Marolles. La cour des chats


RÉSUMÉ

« Ce quartier vit à jamais en moi. D’emblée, enfant, j’ai été attirée par la déclivité des rues étroites, fascinée par l’impression d’une ville enclavée dans la ville. Riche terreau de luttes, terre de métissage, mixité de la population, affirmation des différences s’avancent comme quelques-unes des strates qui composent le visage de ce tissu urbain singulier. Les Marolles composent un monde dans un monde, inventent un espace de liberté dans le tissu du centre-ville de Bruxelles. Essai poétique, politique, onirique, Marolles. La Cour des chats évoque un lieu en marge, marqué au cours des siècles par la ‘zwanze’, cet esprit d’auto-dérision, et les soulèvements populaires, l’esprit des luttes, soumis de nos jours à la pieuvre de la gentrification. Ce livre est tout à la fois une lettre d’amour à un tissu urbain qui se tient sous le signe du contre-pouvoir, une promenade dans les plis du présent et les méandres de la mémoire, un hommage au ‘situationnisme marollie’, un manifeste dédié aux acteurs actuels et passés d’un quartier anticonformiste,’ sans dieu ni maître’. Il est aussi un requiem pour les rues assassinées. Quartier en marge et de la marge … Les Marolles se placent sous le signe d’Hermès, dieu entre autres des petites gens. Le tracé de ses rues, l’architecture de ses maisons, l’esprit de ses habitants se singularisent par les bifurcations, la fantaisie. »





NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Albums pour la jeunesse, livres d’art ou d’histoire : le catalogue des éditions CFC regorge de volumes somptueux, richement illustrés. Sous sa mise plus modeste, l’élégante sobriété de Marolles. La cour des chats confirme le souci de la maison pour l’objet-livre. De sobriété, il n’est pourtant guère question dans le propos de Véronique Bergen. Les Marolles sont en effet pour elle surtout bigarrure, diversité de population…, bref : « bifurcations  » et « fantaisie« . Un tel objet échappe forcément à toute tentative de le circonvenir, et l’essayiste privilégie une approche par éclairages successifs. D’un chapitre à l’autre, elle évoque tour à tour le brusseleer, la zwanze, la toponymie, l’urbanisation,…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:quartier ville - "Marolles. La cour des chats"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L’intelligence des villes. Critique d’une transparence sans fin

Docteur en philosophie, maître de conférences à l’Université catholique de Lille, Tyler Reigeluth questionne les projets de «  villes intelligentes  », de «  smart cities  » qu’on nous impose de manière écrasante à travers le monde depuis les années 2000. Publié aux Éditions Météores dont on soulignera la force de la ligne éditoriale, L’intelligence des villes. Critique d’une transparence sans fin sonde les enjeux explicites et cachés, les fantasmes, la vision de l’urbanisation et du vivre ensemble que mobilise le «  solutionnisme technologique  » (Evgeny Morozov), la gestion technologique de l’espace urbain. Que recouvre le mot d’ordre actuel d’une intelligence artificielle censée  « sauver » les villes des impasses écologiques, sociales qu’elles génèrent ?   L’ubiquité contemporaine de l’intelligence nous force à nous interroger sur son sens : de quelle intelligence s’agit-il, à quoi sert-elle et à qui sert-elle ? Et plus précisément, en quoi l’espace urbain est-il transformé par la qualification smart ? Avec finesse, Tyler Reigeluth lance un chantier de réflexions sur ce tournant technologico-numérique mondial qui touche les métropoles les plus peuplées, les plus financiarisées, mobilise les écrits d’Henri Lefebvre, Gilbert Simondon mais aussi d’Italo Calvino, de JC Ballard afin de déconstruire le mantra contemporain d’une intelligence des villes qui, s’imposant aux habitants, quadrillant leurs vies, les compte pour rien. La mise en évidence de connexions entre algorithmisation des villes présentées comme « smart », algorithmisation des comportements et contrôle des populations soumises à un panoptique généralisé se noue à une prolongation de l’analyse foucaldienne des dispositifs de sécurité, des stratégies de normalisation de la ville et des habitants.Partant de R. U. R., une pièce de théâtre de Karel Capek dans laquelle l’humain, plongé dans un univers automatisé, se retrouve obsolète, l’auteur rejoue la dialectique marxiste entre travail vivant et travail mort en interrogeant le risque inhérent à la pan-technologie numérique : la production d’une intelligence morte. Que l’imposition autoritaire de « villes intelligentes », d’un monde automatisé ait pour visées de contrôler les populations, de quadriller l’espace, de rendre les habitants idiots, à la merci d’objets technologiques externalisant l’intelligence est un constat largement partagé. Que les «  poubelles intelligentes  », les «  compteurs, les radars intelligents  », etc soient des artefacts marqués par une intelligence morte, qu’ils fassent partie d’une vision managériale de l’habiter et du vivre qui entend formater l’expérience vécue, les praxis des citoyens, nombre d’acteurs de la société civile l’ont d’emblée perçu. La perception et la contestation ont parfois pris la forme radicale d’une destruction du mobilier urbain. N’être pas suffisamment rentables pour être soumis à la logique de l’intelligence artificielle s’avère une chance inouïe (et non un déficit) pour les quartiers les plus populaires. On s’étonne que le slogan en appelant à une «  ville 100% connectée et écologique  » soit encore pris au sérieux alors que l’antinomie entre les adjectifs « connectée » et « écologique » est absolue.«  Dans chaque ville, mille villes cohabitent. L’espace urbain de Bruxelles est le compromis instable et dynamique de ces différentes intelligences. Il n’y aura jamais de ville intelligente, que l’intelligence des villes  ». Toutefois, cette hétérogénéité des visages d’un territoire urbain pris dans la spirale délétère de l’expansion, de la spatiophagie ne pourra être préservée que grâce aux actions et mobilisations de la société civile. Pas si nous laissons les coudées franches à un pouvoir politique soumis aux multinationales, aux « experts ».…

Bruxelles en cheminant sur la ligne du temps

L’histoire de Bruxelles déroulée en chapitres…