Relations d'incertitude


RÉSUMÉ

Edgard, physicien reconnu, propose à une jeune journaliste d’écrire un ouvrage de vulgarisation. Rapidement, la discussion scientifique se mue en une longue confidence à bâtons rompus. Du Big Bang aux cachots de la douane indienne, de la guerre d’Espagne à la Pologne communiste des années cinquante, de l’enfance cachée pendant la guerre au vide quantique générateur d’univers, Edgard livre les épisodes d’un destin plus que mouvementé. Toute ressemblance avec les deux auteurs n’est pas une pure coïncidence.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Elisa Brune
Auteur de Relations d'incertitude
Elisa Brune est une romancière et essayiste belge née en 1966 et décédée en 2018 Docteure en sciences de l’environnement, Elisa Brune a publié à la fois des romans et des œuvres de vulgarisation scientifique, écrites seule ou en collaboration. Deux de ses ouvrages figurent dans la collection « Espace Nord » : Les jupiters chauds et Relations d’incertitude (écrit avec Edgard Gunzig). Elle fut par ailleurs la première récipiendaire du prix de la première oeuvre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en 1997, pour Fissures (l’Harmattan). Les ouvrages auxquels elle s'est consacrée à la fin de sa vie portaient essentiellement sur l’exploration du désir féminin, avec la publication de plusieurs ouvrages de référence sur le sujet aux éditions Odile Jacob.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

« Il n’est sans doute plus permis de croire qu’un jour nous parviendrons à tirer entièrement la nature au clair, tant elle semble comporter de niveaux enchevêtrés, mais le nombre de phénomènes expliqués s’accroît continuellement, et j’aime fixer mon regard sur ce capital. »Tout part d’un ébranlement sensible : Hélène Anciaux, une jeune journaliste scientifique, pousse la porte d’un amphi, attirée par le titre d’une conférence donnée par le professeur Edgard G. Charmée, par l’épaisseur poétique des mots de l’intitulé de ladite conférence comme par l’orateur, physicien de son état, la jeune journaliste se lance dans le projet d’en rédiger un article. Hélène et Edgard se rencontrent très rapidement, mus par le même désir de rendre accessibles…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Relations d'incertitude"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

La croix des fiancés

Un lieu mythique des Ardennes belges est revisité dans ce roman.

Un été dans la combe

Quelque part entre Argonne et Champagne, un vagabond s'installe…

Mademoiselle de ces gens-là

Voici un roman attachant, au charme suranné d’une époque révolue, au parfum léger d’eau de rose, situé à la charnière des XIXe et XXe siècles dans un univers petit-bourgeois liégeois tout empreint de convenances, de bondieuserie et de corsetage moralisateur. Mademoiselle de ces gens-là est l’histoire de « Mademoiselle », c’est-à-dire la jolie Clémence, fille de notaire, qui un jour d’enfance fut éblouie par un jeune forain merveilleux et un premier baiser innocent à travers la haie du jardin ; elle en contracta un amour secret et ne vécut plus jamais que par le souvenir obsédant de ce Romain. Durant vingt ans, jusqu’à ce qu’elle le retrouve enfin – nous ne dévoilons rien vraiment ici tant les retrouvailles sont prévisibles –, elle subira, plus que ne vivra réellement, une existence dominée par un fantôme . « Ces  gens-là » est le terme dénigrant et apeuré dont la « bonne » société désigne les gens du voyage, saltimbanques et forains, ces « moins que rien » ou barakîs comme on dit à Liège, dont on se méfie quoiqu’ils apportent fête, imaginaire et goût de l’ailleurs. Clémence rêve de liberté, d’amour et d’aventures, mais il y a le corsetage social et l’étroitesse de vue de la Belgique petite-bourgeoise d’alors, il y a les pensionnats où les religieuses font appliquer des règles impitoyables (même si Clémence y découvre, dans l’intimité précaire de son alcôve, sa sensualité de femme), il y a le culte de son souvenir radieux et l’idéalisation d’un Romain absent, tout cela qui va enfermer et gâcher la belle jeunesse de Clémence. Et puis il y a surtout, au seuil de celle-ci, la dévastation terrible de son innocence, cet épisode qui lui donnera pour la vie ce regard d’airain qui lui tiendrait lieu et de glaive et de bouclier pour affronter la solitude, sa rage contre les hommes, la religion ou l’hypocrisie bien-pensante, et son propre secret. Il y a bien des malheurs aussi contre lesquels notre Mademoiselle va lutter avec courage. Mais Clémence demeure dans la solitude et son statut de vieille fille , avec  son sens du devoir, sa petite fierté et propreté morale, ou avec le ronron quotidien pour norme et défense – il ne reste de ses rêves et du goût du fruit sauvage de l’aventure qu’un souvenir durci et enfoui. Coincée entre les conventions de son temps et ses aspirations velléitaires, la jeune personne s’enlise dans l’épineux lacis de ses contradictions , et, au fil des quelques événements qui émaillent sa vie, l’on suit auprès de ses amies Mélanie ou Marie-Aimée ou de son prétendant Philémon, ce grand escogriffe assez laid quoiqu’un peu poète et en partance pour le Congo, l’incertitude de ses sentiments, les mouvements et clairs-obscurs de son âme, les atermoiements et tours et détours de ses cheminements intérieurs , puisqu’aussi bien l’époque n’est pas, pour les femmes, à bousculer si facilement une normalité étriquée de convenances. Clémence avale ses humiliations, parvient tout de même à accomplir quelque chose de son rêve en devenant institutrice enfin et en reportant l’amour dont elle déborde sur les enfants. En arrière-fond, le souvenir de son idéal, son rêve d’enfance qui aura été à la fois un socle et un piège. Et alors, comme on l’a dit, elle retrouvera Romain : mais que peut-il rester d’un fugace amour d’enfance vingt ans après ? Il est des mystères que seule la force de la vie ou l’écrivain détient.Paul De Ré narre son histoire avec une belle fluidité, fine et allègre, un attendrissement pour ses personnages aussi, et parfois un apitoiement face à leurs malheurs qui peut toucher. D’aucuns pourraient juger désuète cette manière, mais le ton témoignerait volontiers d’une foi dans une innocence qui peut être préservée malgré les duretés et cruautés de l’existence – chose devenue si rare en notre époque trop souvent désabusée. Éric Brucher Ces gens-là  ! Voilà bien l’expression par laquelle les « bons citoyens » avaient l’habitude de désigner les forains, romanichels et autres gens du voyage ; et le père de Clémence, notaire de son état, ne parlera pas autrement lorsque, certain soir, il devra constater que deux roulottes sont venues se ranger, avec chevaux, armes et bagages, à moins d’un pas de sa propriété ! Pour Clémence, par contre –  Mademoiselle , ainsi qu’on la nomme communément –, un tel imprévu a tout d’une aubaine Elle, la « coupée du monde », va se trouver confrontée aux réalités d’un univers qui gravite à des millions de kilomètres du sien. Elle, la recluse, va respirer pour la première fois ce vent de liberté dont les effluves la poursuivront tout au long de son existence. Et que dire de cet arrière-goût de fruit défendu que lui laissera,…