L’Affaire De Coster | Van Sprang


RÉSUMÉ

À propos du livre

Un dossier inédit, découvert dans les archives du Musée de l’armée, permet de reconstituer ici un épisode de la vie de Charles De Coster. Des lettres et les minutes d’un interrogatoire mené devant une cour d’enquête militaire éclairent la conduite de l’écrivain appelé à défendre sa sœur contre les entreprises d’un escroc au…


DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)
Lire un extrait

Vers 1864, Charles De Coster avait fait la connaissance du docteur Louis Watteau, un exilé français du second Empire qui avait fui en Belgique les rigueurs du régime de Napoléon III. Frotté de littérature, vaguement homme de lettres lui-même, Watteau était devenu le médecin d'Eugène Van Bemmel, professeur à l'Université libre de Bruxelles, et l'ami de l'écrivain et critique Charles Potvin. Par leur intermédiaie, il avait bientôt sympathisé avec l'auteur des Légences flamandes et des Contes brabançons dont le réjouissait l'imagination toujours en ébullition.

Watteau était lui aussi le lieutenant du révolutionnaire Blanqui, le théoricien de l'insurrection permanente, qui purgeait alors, à Sainte-Pélagie, une de ses nombreuses condamnations. Pour tromper l'ennui, le prisonnier étudiait les diverses manifestations du fanatisme religieux dans l'histoire et priait Watteau de lui expédier de la documentation. Le docteur songea aussitôt à confier ce travail à De Coster dont il savait l'étendue des connaissances et qui avait été pendant quatre ans, jusqu'en janvier 1864, employé au secrétariat de la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances. Légendes populaires, chambres de tortures, procès de sorcellerie n'avaient plus de secret pour lui. Ravi de servir la cause de l'anticléricalisme, De Coster se met à la tâche et procure à Blanqui des notes dont la précision et l'érudition ravissent le docteur Watteau.

Pourquoi ne pas offrir à ce collaborateur intelligent un rôle plus actif? Justement, Blanqui projetait de lancer un bihebdomadaire, le Candide. L'écrivain pourrait y donner des textes littéraires qui compenseraient un peu l'austérité de la feuille. Pourvoyeur de copie? Cela tombait bien : De Coster en avait plein ses tiroirs. Et puis, il tenait en réserve l'épais manuscrit de son Thyl Ulenspiegel. En publier des chapitres dans un journal parisien, lui diasit Watteau, voilà qui «servirait de réclame pour trouver un éditeur». L'aventure parisienne, De Coster y a songé déjà, quelques années plus tôt, mais il a renoncé, pour ne pas peiner sa mère. Cette fois, confiant en son nouveau livre, persuadé que les blanquistes lui ouvriront les portes du monde des lettres, il accepte.

La proposition vient à point nommé : il se sent déprimé, excédé. C'est qu'«il vient d'avoir, confie Watteau à Blanqui, le 3 novembre 1864, tout plein d'affaires de famille, sa sœur, son officier, un duel, le diable et son train». À l'impatience d'entrer dans l'arène littéraire se joignaient donc des mots personnels de change d'air et de milieu. Le 7 mai 1865, Watteau annonce l'arrivée de Charles à paris pour le 11, mais en faisant aux blanquistes une singulière recommandation. Il faudrait en effet, dès réception de sa lettre, qu'on expédie à Mme De Coster un télégramme ainsi libellé : «Maman, je suis bien arrivé et demeure Hôtel Fleurus.» Pourquoi ce mensonge de collégien et que pourrait bien faire De Coster de ces journées de liberté? Watteau s'en explique : «Ses parents sont très inquiets en ce moment. Ils savent qu'il a une affaire à terminer, à Tournai, avec un officier de la garnison. Le voir partir directement pour Paris devient une sorte de bonheur pour eux, attendu que ce départ éloigne la possibilité du duel que l'on pressent. De Coster, au contraire, veut terminer l'affaire avant son départ pour Paris.»

Quel officier? Quel duel? Et qu'avait à voir là-dedans sa sœur Caroline? Faute d'informations, les allusions du docteur Watteau devaient demeurer sibyllines. Or l'escapade furtive à Tournai était l'épilogue d'un long drame familial dont le lever de rideau avait eu lieu quelque sept ans auparavant.

