Odilon-Jean Périer


RÉSUMÉ

À propos du livre

C’est une périlleuse entreprise que de présenter un écrivain dont les contemporains vivent encore. Les précieux renseignements que l’on glane ont pour contrepartie la diversité des portraits de l’homme et la multiplicité des interprétations catégoriques de l’œuvre. Rapproche-t-on les souvenirs de tous ceux qui participèrent, aux côtés…


DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)
Lire un extrait

On n'a jamais réédité Le Combat de la Neige et du Poète qu'Odilon-Jean Périer avait pourtant fait imprimer lui-même et distribué à ses amis. Au terme de sa vie, dans la Lettre Ouverte à propos d'un Homme et d'une Ville, il rappelle non sans complaisance ce premier poème, affirmation de sa première découverte. Il en reproduit l'épigraphe, en précise la portée, mais il ajoute : «on le comprit mal heureusement». C'est que la découverte était d'importance. Beaucoup ont lu le texte, qui sont demeurés perplexes devant son cubisme agressif. Quand elle consent à le signaler, la critique lui fait invariablement un sort rapide : avec raison si elle entend guider le lecteur sur la voie de l'admiration, à tort si elle veut apprendre à connaître celui qu'elle prétend expliquer.

C'est dans ce poème rébarbatif, maladroit, insolite, que se libère le classicisme d'O.-J. Périer.

Quelques mois auparavant, en mai et juin, Jean Périer avait publié trois longs textes : Ariane-des-Eaux, Orphée-des-Vignes, Hermès-des-Oliviers dans La Patrie Belge, journal dirigé par Joseph De Geynst, où collaboraient deux amis du poète : Max-H. Pierret et Robert De Geynst. C'est J.-M. Culot qui, les ayant retrouvés, a signalé ces poèmes à André Gascht, pour la notice bibliographique qui ouvre le numéro spécial du Thyrse (février 1948) consacré par ses soins, au souvenir d'O.-J. Périer.

Une quatrième pièce : Le Rire de Persée, de la même veine, et de la même époque, attardée dans les bureaux de la revue, qui avait accusé réception le 15-VII-19, ne paraîtra qu'en janvier 1921 au Mercure de France.
 Ces dialogues poétiques entre couples fabuleux, présentés, le plus souvent, dans le décor d'une plage, déguisent chaque fois, sous le travestissement mythologique (Hermès, Orphée, Dionysos), un poète orgueilleux et sûr de sa divinité, mais trop timide pour paraître sans masque.

Narratifs et descriptifs, les poèmes rapportent un épisode de la légende, parmi ses accessoires traditionnels complaisamment détaillés.

L'auteur, conduit par sa mère, faisait ses classes poétiques.

Aux esthétiques successives, il demandait des «recettes» prosodiques. Racine, Mallarmé, José-Maria de Hérédia lui prêtaient, pour animer son Olympe, des mètres et des rythmes, du vocabulaire et des tournures syntaxiques. En trois mois, tout y passe et la diversité des sources trahit l'insatisfaction de l'auteur. Les «bons noyés», les «poissons délicieux qui rôdent», le «cœur de soie», la «gigantesque fleur de la vie bleue et blonde», «l'espace aromal», «l'ombre musicienne», autant de reflets où miroitent toutes les tendances littéraires.

De temps à autre, telle expression :

Tu t'y amuseras de dangereuses fièvres

tel demi-vers :

Et je suis seul debout…

telle affirmation :

Ma chanson construira la beauté violente,…

troue le réseau des réminiscences et esquisse une discrète signature.

Une langue poétique cherche sa formule sans avoir de contenu précis. L'impatiente interrogation que Jean Périer adresse au passé ne lui procure que des solutions formelles : de Rimbaud, il n'a perçu que les audaces verbales, de Mallarmé, qu'une syntaxe expressive.

