Marco et Ngalula


RÉSUMÉ

Deux enfants, de dix à douze ans. marginaux, chacun à sa façon. Marco, parce qu´ « il a horreur du foot. Et qu´à cause de ses leçons de flûte, il n´a pas le droit de regarder les séries abrutissantes ni d´attraper l´épilepsie avec une console Sega, qu´à la maison on écoute plutôt Mozart que JordiÉ Ngalula, petite Cendrillon noire, mais aussi « fée entourée d´un vol de papillons », ces petits bouts de ruban jaunes qui brillent dans ses éternelles couettes. Ngalula-l´orpheline,…

  lire la suite sur  Bela


À PROPOS DE L'AUTEUR
Gérard Adam
Auteur de Marco et Ngalula
Gérard Adam est né à Onhaye, petit village près de Dinant, le 1er janvier 1946 à 21 heures. Ce qui fait de lui «un capricorne ascendant lion». Hanté par le monde dès ses premiers jeux d'enfant et la lecture de Tintin, il a l'opportunité de concrétiser ses rêves lorsque, avec sa mère et ses deux frères (un quatrième viendra compléter la famille par la suite), il rejoint au Congo son père qui bétonne le barrage de Zongo. Interne à Léopoldville, Gérard Adam est fasciné par un instituteur qui lit à ses élèves Romain Rolland. C'est à ce moment qu'il décide de sa vocation d'écrivain. Malheureusement, une tuberculose de son père met fin à l'épisode colonial. Ses parents sont rapatriés pour trois ans de sanatorium. La famille dispersée, Gérard Adam vit à Beauraing, chez son grand-père qui a épousé en secondes noces une femme énergique et maternelle, qui comptera beaucoup pour lui. La famille se retrouve ensuite à Wandre, corons miniers, et des copains sont issus d'une immigration bigarrée. Latin-mathématiques à l'Athénée d'Herstal où il est bon élève, ballotté entre les hypothénuses et les déclinaisons. Après les grèves de 60 (où il assiste en spectateur bouleversé à l'attaque de la grand-poste), son père perd son emploi de clicheur à La Wallonie et se recase comme ouvrier dans une petite entreprise métallurgique. Suite aux difficultés matérielles, Gérard Adam entre alors à l'École des Cadets, où, pour supporter la réclusion, (il) se plonge dans l'étude et lit dans le désordre tout ce qui lui passe sous les yeux. Premiers poèmes, enrobés d'un fatras d'adolescence. Pour une revue qu'il a lui-même fondée, La Pince à Linge, il écrit à une jeune fille dont il a lu un poème dans Le Soir; il rencontre ainsi sa future femme, la peintre et poétesse Monique Thomassettie. Candidatures en médecine accomplies à Liège pour le compte de l'armée. Mariage en 1967 puis doctorat à l'U.L.B. En mai 1968, flirte avec la contestation. Vélléités d'écriture de plus en plus éphémères. Médecin militaire, il découvre que le mélange d'action et d'humanisme impliqué par cette profession ne lui convient pas trop mal : deux années en Allemagne, puis le Zaïre, Kitona, Kinshasa. Voyage en Amérique latine, Opération Kolwezi en 1978. Expériences intenses qui lui fourniront la matière de L'arbre blanc dans la forêt noire dont la rédaction s'étalera de 1978 à 1984. Une somme manuscrite de 850 pages élaguée et réduite finalement à 450 pages. En 1979, il est muté à l'École Royale Militaire dont il deviendra le médecin-chef. Naissance d'une fille, Véronique, en 1980. Parution à l'automne 1988 du premier roman, dans l'indifférence quasi générale, avant que l'ouvrage n'obtienne le prix NCR 1989. Après Le mess des officiers, recueil de nouvelles, les éditions de la Longue Vue abandonnent la fiction. Les livres suivants paraîtront chez Luce Wilquin éditrice : La lumière de l'archange est finaliste du prix Rossel 1993. Oostbrœk et Prométhée, une nouvelle du recueil Le chemin de Sainte-Eulaire est finaliste du Prix «Radio-France Internationale 1993» ... la semaine de la publication du livre, et doit donc être mise hors concours pour le tour final. En 1994, Gérard Adam séjourne quatre mois et demi en Bosnie avec les Casques bleus. À la demande de Pierre Mertens, il publie son carnet de bord La chronique de Santici, puis des nouvelles inspirées par cette expérience La route est claire sur la Bosnie. En mai 1996, parution d'un roman Marco et Ngalula.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Marco et Ngalula"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9955 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les vieux ne parlent plus

