À m’pourmoûnant das mes souv’nances (T. 1)


RÉSUMÉ

Daniel Hubert a appris le patois très jeune grâce à sa grand-mère et à son grand-père qui, tous les deux, vivaient avec la famille.Dans ce premier volume, il évoque son enfance, l’école, son village…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Daniel Hubert
Auteur de À m’pourmoûnant das mes souv’nances (T. 1)
Daniel Hubert est né à Meix-devant-Virton (à « Méche » en gaumais) et c'est dans ce village qu'il passe toute son enfance. Il fréquente l'école communale avant de poursuivre ses études à l'Athénée Royal de Virton. Après les humanités, il s'inscrit à l'Ecole des Sous-Officiers de la Gendarmerie à Bruxelles. Puis, continue et termine sa formation de Gendarme à l'Ecole des Sous-Officiers d' Élite. Après quelques années passées dans la capitale, amoureux et nostalgique de sa région et de son histoire et bien vite regagne le sud de la Belgique. Le gaumais, il l'apprend très jeune grâce à ses grands-parents, pendant les longues soirées d'hiver, assis à leurs côtés au coin du feu, ils se faisaient un plaisir de lui apprendre des mots en patois en racontant des histoires ou fredonnant des chansons d'autrefois. Retraité, Daniel Hubert créé un profil Facebook intitulé « Patois Gaumais » et ce, dans le but de faire perdurer ce beau dialecte qui a bercé toute son enfance. Jean-Luc Geoffroy, un fervent défenseur du patois gaumais, lui propose de rédiger un ou deux articles pour sa revue trimestrielle « Vès l'compernez co ? ». Un peu réticent au départ, c'est sous son insistance que finalement il accepte. Il couche sur papier quelques-uns de ses souvenirs. Puis, « tombé dans la bassine » il n'a plus cessé d'écrire, d'où l'idée de rassembler toutes ses histoires dans des livrets titrés « A m'pourmoûnant das mes souv'nances » .Daniel Hubert dédie ces livrets à ses parents et grands-parents, aux membres de sa famille ainsi qu'à toutes les personnes qui refusent de laisser mourir le patois gaumais.
Jean-Luc Geoffroy
Auteur de À m’pourmoûnant das mes souv’nances (T. 1)
Perpétuel boute-en-train, homme à tout faire, homme orchestre, homme de main, homme de lettres et homme de cœur, Jean-Luc Geoffroy est un des piliers du Service du Livre luxembourgeois. Sans compter sa peine, depuis près de vingt ans on le rencontre à tous les rendez-vous importants pour la diffusion des livres, partout en Belgique, en Europe et même au Québec... Sans relâche, par train, par camion, par voiture et par avion, il s'emploie à faire connaître hors de nos frontières la littérature de la Communauté française de Belgique. Cet accaparement de tous les instants fait peut-être oublier que Jean-Luc Geoffroy compte aussi une solide activité littéraire personnelle : poésie et surtout nouvelles. Par un étrange paradoxe, d'ailleurs, très en contraste avec l'homme, cette production s'avère rarement optimiste et se range plus volontiers sous le signe d'une certaine gravité. Plongée dans un état de veilleuse pendant quelques années, l'écriture de Jean-Luc Geoffroy a connu ces derniers temps un important regain de vigueur avec des collaborations à différentes revues et surtout la publication de deux recueils de nouvelles. Né à Pétange (Grand-Duché de Luxembourg) le 21 juin 1953, mais issu d'une famille virtonnaise, Jean-Luc Geoffroy est un Gaumais pure souche. C'est à Virton qu'il passa son enfance et fit ses humanités à l'Athénée Royal avec, notamment, Georges Bouillon et Claude Raucy comme professeurs. Attiré par la littérature et par la musique, il suivit pendant quelques temps les cours du Conservatoire de Luxembourg. Passionné par le théâtre, il joua dans la troupe Les Compagnons d'Athéna dirigée par Claude Raucy. Pendant plusieurs années, véritable homme orchestre tour à tour chanteur, comédien et musicien, il anima les Cabarets gaumais présentés en Gaume et à Bruxelles. Il fut également l'un des premiers rédacteurs de la revue gaumaise Le Gletton. Après des études de traducteur en anglais et espagnol à Bruxelles, Jean-Luc Geoffroy est, depuis 1978, responsable du Service du Livre luxembourgeois et de la Communauté française. Ce service édite les Dossiers L et présente les œuvres des auteurs de la Belle Province un peu partout, lors de foires du livre en Belgique (Namur, Redu, Chassepierre, Bellefontaine, Bruxelles) et à l'étranger de Luxembourg à Metz en passant par le lointain Outaouais québécois, la Suisse ou encore le Val d'Aoste. L'année 2004 sera celle où il se voit attribuer le Godefroid de la Culture, qui récompense chaque année une personnalité du monde culturel pour son rôle dans la province luxembourgeoise. Avec Savina de Jamblinne et quelques personnalités, il aide, en 2008-2009, à la création d'une émission littéraire sur la chaîne locale TV LUX. Cette émission (Livre-toi)connaîtra une évolution en trois phases et est actuellement animée par Jean-Pierre PIRSON. Jean-Luc GEOFFROY, pour pérenniser ces émissions, les produit en mini-DVDs, surtout à destination de l'enseignement, mais aussi du grand public. Il est nommé Directeur du Service du Livre (qu'il dirige en fait depuis 1978) en 2010. Il est admis à la retraite en 2014. Retour aux sources : il s'intéresse de très près au patois gaumais, celui de sa région natale... et en 2015, il prépare pour l'automne un seul en scène : La Gaume? Un monde! et, aux éditions Tintenfass (Allemagne), une version gaumaise du Petit Prince, d'Antoine de Saint-Exupéry. Le 11 octobre 2015, il reçoit des mains de Jean-Marie Fox, Président du Cercle Royal Gaumais de Bruxelles, le Grand Prix de Gaume (biennal).En janvier 2017, lance sa revue Vès l'compernez co? consacrée au dialecte gaumais. 48 pages de textes en gaumais (avec leur traduction en français) et un mini-CD avec des enregistrements du passé et actuels, en gaumais évidemment...Pour en savoir davantage :http://www.frego-et-folio.be/(Frego et Folio)

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "À m’pourmoûnant das mes souv’nances (T. 1)"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le paradis sur terre

La situation des réfugiés du Camp Sud n'est guère brillante. Forcés de fuir une Europe dévastée…