Œuvres complètes : Volume 1



À PROPOS DE L'AUTEUR
Thomas Owen
Auteur de Œuvres complètes : Volume 1
BIOGRAPHIE

Issu de la bourgeoisie cultivée de Bruxelles et aîné de trois enfants, Gérald Bertot naît le 22 juillet 1910 à Louvain. Son père, avocat, l'initie à l'art, lui apprend la valeur de la phrase courte. Lors de ses études de droit à Saint-Louis et à l'Université de Louvain, il acquiert un début de notoriété, en créant, en 1930, une revue d'étudiants, La Parole universitaire. Bouillant chroniqueur politique, il collabore à différents journaux catholiques de 1928 à 1934. Militant pour la paix, il multiplie les textes engagés tels Une voix parmi d'autres (1931), Besoin de rupture (1933), ou Danger des idées (1934).

En novembre 1933, il épouse Juliette Ardies, dont il aura deux enfants; en même temps, il entre au Moulin des Trois Fontaines, dirigé par son grand-oncle. Parallèlement, il entame — sous le pseudonyme de Stéphane Rey — une longue et fructueuse carrière de critique d'art.

L'invasion allemande le réduit au chômage car le Moulin est détruit. Désœuvré, il se lance dans le roman policier. La rencontre avec Stanislas-André Steeman en 1941 lui permet de publier plusieurs récits dans Le Jury, pépinière de talents. Sur le conseil de Steeman, il opte pour le nom de Thomas Owen, plus commercial. Ces courts romans aux titres mystérieux (Ce soir, huit heures) ou saugrenus (Un crime swing, Le Nez de Cléopâtre) sont très typiques de l'époque. L'intrigue policière est prétexte à un discours de mœurs, particulièrement représentatif des potentialités humoristiques voire burlesques de l'auteur.

Année fertile, 1942 voit la parution de Duplicité (co-auteur : Élie Lanotte) et de L'Initiation à la peur, roman qui amorce déjà un tournant dans l'œuvre d'Owen car, sur un canevas policier traditionnel, il greffe maints éléments entachés de fantastique grand-guignolesque. L'évolution est encore plus sensible dans Hôtel meublé (1943), où les détails alarmants occultent de manière spectaculaire le crime qu'ils étaient censés mettre en évidence.

Conscient de cette dérive et fatigué des fins logiques du genre policier, Owen décide, après un roman-parenthèse de type mauriacien (Les Espalard), de se consacrer tout entier à la littérature fantastique. Dans son premier recueil de nouvelles, Les Chemins étranges, s'épanouit La Peur aux yeux de jade chère à Jean Ray : de puissants motifs XIXe siècle y naviguent entre surnaturel sanguinaire et extravagance macabre avec une maîtrise dans l'horreur, digne du grand maître gantois.

Cependant, cette influence se dilue rapidement. Dès La Cave aux crapauds, l'univers est banalisé, l'atmosphère lentement corrompue pour engendrer le malaise et non la peur, l'allusion préférée à la description. Tel Franz Hellens, il adhère maintenant à un fantastique quotidien, sourdant du réel comme une moisissure. Publié en 1944, Le Livre interdit (roman) marque un pas décisif dans le parcours littéraire de Thomas Owen : érotisme feutré, approfondissement psychologique et mysticisme gomment la trace du ton Jean Ray.

Après la guerre, Owen produit ses derniers romans, non fantastiques : Le Jeu secret (1950) et Les Grandes Personnes (in Audace, 1954), abondamment nourris de souvenirs d'enfance et exprimant la violence douloureuse des émotions du jeune âge. Ces deux œuvres mettent également en lumière un des ressorts fondamentaux de l'écriture owenienne : la fatalité.

Au cours des années soixante, Owen, qui publie dans Fiction et Mystère-Magazine depuis 1950, a établi son écriture de croisière, comme en témoignent Pitié pour les ombres 1961) et son prolongement thématique, Cérémonial nocturne (1966). Combinant insolite poétique et onirisme délicat, Owen joue en sourdine des variations fluides sur les thèmes du fantôme et de la collision rêve/réalité. De l'humour noir et du macabre, il ne subsiste que quelques touches : sophistication et érotisme président maintenant à l'ensemble des contes. Cette tendance à la sensualité ambiguë, traduite de façon volontairement désinvolte et ironique, s'accentue dans La Truie (1972) et Le Rat Kavar (1975). Entre fascination de la femme et morbidité, Owen privilégie de plus en plus cette écriture essentiellement picturale propre à sa maturité littéraire.

Le 13 décembre 1975, Thomas Owen est élu membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises et se lance peu après, avec le peintre Gaston Bogaert, dans la double aventure des Maisons suspectes (1976) et des Chambres secrètes (1982). Il renouvellera l'expérience de l'œuvre mixte dans Les Sept Péchés capitaux (1984), où il s'associe avec Maria Noppen de Mateis.

