L'Ardenne des 4 fils Aymon


RÉSUMÉ

Alard, Renaud, Guichard et Richardet, tous les quatre fils du duc Aymon, se sont révoltés contre Charlemagne. Pendant plusieurs années, une traque opérée par les guerriers du roi mène les fils Aymon de l’Ardenne à la Gascogne où sièges et embuscades, fuites et poursuites, se succèdent à un rythme palpitant. Finalement, las de ces combats, les quatre frères se réconcilient avec Charlemagne. Mais n’allez pas croire qu’ils ont tenu tête…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
MUSÉE EN PICONRUE
Auteur de L'Ardenne des 4 fils Aymon
Jean-Luc DUVIVIER de FORTEMPS
Auteur de L'Ardenne des 4 fils Aymon
Jean-Luc Duvivier de Fortemps occupe une place tout à fait à part dans notre littérature par les thèmes qu'il aborde (vie des animaux sauvages, légendes liées à des sites précis...), mais surtout par le regard qu'il porte sur l'Ardenne et l'intimité des liens qui l'unissent à la forêt. «Écrivain de la forêt d'Ardenne», c'est d'ailleurs ainsi que lui-même se plaît à se définir, avec toute la charge affective qu'implique le choix d'une telle expression.A contre-courant des modes de notre société matérialiste, affairiste et technocrate, il affirme sa mission d'écrivain : Mon métier à moi, c'est de rêver pour les autres.Jean-Luc Duvivier de Fortemps est né à Bruxelles le 15 juin 1953. Il fréquente successivement l'école Decroly et le lycée Molière. De cette enfance citadine, heureuse et choyée, rien n'émerge à proprement parler, si ce n'est une aversion certaine pour la ville : Je ne situerai jamais un seul de mes récits dans la métropole !Aversion aussi pour toute contrainte imposée de l'extérieur : impossibilité de s'astreindre à une action qui ne soit pas passionnément choisie, impossibilité de se concentrer sur tout autre objet que celui de sa passion.De cette enfance et de cette adolescence émerge un intérêt pour le cinéma (les «Classiques» comme La Belle et la Bête de Jean Cocteau - par ailleurs son tout premier récit (Le cerf et le serf) se présentera d'abord sous la forme d'un scénario) et... l'attente fiévreuse des vacances passées au coeur de l'Ardenne : à Lavacherie-sur-Ourthe, à Herbeumont-sur-Semois (Moulin des Nawés), à Lesse-sur-Lesse, en dessous de Redu, et à Our-Opont, près de Paliseul. C'est la forêt d'Ardenne qui, en effet, le hante, le requiert, l'aspire vers ses origines, le sertit dans ses propres racines : là seulement il se sent lui-même, pour part arbre, pour part animal indompté, pour part chevalier, pour part contemplation... Homme de terrain, Jean-Luc Duvivier de Fortemps est fasciné par les lieux. Il ne serait pas exagéré de dire qu'ils sont le dénominateur commun à toute son oeuvre passée et à venir. Hiver comme été, Jean-Luc Duvivier arpente les vieux chemins et sentes forestières, un calepin à portée, en quête d'un site ou «sas» (paysage remarquable chargé de valeurs symboliques et de forces rattachées au passé légendaire). Il repère et croque en trois traits de crayon une «pierre tournante», les vestiges d'un rempart, une potale... Ce que j'aime, note-t-il, c'est me promener autour et alentour d'un site, visiter ce lieu dans le détail, contempler ses plus belles perspectives, m'asseoir et méditer, écouter, me laisser imprégner par ce lieu (...) me sentir en parfaite symbiose avec le biotope choisi. Ces lieux sont toujours d'une rare sauvagerie, d'une grande beauté et très retirés. En cela ils sont exemplaires.Cependant, l'apogée de l'an, pour Jean-Luc Duvivier de Fortemps, c'est l'automne et la saison du brame (prémices dès le vingt août, clôture aux environs de la mi-octobre). Durant cette période, toutes affaires cessantes, l'écrivain se consacre corps et âme à la forêt. Son carnet foisonne d'annotations détaillées concernant les déplacements du cerf, ses attitudes, son langage décrypté avec une science étonnante. Annotations aussi relatives à l'atmosphère (levers de lune, rafales... sont soigneusement répertoriés par fiches - contrainte choisie !) afin de constituer l'abondant matériau des ouvrages qui seront composés en hiver, dans la tiédeur de la demeure ardennaise aux murs épais, sur fond d'une symphonie de Sibelius...Jean-Luc Duvivier raconte le cerf magique, il se raconte lui-même et, à mesure, son regard nous entraîne là-bas vers la forêt, le domaine qui participe de son être profond, suscitant notre imaginaire, nous conviant là où enfin peuvent se rejoindre formes humaines, végétales et animales, telles qu'en leur primitive harmonie.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "L'Ardenne des 4 fils Aymon"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9631 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