Cependant, un poète hautain est présent; sa tendresse pour les objets familiers s'ébauche, répondant peut-être à l'appel de sirène que lancent Les Nourritures Terrestres, mais, s'il éprouve la certitude d'une mission, il n'en distingue très bien ni les buts ni les limites. Sans la moindre peine, il s'insère dans une tradition, habile à chanter sur tous les registres. Il ignore encore quel est le sien.
Table des matières

Esquisse biographique

Première partie. Les Brouillons choisis
1. Le Combat de la Neige et du Poète
2. La Vertu par le Chant
3. Notre Mère la Ville

Deuxième partie. Des Brouillons à l'œuvre

Troisième partie. L'Œuvre
1. Le Citadin
2. Les Indifférents
3. Le Promeneur
4. Le Passage des Anges
5. À Tous Hasards
À Tous Hasards
Une Soirée au Théâtre de l'Étrille
Comme Vous et Moi
6. Examen de Conscience, janvier-mars 1926
Sans doute il fait trop beau
Le Corps fermé
Examen de Conscience
Vous êtes condamné à mort
La Visite
7. Les Bûcherons

Quatrième partie. Projets et promesses
1. Lettre ouverte à propos d'un Homme et d'une Ville
2. La Maison de Verre
3. Odilon-Jean Périer, journaliste, Les Livrets
4. Notes sur le dessin

Pour conclure

Cinquième partie. Textes retrouvés. — Inédits. — Bibliographies
1. Publications d'Odilon-Jean Périer
2. Études consacrées à Odilon-Jean Périer
A. Articles généraux
B. Articles concernant un ouvrage déterminé


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:œuvre écrivain ville homme - "Odilon-Jean Périer"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Promenade sur Marx : Du côté des héroïnes

