ont perdu une part de leur pouvoir d’attraction ces dernières…