Di(s)gressions : conversations avec Stéphane Lambert


RÉSUMÉ
avec Micheline Presle Cette conversation menée en zigzag retrace le chemin atypique de Micheline Presle, sa carrière de comédienne et sa vie de femme.

À PROPOS DE L'AUTEUR
Stéphane Lambert
Auteur de Di(s)gressions : conversations avec Stéphane Lambert

Poète, romancier, essayiste, Stéphane Lambert est né en 1974 à Bruxelles. On lui doit notamment les romans Les Couleurs de la nuit (2010) et Paris Nécropole (2014), ainsi que Mark Rothko, Rêver de ne pas être (2011) et Nicolas de Staël, le vertige et la foi (2014) dans le domaine de l’essai.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Di(s)gressions : conversations avec Stéphane Lambert"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10467 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

« Le pendant des Mémoires d’Hadrien et leur entier contraire », Correspondance 1964-1967, (D’Hadrien à Zénon, IV)

Dans ce quatrième volume de correspondance couvrant les années 1964-1967, la voix de Yourcenar explore principalement trois directions : des réflexions éblouissantes sur ses œuvres en cours ( L’œuvre au noir , son étude et ses traductions des Negro Spirituals dans Fleuve profond, sombre rivière , son anthologie La couronne et la lyre ), ses conflits juridiques avec Plon, ses combats environnementalistes, son pessimisme face à l’évolution du monde. D’emblée, frappe la hauteur de vue, ce regard yourcenarien qui décèle l’intelligibilité du tout dans un détail et perçoit dans les grands mouvements historiques et géologiques les bruissements du temps et de l’éternité. Adressées à des écrivains — Georges Sion, Alain Bosquet, Natalie Barney, Hortense Flexner… —, à ses avocats, ses éditeurs — Plon, Gallimard —, des admirateurs, des membres de sa famille de Crayencour, les lettres reflètent la «  vie immobile  » que traverse l’écrivain résidant à Mont Désert. En un parallélisme  éloquent,  la période des années 1964-1967 fait écho à la deuxième partie de L’œuvre au noir , «  la vie immobile  ». L’on peut voir en Zénon un double, un portrait en creux de Yourcenar. Leurs cheminements sont, en effet, convergents. Aux trois parties de L’œuvre au noir (La vie errante, La vie immobile, La…