Ce qu'il reste de nous


RÉSUMÉ

Je m’appelle Julie Timmers. Autrefois, on m’appelait « Dr Timmers ». Autrefois, on m’appelait aussi « Timmy ». Ça fait cinq ans que je n’ai plus mis un pied dehors. Je ne me risque plus à sortir dans la rue, c’est trop effrayant. Et ça fait parler les gens. Je n’aime pas leur faire ce plaisir. L’intérieur de ma maison est négligé. A vrai dire, c’es un dépotoir. J’en suis consciente. Mais ça reste chez moi. Ça reste chez nous. Alors je m’y sens quand même…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Justine Huart
Auteur de Ce qu'il reste de nous
J'ai passé toute mon enfance et adolescence dans la province du Luxembourg. Ma mère était originaire de Liège, raison pour laquelle j'y suis née, et mon père lui venait de Barvaux-sur-Ourthe. J'ai d'abord vécu mes deux premières années à Barvaux où mes parents s'étaient installés après leur mariage. Nous avons ensuite déménagé dans le village de Hotton pour les besoins du travail de ma mère. J'y ai vécu jusqu'à mes 24 ans. Mes parents et mes deux frères y habitent encore. J'ai fait mes humanités à Sainte Julie et à Saint-Laurent à Marche-en-Famenne de 2001 à 2007. J'y ai étudié le latin et le grec avec également une formation plus poussée en math et en sciences. J'ai débuté ensuite des études de médecine en 2007 à l'université de Liège. J'ai été diplômée en 2014 après 7 ans d'étude. Depuis, j'ai débuté une spécialisation en néphrologie et je suis actuellement en 5ème année de formation. Je réalise également en parallèle de ma formation clinique un doctorat en sciences biomédicales grâce à un mandat FNRS de candidat spécialiste doctorant. J'ai dès lors déménagé depuis 4 ans à Liège afin de faciliter mes trajets. Je reste néanmoins fort attachée à la province du Luxembourg et notamment aux villes de Hotton et de Marche où je me rends encore très régulièrement.J'ai écrit mon premier roman au cours de l'année 2017 et je l'ai ensuite soumis à plusieurs maisons d'édition. La maison d'édition Noir'édition située en Bretagne m'a répondu favorablement et j'ai décidé de travailler avec eux au début de l'année 2018. Le livre est paru début octobre 2018. Il s'agit d'un thriller psychologique qui s'intitule «Ce qu'il reste de nous».

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Ce qu'il reste de nous"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9165 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Clairières

Dans son premier roman, Clairières (éditions Allia, 2020), Gilles Ribero nous invite dans un univers mouvant et…

Le second disciple

L’on sait que Kenan Görgün est un observateur fin et particulièrement bien documenté des phénomènes sociaux, entre autres en Belgique. Une société dont les marges et le risque que celles-ci font peser sur le vivre ensemble le questionne. Plusieurs de ses textes antérieurs ont ce que l’on pourrait nommer une valeur prospective. L’auteur extrapole à partir des situations sociales qu’il perçoit et il imagine une évolution vers un futur possible, non sans une inquiète lucidité. Le second disciple, son nouveau roman, est à nouveau un bel exemple de sa volonté de faire comprendre, par le biais d’une fiction efficacement menée, des phénomènes mal perçus, si pas franchement caricaturés. L’histoire se déroule à Bruxelles, après les attentats qui ont profondément marqué la Belgique. De jeunes hommes envisagent la suite à leur donner, car après de tels faits, il faut du temps pour penser autre chose, pour envisager d’autres formes d’action. Chacun de ces militants a suivi un trajet de vie différent. Certains peuvent avoir subi l’exclusion, tandis que d’autres peuvent se targuer d’une réelle réussite sociale. Pour tous, la vie a basculé à un moment, comme pour cet ingénieur belge musulman révolté par le cynisme à l’égard de la religion dans les monarchies du Golfe. Tous, alors, font une rencontre qui les marque, celle d’un imam autoproclamé, dont les moyens de persuasion sont finement décrits. Cela prend les aspects d’une véritable conversion. Chacun a des raisons différentes de s’engager, des buts différents poursuivis avec des moyens différents. C’est cela que Kenan Görgün décrit : un panel varié de militants, la vie de chacun d’eux et celle d’une cellule terroriste, avec ses tensions.Aucun simplisme ni manichéisme dans la description. Car, parfois contre sa volonté militante, l’humain peut se sentir divisé, tiraillé par des aspects de son passé. Ou mieux, l’humain est toujours double, abritant l’éternel conflit entre le Dr Jekyll et Mr Hyde : « Jekyll ne devient jamais Hyde à 100% » , et pareil à l’envers. L’œuvre de Stevenson est une référence et une clé de compréhension pour répondre à cette question lancinante : « Qu’est-ce qui nous a fait devenir ce qu’on est ? » .Comment les musulmans vivent-ils les actions terroristes de leurs enfants, dont ils subissent les conséquences, autrement que les victimes directes ? L’auteur décrit ainsi les réactions de la communauté face à la radicalisation qui se drape dans une orientation dévoyée de la religion. Il y a le beau personnage d’une mère qui aide inconditionnellement son fils, mais se met à douter de sa foi, entre autres au vu de ce que son fils est devenu. Elle ne comprend plus pourquoi toute sa vie s’est passée sous l’emprise de la peur, la peur de faire le mal et la peur d’être punie après la mort.Au terrorisme islamique répond le terrorisme des suprémacistes blancs de la Fraternité aryenne qui se lancent aussi dans l’action violente. Si les principes, les références et les mécanismes de ce type de groupe sont bien expliqués, l’analyse des personnages est plus réduite.K. Görgün allie les descriptions précises et des moments où allusions et insinuations peuvent laisser sous-entendre des développements inattendus. C’est ainsi que la fin du roman peut surprendre ; Jekyll ne prend jamais complètement le dessus sur Hyde.Bruxelles n’est pas que le cadre, abondamment décrit, du roman. La ville devient à sa manière un personnage à part entière, par sa topographie, par l’ambiance de ses quartiers. Par le fait aussi que certains de ses aspects acquièrent une fonction symbolique : le canal, qui ouvre et ferme le roman ; ou la tour Saint-Lazare qu’un personnage contemple au moment où il sort d’une forme de tombeau et qu’il peut changer de vie.Le roman se révèle très éclairant. Mais on se plait à espérer que Kenan Görgün ne soit pas trop visionnaire, que les processus qu’il décrit si précisément ne débouchent pas sur les aboutissements qu’il donne à voir.…