RÉSUMÉ

La guerre, la sainte Inquisition, les flammes d’un bûcher, le cœur de Claes qui bat sur la poitrine de Thyl, les cris d’une femme qu’on torture, de sanglantes horreurs, de la révolte et du génie… Et le pays de Flandre et les terres d’ailleurs, de la malice, de l’ironie, de la violence, des farces, de l’amour, des chansons, des légendes, de la poésie et encore du génie… Et encore des calembredaines, des rabe­laiseries, des don­quichottades, des breugheulantes,…

  lire la suite sur  Espace Nord


À PROPOS DE L'AUTEUR
Charles de Coster
Auteur de La Légende d’Ulenspiegel
Fils d'un père flamand et d'une mère wallonne, De Coster est né à Munich. Ses Légendes flamandes (1858) préludaient à son chef-d'œuvre, La Légende d'Ulenspiegel (1867). Cette œuvre unique chante la résistance des Pays-Bas à l'oppression espagnole au XVIe siècle, en transfigurant le héros truculent des traditions flamande et germanique. À la fois épopée, fabliau, poème, roman allégorique, le texte sait marier les tons tragique et burlesque, grâce à une langue travaillée, empruntant ses principaux ressorts stylistiques à l'archaïsme. Œuvre inclassable, elle est devenue classique. Traduite maintes fois, elle a inspiré des continuateurs en plusieurs langues et suscité nombre d'adaptations musicales, théâtrales, radiophoniques, cinématographiques et paralittéraires, mais reste oubliée dans l'histoire de la littérature de langue française. (source : Anthologie Espace Nord)

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La Légende d’Ulenspiegel"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Marie Gevers et la nature

À propos du livre Née il y a près de cent ans (le 30 décembre 1883),…

Les influences anglo-saxonnes sur les lettres françaises de 1850 à 1880

À propos du livre Cette étude voudrait retracer l'action générale des influences anglo-saxonnes sur nos Lettres françaises de Belgique, de 1850 à 1880. L'Angleterre victorienne resplendit alors; les États-Unis conquièrent leur rang, imposent leur génie ; notre littérature, elle, malgré Van Hasselt, de Coster, Pirmez, semble marquer à peine sur la carte du Réalisme international. Il semble même que des temps ingrats soient revenus pour l'art, après ces années de 1815 à 1850, dont M. Gustave Chartier, dans Le Mouvement romantique en Belgique, a entrepris de révéler tout l'intérêt, montrant le dynamisme des influences étrangères et, parmi elles, des anglo-saxonnes. C'est le destin de ces dernières que nous suivons au cours des trois décades qui nous séparent encore de la Jeune-Belgique. Nous tenterons de dire leur sens dans sa plénitude, tel que nous le démêlons de l'écheveau cosmopolite et comme nous l'a livré l'analyse d'une vie intellectuelle, où littérature, philosophie et politique…