Au lieu de suivre la piste de ceux qui font l’histoire, Valérie Lefebvre-Faucher propose avec Promenade sur Marx de faire attention à l’implication de ces femmes bien souvent en marge du cadre. Car si le chemin le plus connu est bien souvent le plus réducteur, faisons ce détour (bienvenu) pour comprendre l’histoire des écrits de Marx, que dis-je, des femmes Marx. Au lieu de suivre la piste de ceux qui font l’histoire, Valérie Lefebvre-Faucher propose avec Promenade sur Marx de faire attention à l’implication de ces femmes bien souvent en marge du cadre. Car si le chemin le plus connu est bien souvent le plus réducteur, faisons ce détour (bienvenu) pour comprendre l’histoire des écrits de Marx, que dis-je, des femmes Marx. Valérie Lefebvre-Faucher, titulaire d’une maîtrise en création littéraire et autrefois éditrice au Remue-ménage et chez Écosociété, a un goût pour les écrivaines. Dans un style clair et parsemé d’humour, l’auteure inscrit parfaitement son propos dans la collection micro r-m qui propose, à travers des courts textes, d’enrichir la réflexion politique et philosophique autour des enjeux du féminisme. Ce qu’aime Valérie Lefebvre-Faucher, c’est enquêter sur les liens qui unissent les écrivains, et tout particulièrement les écrivaines, et c’est bien là que se joue son projet d’écriture dans Promenade sur Marx . C’est une découverte qui l’obligera (pour son grand plaisir) à s'éloigner du sentier tout tracé de l’histoire, balisé depuis des années et tenant comme seul et unique chemin praticable. Avant de prendre l’autoroute des idées, il a d’abord fallu construire collectivement des chemins alternatifs, au grand dam de celles et ceux qui aiment les choses bien rangées. « Je suis toujours étonnée de croiser ceux qui ne marchent que sur les grands boulevards, qui ne lisent que les majuscules prétentieuses de l’histoire. Tout le monde sait pourtant que pour connaître une ville il faut en arpenter les ruelles. »  Ce que Lefebvre-Faucher nous fait comprendre d’emblée est la toile de relations qui se cachent derrière chaque grand concept. Loin de l’idée romantique d’un génie créateur aux réflexions individuelles, Promenade sur Marx met en lumière ces femmes cachées dans l’ombre des statues élevées à la gloire de ces hommes-penseurs. Car, de l'œuvre de Karl Marx, qui connaît l’influence de Jenny Caroline et Laura Marx sur les idées de leur père ? Qui a pris connaissance des écrits d’Eleanor Marx ? Dans une pensée qui prône l’égalité, qu’en est-il de celle entre hommes et femmes ?   « Rien n’est simple quand on cherche les femmes de l’histoire, car les bons filons finissent souvent en cul-de-sac. » Les deux filles aînées de la famille, Jenny Caroline et Laura Marx, autour de 1865. (photographe inconnu.e, Wikimedia Commons) C’est ici que le féminisme entre en piste, un féminisme matérialiste (lié à la pensée marxiste). Notre auteure s’étonne du peu d’informations disponibles à propos des femmes de la famille Marx, malgré leur implication : Jenny, la femme de Marx, professeure à l’université et auteure de critiques de théâtre, sera surtout la recherchiste, la transcriptrice, l’éditrice et la correctrice de son mari et de ses amis penseurs, tandis que Laura Marx traduira en français Le Manifeste du parti communiste . On retrouve aussi chez Eleanor Marx des réflexions sur le travail domestique et la condition féminine : comment militer pour l’égalité de toutes les femmes et de leur émancipation si le travail du foyer, qu’elles doivent endurer, doit alors être pris en charge par une domestique ? Dans ce court essai, Valérie Lefebvre-Faucher nous fait comprendre que, si la pensée des femmes n’a pas toujours eu la place pour éclore, c’est aussi par un manque de possibilités. Si votre vie est rythmée par les tâches du foyer et l’éducation de vos enfants, cela vous laisse moins de temps pour débattre d’émancipation sociale en fumant le cigare avec vos amis, n’est-ce pas ? Il est intéressant d’observer notre monde à travers cette réflexion, et on remarque ainsi que les personnes qui peuvent engager un changement sont aussi ceux et celles qui en ont les moyens : le temps, l’espace de pensée et l’aspect financier. Il en va de même pour ceux et celles qui façonnent leur pensée, par la lecture, comme vous et moi en ce moment-même. Alors, si vous trouvez le temps d'entamer une promenade parmi les idées, je vous invite à ne pas toujours suivre les sentiers balisés, et vous serez peut-être surpris de la diversité des pistes délaissé e s et oublié e s. « Chaque route bifurque vers une nouvelle vie, une œuvre de plus à découvrir. Il n’y a rien de surprenant : les humains pensent et créent ensemble. Écrire se fait à plusieurs. La philosophie est une forêt. »  Avez-vous remarqué ce personnage en marge du cadre, dont on ne nous raconte pas l’histoire? Une enquêtrice décide de suivre la piste des femmes entrevues dans les portraits de Marx. Ses antennes féministes remuent en direction de l’héritage marxien: tant de gloire virile recouvrant une pensée d’égalité, c’est louche. Quel risque courons-nous si nous nous intéressons aux femmes qui étaient là? Une simple promenade qui, au final, chamboule tout. Vous qui possédez  Le petit Karl  comme un catalogue d’outils à dégainer dans toutes les situations, que savez-vous de l’œuvre d’Eleanor Marx? De l’influence de Jenny ou de Laura Marx? Camarades, quelqu’un vous a-t-il parlé d’elles pendant ces nombreuses années…