À PROPOS DE L'AUTEUR
Raymond Trousson
Auteur de L’Affaire De Coster | Van Sprang


Né à Bruxelles le 11 juin 1936, Raymond Trousson, au terme de ses humanités à l'Athénée royal de Saint-Gilles, s'inscrit à l'Université libre de Bruxelles, tâte de la philologie classique, n'y trouve pas son compte et bifurque vers la philologie romane, assuré que là est sa place depuis le jour où il a assisté, dans l'émerveillement, à la leçon inaugurale d'un jeune chargé de cours dont il ne savait pas même le nom. C'était le 14 octobre 1955, et le professeur dont le savoir et la parole l'ont ébloui était Roland Mortier, appelé à guider ses premiers pas dans la carrière scientifique. Licencié en philologie romane en 1959, professeur pendant un an à l'Athénée Robert Catteau, où il se lie d'amitié avec Robert Frickx, il accède au Fonds national de la recherche scientifique (F.N.R.S-aspirant en 1960, chargé de recherches en 1963). Dès lors, tout se déroule au pas de charge, la cadence qui convient à sa puissance de travail et qui répond à son besoin d'une activité intense et ininterrompue.

Le thème d'Antigone, sujet de son mémoire de licence, l'a orienté vers la thématologie littéraire. Ce domaine complexe, difficile à défricher et à déchiffrer, exigeant érudition, méthode et esprit de synthèse, est à sa mesure. Il en fournit la preuve éclatante avec sa thèse de doctorat sur Le mythe de Prométhée dans la littérature européenne, présentée en 1963, publiée l'année suivante, saluée sur-le-champ comme un ouvrage fondamental (réédition en 1976). Sur la base d'un dénombrement minutieux des œuvres, le jeune chercheur met en lumière les divers avatars du mythe depuis Hésiode, qui lui donna sa première forme littéraire, et Eschyle, qui en fit le symbole du génie humain. Chemin faisant, il écarte pas mal d'idées reçues. Par exemple, il est inexact que Prométhée ait disparu entre Eschyle et Goethe. Prétendre que l'histoire de Prométhée ne commence qu'après 1789 revient à centrer le mythe sur la révolte, à peu près absente de son symbolisme avant Goethe. Lorsque le voleur du feu devient le héros de la révolte, l'objet de sa contestation varie, au gré de la sensibilité des auteurs et des changements de l'optique collective. Le Titan romantique n'est pas le Titan goethéen…

Auteur d'un Prométhée magistral, Raymond Trousson a contribué à la réhabilitation de la thématologie ou «Stoffgeschichte», frappée d'un discrédit encore manifeste au début des années soixante. Passant de la pratique à la théorie, il entre dans le débat dès 1965 avec un livre qui fait sensation : Un problème de littérature comparée : les études de thèmes. Essai de méthodologie, dont il peaufinera l'argumentation en 1981 (Thèmes et mythes. Questions de méthode). Il importe de clarifier la thématologie par l'adoption de termes débarrassés de toute ambiguïté. L'appellation de mythe littéraire entretenant une confusion, on lui substituera les notions de motif et de thème. Le thème est l'individualisation du motif : par exemple, le motif du séducteur s'incarne dans le thème de Don juan, le motif des amours contrariées dans le thème de Tristan et Iseut ou celui de Roméo et Juliette. Le motif est abstrait et intemporel; le thème part nécessairement de l'œuvre littéraire initiale qui en a fixé les éléments constitutifs. Sur l'assise de ce distinguo capital, Raymond Trousson reconstruit la thématologie, délimite sa matière, caractérise sa méthode comparatiste, situe sa place entre l'histoire littéraire et l'histoire des idées.

En 1967, il entre dans le corps professoral de l'Université libre de Bruxelles. Son œuvre, déjà considérable à cette date, ne cessera de s'enrichir et de se diversifier.

