Quand la vie prend le dessus. Les interactions entre l’utopie bâtie et l’habiter


Maintenant, dans le projet, les murs étaient de la même couleur pour tous. De la peinture blanche, et c’est tout. Mais ma mère, vu qu’elle n’avait pas d’argent pour le matériel scolaire ni pour beaucoup de papier, est allée à la quincaillerie centrale, elle a pris une boîte de peinture noire, et elle a peint un des murs, puis a obtenu de la craie et de la gomme, et c’est devenu notre mur des devoirs. Nous y résolvions les problèmes, nous y exercions notre calligraphie, nous avons tout fait sur ce mur. Puis nous avons reçu un avis du bureau de l’administration qui annonçait une inspection. J’avais tellement peur qu’ils nous excluent du projet, et quand la dame a vu ce mur noir, elle a dit : « Madame Blair, c’est quoi ça ? », et ma mère lui a répondu : « Je n’ai pas d’argent pour le papier et je veux que mes enfants réussissent à l’école, et ils doivent s’entraîner. » La dame était simplement terrassée, elle ne pouvait…
  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:architecture appropriation espace modernisme logement auteur projet habitant vol processus dir. contexte bâtiment possibilité idée forme usage mégastructure anne transformation résidents ville urbanisme modernité mit lieu ensemble cadre université rencontre pratique part modification dossier adaptation usager thème projet moderniste potentiel politique pays nécessité mur habitat façon expression développement urbain culture contribution aujourd hui - "Quand la vie prend le dessus. Les interactions entre l’utopie bâtie et l’habiter"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10141 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...