Que faire de nos aînés ? Alors que la population est de plus en plus vieillissante, que la crise fait rage, que les vieux semblent gêner car ils ne sont pas rentables, le gouvernement met en place un système aux apparences démocratiques : les Villages de Santé pour Aînés. Plus besoin de prendre en charge les finances et les fins de vie, parfois difficiles, de vos parents. On s’en occupe pour vous. Le gouvernement a ainsi créé, un peu partout dans le pays, des établissements à la pointe où l’on prend soin des seniors et de leur patrimoine. Maître Alexandre Geoffroy, avocat spécialisé dans la tutelle des personnes âgées, est l’un des concepteurs de ce programme. Il a développé un logiciel qu’il a vendu à l’État et qui permet d’avoir un pronostic vital du senior. Alexandre est même devenu le meilleur porte-parole de ces Villages. Il se rend partout pour en faire la promotion. Me Geoffroy est un personnage arrogant qui fréquente les hautes sphères. Il a ses privilèges qu’il entend bien garder. Il aime qu’on respecte son rang et qu’on le flatte. Ce célibataire apprécie la compagnie des femmes, notamment de Lise Charcot, une présentatrice de la principale chaîne télévisée du pays. Sa plus fidèle compagne reste toutefois sa mère. Il se ne passe pas une journée sans qu’il la voie.Il se rend dans l’émission de Lise, « Des hauts débats », pour faire la promotion des Villages de Santé pour Aînés. Face à lui, l’un des plus grands opposants à cette politique gériatrique, Pierre Rambaud, un militant des Droits de l’Homme, qui hurle au scandale : selon lui, c’est un meurtre de masse. Mais Me Geoffroy ne se laisse pas déstabiliser. Tout semble lui sourire. Pourtant, les choses commencent à se compliquer avec la mort suspecte de l’un de ses clients, Joseph Patty. Le fils de ce dernier, un député ambitieux, est persuadé que Me Geoffroy a assassiné son père et va tout faire pour le déstabiliser. Cette mort est embêtante, d’autant plus que son alibi vole en éclats. La santé de sa mère lui donne également du souci. La mémoire de la vieille dame commence à lui faire défaut. Alexandre imagine des plans pour partir avec elle dans un paradis perdu. Il ne faudrait pas qu’elle soit prise en charge par les Villages de Santé car il n’a aucune envie de leur confier sa propre mère. Pourquoi ? Le programme et le logiciel qu’il a mis sur pied peuvent-ils se retourner contre lui ? Ses propres affaires ne font-elles pas de l’ombre à celles du gouvernement ? Ne s’est-il pas jeté lui-même dans la gueule du loup ? Et que cachent réellement ces Villages de Santé : des établissements de soin ou des mouroirs ? Me Geoffroy n’a-t-il pas donné naissance à une arme puissante ? Les vieux ne parlent plus , qui relève du roman d’anticipation, est une dystopie mettant en scène une société sombre et individualiste. Les plus gros ont pris tous les pouvoirs, ont muselé les petits et se débarrassent des plus faibles. Proche d’un scénario et bercé d’ironie, le récit donne à voir un monde totalement replié sur lui-même, un véritable état policier, une dictature douce. Même si la société imaginée ici n’est que fiction, le roman s’ancre dans des problématiques contemporaines qui résonnent particulièrement en ces temps troublés par le coronavirus : crises économiques, pandémies – à noter toutefois que le roman a été écrit cinq ans avant la pandémie de Covid-19 –, population vieillissante, migration… La crise de la Covid-19 a mis en lumière certaines zones d’ombre de notre civilisation, notamment la manière dont nous avons traité nos aînés, totalement abandonnés à une mort certaine. Vincent Engel , grand humaniste impliqué dans le débat public, nous donne à voir un monde glaçant où toute notion de solidarité semble avoir disparu. Avec le titre du roman, l’auteur rend hommage à Jacques Brel et sa chanson Les vieux dans laquelle les personnes âgées sont vues comme des citoyens de seconde zone : Les vieux ne parlent plusOu alors seulement parfois du bout des yeux[…]On vit tous en province quand on vit trop longtemps.  Un roman qui, assurément, fait froid dans le dos.Auteur prolifique, Vincent Engel a déjà publié aux Éditions Ker plusieurs romans, recueils de nouvelles et…

Du toucher. Essai sur Pierre Guyotat

Le point de départ d’un texte philosophique sur l’écriture…

La légende des petits matins

Depuis Journal moche, l'auteur parfait, de livre…