Christophe Kauffman


BIBLIOGRAPHIE


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

68-18 de Christophe Kauffman,c’est 57 sonnets sur cinquante années,vers cette fatalité, heurtant de sa canne :Désormais j’ai vécu plus que je ne vivrai.Ce qui nous conduit à cette double détresse :la vie sera plus lente et passera plus vite.Depuis sa naissance, l’auteur conte ses bles-sures et trouve à l’alexandrin cent mérites.Pieds, rimes, hémistiches rythment l’écriture,assurant une structure et de la pudeurà l’intimité que, grâce aux mots, l’on affleure.De confessions familiales aux aventuresde toute une vie, ses histoires en nombre,tel un feu, vacillent entre lumen et ombre.•Certains vers se détachent comme des lucioles.On n’alunira plus. Il faut changer de cible.On n’alunira plus. Il…


Le Carnet et les Instants

Le fait divers a toujours livré la matière première des films et des romans noirs comme si la purulence ne pouvait se donner à voir véritablement que dans le huis-clos d’une vie saisie dans l’horreur d’un tragique crapuleux. Le tout est de « flairer » le délétère qui s’évade de cette concentration. La mise en scène, la narration exacerbe dans la violence verbale ou physique ce qui nous est généralement commun : la peur, le sentiment de la perte… Le noir, c’est la couleur des révélations ordinaires quand la vie privée, la vie intime, la vie banale sont frappées du fouet de l’extraordinaire démence des hommes.  La vie des personnages mis en scène sublime alors cette marée noire qui  stagne au fond de chacun.Échapper…