Le XVIIIe siècle y occupe une place prépondérante. En souvenir peut-être de sa première vocation, Trousson s'intéresse à la survivance de la culture antique à l'époque des Lumières. De ses nombreux écrits relatifs à ce sujet, deux ouvrages émergent : Socrate devant Voltaire, Diderot et Rousseau (1967) et, publiée sous le titre Diderot helléniste (1969), la savante édition critique d'un manuscrit inédit de Diderot, la traduction de l'Apologie de Socrate, rédigée en 1749, au château de Vincennes. À partir de 1970, c'est à Jean-Jacques Rousseau qu'il consacre l'essentiel de son activité de dix-huitiémiste. Il l'approche de multiples façons : Jean-Jacques Rousseau dans la presse périodique allemande de 1750 à 1800 (1970), Rousseau et sa fortune littéraire (1971), Balzac disciple et juge de Jean Jacques Rousseau (1983), Le tison et le flambeau. Victor Hugo devant Voltaire et Rousseau (1985), Stendhal et Rousseau (1986), Jean-Jacques Rousseau. I. La marche à la gloire (1988). II. Le deuil éclatant du bonheur (1989), Jean-Jacques Rousseau. Bonheur et liberté (1992), Jean-Jacques Rousseau. Heurs et malheurs d'une conscience (1993), Romans libertins au XVIIIe siècle (1993), Défenseurs et adversaires de Rousseau (1995), édition des Confessions (1995). Enfin, il a étudié Jean-Jacques Rousseau jugé par ses contemporains (2000) et présenté un Rousseau raconté par ceux qui l'ont vu (2004). Ces dernières années, sa curiosité l'a également orienté vers le maître de l'Encyclopédie : Images de Diderot (1997) retrace les avatars de la réception critique du philosophe de 1778 à 1913, Diderot jour après jour (2006) est une rigoureuse chronologie de la vie et de l'œuvre, Diderot ou le vrai Prométhée (2005) est une biographie. Dans Visages de Voltaire (2001), il a présenté l'image du patriarche de Ferney dans la littérature et la pensée du XIXe siècle. En 2004 a paru Antoine-Vincent Arnault, histoire d'un homme de lettres entre classicisme et romantisme dont il avait déjà édité les Mémoires d'un sexagénaire (2003), en 2006 une volumineuse édition des mémoires et du journal de J.P.G. Viennet, poète et dramaturge.

Jean-Jacques l'a-t-il amené à se pencher sur le phénomène de l'utopie? En 1975, il présente le fruit de ses investigations et de sa réflexion : Voyages aux pays de nulle part. Histoire littéraire de la pensée utopique (réédition augmentée en 1979). Comme son Prométhée, un livre-événement, fondé sur une définition rigoureuse qui exclut du genre étudié les rêveries de l'Âge d'or, de l'Arcadie et des robinsonnades. En marge de ce vaste panorama, il a réédité maints utopistes oubliés de nos jours, parmi lesquels Louis-Sébastien Mercier (1740-1814), l'auteur de L'An deux mille quatre cent quarante, la première utopie dans le temps. Ont suivi un essai sur l'utopie et les utopistes (1998), un autre sur les religions d'utopie (2001), un troisième sur la fonction des sciences et des techniques de l'utopie à l'anti-utopie (2003).

L'esprit des Lumières dont il est tout imprégné lui a inspiré, ces derniers temps, des ouvrages d'histoire des idées : Histoire de la libre pensée. Des origines à 1789 (1993), Voltaire et les droits de l'homme (1994) et une biographie d'Isabelle de Charrière (1994). Il est enfin un domaine qu'il n'a cessé d'observer. Remontant jusqu'au prince de Ligne, il a parcouru toutes les époques de la littérature belge de langue française par le biais d'études évoquant une quinzaine de nos écrivains, en particulier Charles De Coster dont il a édité Lettres à Élisa (1994) après avoir retracé d'une plume alerte sa biographie : Charles De Coster ou la Vie est un songe (1990). Il a donné depuis des biographies d'Iwan Gilkin () et de Charles Van Lerberghe (2002), publié les mémoires inédits du premier (2000) et la correspondance du second avec Fernand Severin (2002) et une histoire de l'Académie (1999) et de La Jeune Belgique (2000).

Titres et distinctions, en Belgique et à l'étranger, ont consacré la notoriété de Raymond Trousson. Depuis le 8 septembre 1979, il est membre de l'Académie, où il a succédé à Émilie Noulet.

