Une vie d’éclairs


RÉSUMÉ

Une vie d’éclairs : le titre ne ment pas. Un éclair, c’est à la fois de l’électricité et de la lumière. C’est une énergie intermittente, qui illumine violemment un lieu et un moment, puis s’interrompt, et reparaît plus loin, pour un nouvel accès de clarté.
Le narrateur unique de ce livre est un curieux personnage. Un voyageur mystérieux qui ne semble connu de personne, qui cache sa vie, qui donne de faux noms, qui n’a aucune mission à accomplir, qui repart à peine arrivé, qui mène vingt vies différentes en une seule année, et qui cherche sans se lasser quelque chose qui se dérobe au regard. Quelque chose mais quoi ? L’amour ? La vérité ? La paix ? Le bonheur ? Tout cela, sans doute, et autre chose encore…
Une vie d’éclairs est un livre de récits au galop qui traversent les cahots de la vie, à la recherche de l’équilibre et d’un bonheur toujours fuyants. Il offre au passage des tableaux saisissants, des rencontres de pur enchantement, mais aussi des drames, des chagrins, des morts. L’impression générale qui en ressort est contrastée. Parfois amère, parfois douloureuse ; mais le sentiment qui prédomine est celui d’une constante liberté.
Ces vingt-quatre nouvelles qui se succèdent à un rythme rapide constituent un ensemble organisé. Chaque récit rebondit sur le suivant, pour créer un effet d’urgence. Peu à peu, l’unité de l’ensemble se dessine : un univers traversé par une onde de vitesse et de péril diffus, avec çà et là des moments de grâce, comme des haltes entre deux voyages, comme des pauses entre deux combats.



DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Un professeur de scénario devrait-il mener une vie parfaitement romanesque ? Par ailleurs, le personnage de son livre devrait-il faire preuve d’un pragmatisme soigné et d’une ironie rigoureuse ? Enfin, faudrait-il que le personnage et le professeur se confondent, assujettissant le récit à un état d’oscillation chronique entre faux et usage de faux ? Que le lecteur zélé se laisse prendre à ce jeu troublant et le livre, le personnage, le professeur le conduiront comme un seul homme au gré d’un roman à deux-cent-vingt volte-face.« La poésie est une électricité », écrivait Jean Cocteau dans le Rappel à l’ordre, pour mieux soutenir ensuite qu’il ne se souciait pas de la forme des lampes. L’électricité de Luc Dellisse…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:vie éclair livre - "Une vie d’éclairs"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10367 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Pitou et autres récits

Avocat et criminologue, spécialiste d’Henry de Montherlant, auquel il a consacré…

Les heures claires

L’auteur du beau 37 rue de Nimy (2019, prix Emma Martin du roman ) réalise d’emblée…

Quarante-neuf têtes dans le miroir

1. Paul Emond revient à la fiction narrative avec des moyens nouveaux…