Partir avant la fin


RÉSUMÉ

Léonor aime Dan depuis quarante ans, et Nils depuis quinze jours.

Dan, c’est le rêve américain de ses dix-huit ans qu’elle a quitté trop vite et qu’elle retrouve parfois à la sauvette, dans un hôtel new-yorkais décati, toujours le même. La dernière fois qu’ils se sont vus, c’était il y a huit ans. La prochaine, c’est dans quelques jours.

Mauvais timing.

Nils a une tête éperdument sympathique et un corps si palpable qu’il serait capable de transformer Dan en abstraction. Mais cette histoire d’amour toute fraîche pourrait tout aussi bien ne pas résister face à une telle longévité.

Si Léonor replonge tête baissée dans les bouillonnements de l’existence, sa mère, elle, pense avoir tout résolu. Ce qui l’occupe désormais, c’est d’en finir proprement. Et vite. Et si possible en beauté, dans un hôtel de luxe avec vue sur la mer. Et avec ses filles pour l’aider. Mais comment fait-on ça ?



PRIX
  Prix Charles Plisnier, 2019

À PROPOS DE L'AUTEUR
Ariane Le Fort
Auteur de Partir avant la fin
Native de Mons (18 juin 1960) Mariée, mère de deux enfants, Ariane Le Fort a fait ses études primaires et secondaires à l'Athénée Royal de Rixensart (section latin-grec), une année universitaire à Goshen College (Goshen - Indiana - USA) et enfin une licence en journalisme et communication à l'ULB (1979-1983) Depuis la fin de ses études, elle essaie de concilier écriture et activités profession-nelles (animatrice d'école de devoirs, journaliste, bibliothécaire, libraire) ce qui, depuis l'arrivée des enfants, est devenu un sacré casse-tête. Depuis 7 ans employée par la FNAC dans la section librairie francophone, elle bénéficie actuellement (nous sommes à la veille du printemps 2003 au moment où ces lignes tombent sur le site) d'une pause-carrière, qui lui permet de consacrer un peu plus de temps à son travail personnel.

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Le précédent roman d’Ariane Le Fort datait de 2013, et la lauréate du Prix Rossel 2003, qui publie avec une certaine parcimonie, nous propose chaque fois un travail précis, d’une écriture retenue et rigoureuse, avec un sens du concret le plus réaliste empreint de tact, de tendresse et d’ironie, et un désenchantement qui ne se prive cependant pas du goût de vivre. Partir avant la fin qui vient tout juste de paraître au Seuil s’entend dès l’abord à double entrée, laissant penser à une décision de quitter cette vie avant sa décrépitude ou de rompre une liaison avant la déception. Et le roman croise en effet et fait se rejoindre les deux thématiques d’une mère perdant peu à peu la mémoire mais obstinée à vouloir marcher dans la mer sans s’arrêter pour…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:mère - "Partir avant la fin"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Zanzara

Journaliste web au Soir , Frédéric – Fred – Peeters, 28 ans, est de ces types qui ont besoin de sensations fortes pour se sentir…

Les fêlures

Garance et Roxane sont inséparables. La première, l’aînée, protège sa sœur depuis toujours, elles partagent…

Une allure folle

« Finie la vie. Il n’en reste plus. On pourra seulement, si on le veut absolument, en faire…