Tissé d'altérations et de mouvements imperceptibles, son fantastique allusif ne se modifie plus foncièrement. Inspiratrice continuelle de son talent, la femme dans tous ses états est au cœur de chaque recueil, que ce soit dans les obsessions et fantasmes freudiens de l'autobiographique Tétrastome (1988) ou dans les récits éclectiques qui composent Carla hurla (1991) et La Ténèbre (1994). Pour surprendre le lecteur, Owen mise avant tout sur la subtilité d'atmosphères vénéneuses ou à l'érotisme affirmé. Le désir de légèreté le guide dans le traitement des nombreux motifs fantastiques traditionnels qui émaillent son œuvre : vidés de leurs archaïsmes ou épurés à l'extrême, ils conviennent désormais à la facture toute de glissements et d'ellipses qu'il a définitivement adoptée et qui est, de sa créativité, la plus authentique signature.

Thomas Owen est mort le 1er mars 2002.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Œuvres complètes : Volume 1"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9955 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les mardis d’Averell Dubois

Du plus grave au plus folâtre, voire au burlesque, la tessiture littéraire de Frank Andriat s’épanouit à tous les niveaux avec une liberté de cancre surdoué, ce qui est bien entendu la marque de tout bon professeur. De la fable politique aux frasques de Bob Tartouze en passant par la pédagogie et l’enseignement (son beau souci), la pédophilie, l’inceste, les biographies, la psychologie, les paraboles, les approches philosophiques etc., il s’ébroue à travers une profusion d’ouvrages qui frise la surabondance. Cette fois c’est dans la veine comico-philosophico-réaliste qu’avec l’antihéros français Joe Dubois (dit Averell ) né en 1965, il fait un bout de chemin chaotique mais en principe prometteur de baraka puisqu’il débute par une glissade de l’adolescent sur un copieux étron, glissade provoquée par celui qui deviendra son pire ennemi : l’arrogant Bill Babeleer. Cela se passe évidemment un mardi, le jour de la semaine où toutes les guignes lui tombent dessus. Fils unique de parents modestes, mais « comme il faut », donc ennuyeux, et figés dans les traditions, donc celle du gigot dominical, son père laveur de vitres s’est résigné à la dictature feutrée de Jocelyne, épouse et mère abusive, par ailleurs reine du saint-honoré au rayon pâtisserie d’Auchan… Et puis, en plus de ces gens-là, il y a Emma, la voisine dont les nibards sont beaux comme des soleils ou en tout cas comme deux énormes pastèques qu’Averell, dans tous ses états, mate depuis sa fenêtre. Vision qui représente pour l’heure l’idéal féminin aux yeux de celui qu’un bilan scolaire courtaud a projeté chez Auchan comme premier vendeur au rayon chaussures et ce grâce au sacrifice suprême consenti par Jocelyne (et par pur amour maternel) à un petit chef de la grande boîte.On n’en dira pas plus sur l’auto-éducation sentimentale mouvementée d’Averell et sur un parcours drolatique héroïsé avec constance par un hymne à la marque Peugeot (les mythiques 204 et 206) dont Averell finit par être le vendeur vedette au grand chagrin de son ami Karim qui, lui, ne jure que par la Lada Niva. Parcours rythmé aussi par les événements marquants de l’actualité mondiale qui témoignent sous la plume d’Andriat que la vie d’Averell relève de l’authenticité et s’inscrit bien dans le contexte historique… D’ailleurs, c’est lors des attentats contre les tours jumelles de New-York que s’achève ce récit par ailleurs plus clément envers celui qui a trouvé enfin le bonheur conjugal. Le voilà aussi – juste mais sévère retour des choses – délivré de l’insupportable Babeleer péri en rue sous les roues d’un Boxer Peugeot après une glissade excrémentielle.Mais comme souvent chez l’auteur, la veine comique ou la caricature sont aussi les vecteurs d’une vision positive de la vie qui s’exprime par petites touches. Comme cette citation de Nietzsche soudain rejaillie chez Averell d’une phrase lue autrefois, extraite de Ainsi parlait Zarathoustra, qu’il adresse à sa fille : «  Il faut encore porter du chaos en soi pour pouvoir donner naissance à une étoile dansante » ou encore, ultime propos du récit face aux images calamiteuses du drame new-yorkais : «  Éteins la télévision, s’il te plait. Quand la Terre pleure, il faut se détourner des ombres et se nourrir de lumière  ». Comme quoi un convoi…

S’enfonçant, spéculer

« Il y avait du sang partout sur les arbres, vraiment impressionnant ; et au milieu…

À propos de Pre

Une bonne part des écrits de Daniel Charneux est consacrée à des évocations biographiques…