Les Flaireurs suivi de Pan


RÉSUMÉ

Gantois francophone, comme ses amis Grégoire Le Roy et Maurice Maeterlinck qu’il rencontra sur les bancs du sombre collège Saint-Pierre, Charles van Lerberghe (1861-1907) est un écrivain majeur du symbolisme belge. Moins connu qu’Émile Verhaeren comme poète, que Georges Rodenbach comme prosateur, effacé par Maeterlinck comme dramaturge, il n’a pas bénéficié de la consécration parisienne de ses amis, et son audience est restée discrète. Dans le domaine théâtral, on lui doit pourtant…

  lire la suite sur  Espace Nord

À PROPOS DE L'AUTEUR
Charles Van Lerberghe
Auteur de Les Flaireurs suivi de Pan
Né à Gand en 1861, dans un milieu bourgeois et cultivé, il est au collège Sainte-Barbe le condisciple de Maeterlinck et manifeste dès l’adolescence un intérêt pour la littérature. Après des études de Lettres, diverses publications et des voyages en Allemagne et en Italie, il trouve la mort à Bruxelles à l’âge de 46 ans. Son œuvre de conteur, de poète (La Chanson d’Eve) et de dramaturge (Les Flaireurs) représente un moment important de la vie culturelle des années 1885-1906.

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Les didascalies du théâtre symboliste s’offrent souvent comme des poèmes en prose et laissent entendre le drame à la lisière du mélodrame, comme si on regardait un film d’Eisenstein dans la musique de Wagner.Les scènes font résonner les intimes liaisons entre l’existence de l’homme et la pression des éléments naturels qui s’exercent sur lui. On entre alors dans la vie magique, presque surnaturelle des protagonistes, sur la pointe des pieds, on s’assied alors dans l’ombre et on assiste aux chutes et aux épiphanies des personnages symbolistes. La princesse Maleine de Maeterlinck est là, avec nous, dans les coulisses des âmes.La présente réédition de Les flaireurs et de Pan de Charles Van Lerberghe est un cadeau…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Les Flaireurs suivi de Pan"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9212 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Dounia

Le récit démarre dans une rame de métro. Une explosion retentit. Tout se fige. Après le bruit assourdissant, les cris et la peur font…

Notes prises d'une lucarne suivi de Petit théâtre aux chandelles

Préface de Robert Frickx À propos du livre Les Notes prises d'une lucarne sont le produit d'un exercice quotidien qu'Hellens s'est imposé durant l'année 1917. On retrouve, dans ces textes en prose, d'une admirable sobriété, le reflet de la mutation que, sous l'influence de la lumière du Midi et des peintres qu'il fréquente alors (Matisse, Archipenko, Modigliani, André Lhote), l'art du poète subit après 1915. Quant au Petit théâtre aux chandelles , composé vers la même époque, il dénote un art très sûr de la scène, qui se concrétise notamment dans un mélange subtil d'érotisme, de légèreté et de cruauté. Mariant le badinage au cynisme, le théâtre d'Hellens fait penser tantôt à Marivaux, tantôt à Musset, mais il s'écarte de ce modèles dans certaines pièces qui, tel Massacrons les innocents, annonce l'univers baroque de…