1944 : La bataille de Normandie : Tome 3 : Tigres sur Villers-Bocage

La bataille de Normandie - tome 3  Le 12 juin 1944, le débarquement est d'ores et déjà une réussite. La première vague de Panzer lancée par Rommel pour rejeter les Alliés à la mer a lamentablement échoué. Les défenseurs allemands sont épuisés tandis que les troupes d'Eisenhower ne cessent de se renforcer. Le point de rupture est atteint et le front germanique craque sous les coups de boutoir de la 7th Armoured Division. Cette unité de vétérans de la guerre dans le désert n'a pas compris qu'on ne se bat pas dans le bocage comme on le ferait dans les dunes. Une compagnie de chars lourds sous le commandement de l'as allemand Mickaël Wittmann va leur apprendre cette dure leçon tactique. Une poignée de Tiger va stopper net cette division britannique à Villers-Bocage. L'engagement blindé décortiqué dans ce troisième opus est devenu depuis aussi mythique que celui de Léonidas à la bataille…

Tours & Détours. Les plus belles expressions du français de Belgique

« Vous êtes en rac » avec un cadeau ?  Pas de problème, Michel Francard vient à votre secours. Ça ne va pas vous « coûter un pont », et ce n’est pas comme si vous alliez « acheter un chat dans un sac » !!Faut-il présenter l’auteur ?  Michel Francard est linguiste et lexicographe, professeur à l’Université Catholique de Louvain et auteur de plusieurs ouvrages, toujours intéressants, parfois assez techniques, souvent utiles – comme le Dictionnaire des belgicismes , dont un mien ami, Français de naissance mais professionnellement plongé dans le « pot belge » fait grand cas et grand usage. Le présent ouvrage est, pour sa part, très amusant, autant par la thématique abordée que par le style alerte de l’auteur et les illustrations qui ponctuent les différents articles.  Le lecteur, indigène, autochtone ou étranger, y découvrira un florilège des expressions qui font le sel du « parler belge » avec, pour chacune d’entre elles, une information historique (par exemple une attestation chez Boileau ou dans le Littré… ou chez Thomas Gunzig)  ainsi qu’une « explication de texte » rédigée avec humour et virtuosité.  On n’est plus là dans « la chasse aux belgicismes » des années normatives et du complexe d’infériorité par rapport à la norme incarnée par le « beau » français mais bien dans la redécouverte amusée et la réappropriation des spécificités linguistiques de chez nous, qui sont parfois liées au latin, venu à pied du fond des âges, suivant la belle formule de Julos Beaucarne.J’aurais bien envie de vous dire que « je ne vais pas la faire longue », comme l’écrivait Madame de Sévigné dans une lettre du 3 avril 1671 qu’elle adressait à sa fille (non, je ne le savais pas avant d’avoir lu Tours et Détours ), mais il faut quand même que je vous dise encore que la préface de Patrick Adam est très belle et poétique, que la postface vous donnera l’envie de relire le livre, dans le désordre ou dans l’ordre qu’il vous plaira avec l’aide de l’index des expressions.On n’y trouve pas le – devenu – mythique « Je vous dirai quoi » dont j’ignorais absolument qu’il ne fût pas universel, dans les limites de la francophonie évidemment, avant d’avoir vu le film  Bienvenue chez les Ch’tis et le pataquès provoqué par cette expression qui dit pourtant bien ce qu’elle veut dire.En tout cas, n’hésitez pas à faire le tour de ces Tours et Détours.  Un livre à offrir, à vous offrir, à vous faire offrir. Marguerite Roman Baraquîs de kermesse, s'abstenir!C'est du sérieux... mais sans prise de tête.De nombreuses expressions typiques émaillent la parlure des francophones de Belgique. Ces bons vivants pour qui tirer son plan est un réflexe inné, ces pragmatiques qui détestent rester en rac , ces humoristes qui se plaisent à jouer avec les pieds de quelqu'un ont le souci constant de ne pas attraper le gros cou et de conserver…

En province

« L’Ardenne n’est, à mes yeux, qu’un prétexte pour évoquer une certaine province dans ce qu’elle…