L’Art de vivre. 52 lettres à une jeune Artiste


RÉSUMÉ

Une bouée lancée dans les tempêtes et e tohu-bohu de notre époque, ô combien désorientée; une quête et une initiation au bonheur qui surplombe nos vies. Une voie qui prend sa source à la croisée de la philosophie, de la psychologie et de la spiritualité.52 lettres pour vous accompagner toute une année, au fil des cinquante-deux semaines. Un livre à prendre et à reprendre, qui aborde nombre de thèmes brûlants, de questions…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Luc Templier
Auteur de L’Art de vivre. 52 lettres à une jeune Artiste
Luc Templier est né à Corbeil (Esonne) en 1954. Licence et Maîtrise en "Arts plastiques et Sciences de l'Art" à l'Université Paris 1 - Sorbonne.Mise en scène de l'Atelier théâtre de la ville de Liège.Création d'une agence de publicité qu'il dirige de 1990 à 2002.Conservateur du "Musée de la Famenne" à Marche-en-Famenne depuis 2005.Multiples expositions en Belgique, France, Grèce...Il est chercheur en calligraphie et travaille sur la notion de "biographie imaginaire". Il se dit également "copiste", adepte de "l'archéologie contemporaine", lorsqu'il calligraphie des livres entiers sur des petits feuillets.Son travail est soutenu par de nombreuses expositions et des stages qu'il anime sur la "créativité et l'écriture".

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

La calligraphie est aussi ancienne que la main qui saisit un calame, un roseau, une plume pour tracer ces formes qui ont pris le nom de lettres, d’idéogrammes, de signes…Ce sont des gestes de volupté, des jouissances qui précèdent l’écrit et qui l’accompagnent dans la marge du sens ou de ce que nous appelons trivialement la communication.L’écriture de Luc Templier accorde les exigences et les jouissances du calligraphe dans la création de la lettre dessinée, de l’enfance dans ses premiers liés et déliés de l’abécédaire.Dans son livre, L’Art de vivre, 52 lettres à une jeune Artiste, l’auteur dialogue avec des apprenties imaginaires, une Amie qui renvoie l’artiste à une suite de questionnements issus de ces formations en…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:templier livre - "L’Art de vivre. 52 lettres à une jeune Artiste"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le pacte avec le diable. De saint Augustin à David Bowie

Philosophe, historien dont les essais interrogent les marges, les traits passés sous silence de l’Histoire ( Les illuminati, Les templiers, La religion d’Hitler , Treize complots qui ont fait l’histoire , Himmler et le Graal … ), Arnaud de la Croix analyse dans Le pacte avec le diable la généalogie du motif d’un commerce avec les démons. Apparaissant dans l’œuvre de saint Augustin, l’idée du pacte diabolique se transforme dans ses attendus au fil des siècles, recouvrant diverses pratiques. Dans le chef de l’évêque d’Hippone, père de l’Église, auteur de La cité de Dieu , l’accusation d’entente avec le prince des ténèbres revêt un sens stratégique : à l’heure où, au 4e, 5e siècle, la chrétienté doit affermir ses bases et triompher des restes de paganisme, la condamnation des accointances avec les forces obscures vise à extirper les reliquats du polythéisme romain. Comment rendre compte de la présence du mal sur la terre ? Soit, Dieu est tout-puissant, mais dès lors responsable du mal, soit il est tout-bon, dès lors partiellement impuissant, le mal venant de l’homme. Pour Augustin, dotée d’un libre-arbitre, la créature peut pécher, s’adonner au mal dont l’une des formes se nomme magie, commerce avec les démons. Au Moyen Âge, les cas d’allégeance au démon qu’Arnaud de la Croix étudie (l’évêque Basile, Théophile, Gilles de Rais…) montrent que l’emprise n’est pas irréversible. Celui qui rompt avec la communauté des hommes, en transgresse les lois pour pactiser avec le malin en vue d’un intérêt personnel (omniscience, réalisation des désirs…) peut réintégrer le giron de l’Église moyennant repentirs et brisure du pacte. La pensée de Saint Paul selon laquelle «  la loi crée le péché  » peut-elle mutatis mutandis se prolonger dans une dialectique de Dieu et du Diable ? L’affirmation de Dieu entraîne-t-elle logiquement celle du Diable ? Comme l’écrit l’auteur, peut-on croire au diable sans croire en Dieu ? Et, inversement, croire en Dieu sans avaliser l’existence…