Le monde de François Emmanuel


RÉSUMÉ

Né en Belgique en 1952, François Emmanuel est l’auteur d’une vingtaine de romans, mais également de nouvelles, de poèmes, de pièces de théâtre et de textes inclassables. Psychiatre et thérapeute de profession, formé au Théâtre Laboratoire de Jerzy Grotowski, François Emmanuel a bâti un imaginaire fondé sur une attention extrême au monde, à son étrangeté, à ses failles, aux êtres fragiles qui le peuplent. Son oeuvre très diverse est traversée par un style singulier, unique, éminemment reconnaissable, le style d’un grand écrivain. Les romans de François Emmanuel ont emporté l’estime du grand public autant que des cercles littéraires ; La Passion Savinsen obtint le prix Victor Rossel en 1998 et Regarde la vague, le prix triennal du roman en 2009. Le Monde de François Emmanuel établit le bilan de cette oeuvre en dévoilant certains des secrets qui en font le charme et le succès.

Découvrez également la recension de Daniel Laroche.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Christophe Meurée
Auteur de Le monde de François Emmanuel
Christophe Meurée est premier assistant scientifique aux Archives et musée de la littérature (AML) à Bruxelles. Spécialiste de théorie littéraire et de littérature contemporaine, il est l’auteur d’une vingtaine d’articles et d’une thèse intitulée La scène d’atemporalité dans le récit contemporain de langue française. Il s’intéresse désormais aux discours et personnages prophétiques ainsi qu’à l’émergence d’un « sujet apocalyptique » dans la littérature du XXe siècle. En outre, il dirige, chez Peter Lang, la collection « Marguerite Duras » et il est co-rédacteur du Bulletin de la Société Marguerite Duras.
François Emmanuel
Auteur de Le monde de François Emmanuel
Le 3 septembre 1952 naît à Fleurus François Emmanuel Tirtiaux, qui en littérature ne gardera que ses prénoms, laissant à son frère Bernard et à ses romans rutilants comme des vitraux le nom de famille. La famille compte un autre écrivain, l'oncle, Henry Bauchau, son confrère à l'Académie. Il a toujours écrit, confie-t-il, mais ses premières vocations manifestes sont la médecine et le théâtre. Il se perfectionne dans la première discipline jusqu'à la spécialisation en psychiatrie, terminée en 1983. La passion du théâtre va jusqu'à interrompre cet apprentissage, puisqu'en 1981, il passe un an à Wroclaw, au théâtre laboratoire de Grotowski : c'est là que le premier livre commence à s'élaborer. La Nuit d'obsidienne s'appelle d'abord «Périple». Ce texte est donc antérieur aux premiers qu'il publiera, les poèmes de Femmes prodiges et le roman Retour à Satyah, paru en 1989. La Nuit d'obsidienne lui vaudra le prix triennal de la ville de Tournai en 1992, année où paraissent aussi ses nouvelles de Grain de peau, esquisse de ces «romans d'été» où l'auteur, comme le lui dit Yves Namur en l'accueillant à l'Académie, «se donne à être plus léger avec lui-même». Car pour quelques livres, cette différenciation été-hiver se vérifie. Ainsi se distinguent Le Tueur mélancolique, où un exécuteur des hautes œuvres se donne pour un «doux définitif» de La Partie d'échecs indiens, où un policier démissionnaire recherche un ancien partenaire de jeu jusqu'aux rives de l'océan Indien, ou de La Leçon de chant, où l'on sent en filigrane la démarche du psychiatre, métier que l'auteur exerce toujours en dirigeant le Club Antonin Artaud, centre alternatif fondé où la cure est fondée sur les activités artistiques. Le prix Rossel couronne en 1998 La Passion Savinsen, où deux amours interdites se tressent en une tragédie inscrite dans la seconde guerre mondiale. La même époque imprègne ce «récit bref, étrange, provocateur et rédoutable» qu'est, comme le dit Yves Namur, La Question humaine, où les menées de la grande entreprise capitaliste sont présentées comme parentes des méthodes concentrationnaires. Après La Chambre voisine, Le Sentiment du fleuve : cette fois, Yves Namur propose une autre différenciation. Le premier livre serait à classer «du côté de la mère», parce que le thème de la maison s'y impose; le second, «du côté du père» parce que thème de la transmission le domine. Cette «littérature du dévoilement, du clair-obscur» (Namur) rapproche évidemment l'auteur de la poésie, qu'il pratique par ailleurs, lui qui tient les poèmes «pour les seuls textes en suspension dans le vide».


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Christophe MEURÉE (dir.), Le monde de François Emmanuel, A.M.L., coll. « Archives du futur », 2022, 492 p., 28 €, ISBN : 978-2-87168-089-5Si on ne présente plus François Emmanuel, on peut sans fin le redécouvrir, à l’exemple de Jean-Luc Outers qui confie s’emparer régulièrement, au hasard, de l’un de ses romans – et l’étagère qu’ils peuvent occuper dans une bibliothèque est longue – pour y picorer une page, un bref extrait, une ligne. Le volume Le monde de François Emmanuel permettra, à celles et ceux qui ont trop longtemps ajourné le bonheur de faire sa rencontre, de l’approcher cette fois en exhaustivité comme en intimité.« Un monde », quel écrivain n’en est pas un ? Sa…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:monde - "Le monde de François Emmanuel"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L’en vert de nos corps

Pour évoquer le monde végétal que le savoir dominant…

Le livre au temps du confinement

Loin des indigestes journaux de confinement qui ont accompagné…