Plaisirs Suivi de Messages secrets : entretiens avec Patricia Boyer de Latour

Le doute, la mémoire, l’amour, le double, Venise, la musique, les Primitifs flamands, les visages, les miroirs, la Belgique… autant de portes d’entrée du voyage qui mena Dominique Rolin et Patricia Boyer de Latour à tisser un ensemble d’entretiens réunis sous le titre Plaisirs. Dès 1999, bien après Les marais, Le lit, La maison la forêt , Le corps, Les éclairs, à l’époque où paraissent des œuvres majeures comme La rénovation, Journal amoureux , débute une série d’échanges placés sous le signe de «  la promenade dans un jardin  » (Rolin), le jardin Rolin dont les fleurs s’appellent le doute, la passion, l’enfance, l’écriture comme «  investissement total de l’être  ». Une des lames de fond de l’univers existentiel et créateur de Dominique Rolin, sur laquelle elle revient sans relâche, a pour nom le doute. Non pas un doute cartésien qui, s’hyperbolisant, accouche d’une certitude irréfragable, mais un doute énergisant, qui, sans se convertir en conviction ferme, transmue la peur en force mentale. En dépit d’une irréconciliation avec soi, du démon de l’inquiétude, des «  mouvements noirs  » d’une enfance marquée par un père qui la rejette, l’écrivain et dessinatrice tire de sa dualité une vocation à l’allégresse. «  Je vis en permanence sur deux niveaux : il y a l’extrême bonheur de vivre, et l’extrême peur de vivre  ». Au fil des entretiens, Dominique Rolin exhume les alluvions de l’œuvre, les nappes phréatiques qui l’impulsent : les territoires de l’enfance à Boitsfort, de la forêt de Soignes, la fibre mystique, les sortilèges du rêve et de la surréalité, la fascination pour Breughel, Vermeer, Rembrandt, les élans oniriques des Primitifs flamands et la passion inouïe, éternelle qui la lie à Philippe Sollers… Lire aussi : Sollers-Rolin : une constellation épistolaire (C.I. n° 201) Art de vivre, l’écriture est inséparable de l’amour, consubstantielle à la présence de l’Amoureux, Jim/Philippe Sollers qui la sauve, qui «  l’embryonne  » (Sollers), qui lui ouvre leur port d’élection, Venise, et les vertiges de la musique. La découverte du jazz, de la musique classique, la révélation de la lumière australe, des canaux de la Sérénissime surgissent comme des expériences qui transforment la pratique de l’écriture. Abordant la littérature sous l’angle d’un laboratoire de vie, Dominique Rolin écoute, capte les phénomènes qui relancent son souffle de liberté. Transie par le temps, la substance de l’écriture est celle des transformations, des métamorphoses, des renouvellements formels, sensitifs, conceptuels. «  Ma rencontre avec Jim [Philippe Sollers] a complètement transformé mon écriture. Écrire et tenir le coup, c’est se laisser secouer sismiquement par tous les événements extérieurs et toutes les évolutions intérieures qui en sont la conséquence. Il faut l’exercice d’un talent cru, le sens du rêve…  ». Lire aussi : notre recension des  Lettres à Philippe Sollers 1958-1980 Les textes qui composent Messages secrets ont pour origine les entretiens réalisés par Patricia Boyer de Latour entre 2007 et 2009. Celle qui vivra presque un siècle (1913-2012) entre alors dans sa nonante-quatrième année. Méditations sur la sur-vie, sur l’après-vie, sur les songes, conversion à la foi, coexistence proustienne du présent (l’appartement le « Veineux » rue de Verneuil à Paris) et du jadis (la maison d’enfance à Boitsfort), ces textes condensent une métaphysique de la sensation, une phénoménologie des existants. Ils explorent l’écriture comme expérience intérieure proche du sacré, évoquent les amours avant Sollers — Robert  Denoël, Bernard Milleret —, les extases artistiques — les Mémoires de Saint-Simon, Breughel l’Ancien —, les amitiés avec Violette Leduc, Raymond Queneau, Roger Nimier ou encore l’attirance pour les escaliers en tant que passages du temps et lieux secrets.  «  La forêt des mots  » que Dominique Rolin planta, de livre en livre, s’offre comme la prolongation de son amour pour les forêts de sa jeunesse. Ces forêts que, pris dans une spirale suicidaire, le XXIème siècle massacre, ces étendues boisées qu’on assassine, provoquant l’effondrement irréversible de la biodiversité, l’auteur de L’infini chez soi, L’enragé (sur Breughel) , Les géraniums les vénère avec la lucidité de qui sait qu’il n’y a monde que dans l’alliance entre les formes du vivant et que la disparition de la richesse des espèces animales et végétales prélude à notre anéantissement. Une ville est l’œuvre des hommes, mais les arbres… Ils donnent de la sève aux immeubles, aux rues et à cet environnement qui sans eux serait coupé de son âme. Nous devrions leur en être éternellement reconnaissants […] J’ai été élevée dans cet amour des forêts et je me souviens très bien de mes premières sensations, de mes premiers rêves et de mes premiers contacts liés à cette nature ombreuse,…