Raymond Trousson est décédé le 25 juin 2013.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "L’Affaire De Coster | Van Sprang"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Journal imaginaire

Célébration de la vie par un ancien membre de l'Internationale situationniste, cette vie n'étant…

Le fantastique dans l’oeuvre en prose de Marcel Thiry

À propos du livre Il est toujours périlleux d'aborder l'oeuvre d'un grand écrivain en isolant un des aspects de sa personnalité et une des faces de son talent. À force d'examiner l'arbre à la loupe, l'analyste risque de perdre de vue la forêt qui l'entoure et le justifie. Je ne me dissimule nullement que le sujet de cette étude m'expose ainsi à un double danger : étudier l'oeuvre — et encore uniquement l'oeuvre en prose de fiction — d'un homme que la renommée range d'abord parmi les poètes et, dans cette oeuvre, tenter de mettre en lumière l'élément fantastique de préférence à tout autre, peut apparaître comme un propos qui ne rend pas à l'un de nos plus grands écrivains une justice suffisante. À l'issue de cette étude ces craintes se sont quelque peu effacées. La vérité est que, en prose aussi bien qu'en vers, Marcel Thiry ne cesse pas un instant d'être poète, et que le regard posé sur le monde par le romancier et le nouvelliste a la même acuité, les mêmes qualités d'invention que celui de l'auteur des poèmes. C'est presque simultanément que se sont amorcées, vers les années vingt, les voies multiples qu'allait emprunter l'oeuvre littéraire de M. Thiry pendant plus de cinquante années : la voie de la poésie avec, en 1919, Le Coeur et les Sens mais surtout avec Toi qui pâlis au nom de Vancouver en 1924; la voie très diverse de l'écriture en prose avec, en 1922, un roman intitulé Le Goût du Malheur , un récit autobiographique paru en 1919, Soldats belges à l'armée russe , ou encore, en 1921, un court essai politique, Voir Grand. Quelques idées sur l'alliance française . Cet opuscule relève de cette branche très féconde de son activité littéraire que je n'étudierai pas mais qui témoigne que M. Thiry a participé aux événements de son temps aussi bien sur le plan de l'écriture que sur celui de l'action. On verra que j'ai tenté, aussi fréquemment que je l'ai pu, de situer en concordance les vers et la prose qui, à travers toute l'oeuvre, s'interpellent et se répondent. Le dialogue devient parfois à ce point étroit qu'il tend à l'unisson comme dans les Attouchements des sonnets de Shakespeare où commentaires critiques, traductions, transpositions poétiques participent d'une même rêverie qui prend conscience d'elle-même tantôt en prose, tantôt en vers, ou encore comme dans Marchands qui propose une alternance de poèmes et de nouvelles qui, groupés par deux, sont comme le double signifiant d'un même signifié. Il n'est pas rare de trouver ainsi de véritables doublets qui révèlent une source d'inspiration identique. Outre l'exemple de Marchands , on pourrait encore évoquer la nouvelle Simul qui apparaît comme une certaine occurrence de cette vérité générale et abstraite dont le poème de Vie Poésie qui porte le même titre recèle tous les possibles. Citons aussi le roman Voie-Lactée dont le dénouement rappelle un événement réel qui a aussi inspiré à M. Thiry la Prose des cellules He La. Je n'ai donc eu que l'embarras du choix pour placer en épigraphe à chaque chapitre quelques vers qui exprimaient ou confirmaient ce que l'analyse des oeuvres tentait de dégager. Bien sûr, la forme n'est pas indifférente, et même s'il y a concordance entre les thèmes et identité entre les motifs d'inspiration, il n'y a jamais équivalence : le recours à l'écriture en prose est une nécessité que la chose à dire, à la recherche d'un langage propre, impose pour son accession à l'existence. C'est précisément aux «rapports qui peuvent être décelés entre ces deux aspects» de l'activité littéraire de Marcel Thiry que Robert Vivier a consacré son Introduction aux récits en prose d'un poète qui préface l'édition originale des Nouvelles du Grand Possible . Cette étude d'une dizaine de pages constitue sans doute ce que l'on a écrit de plus fin et de plus éclairant sur les caractères spécifiques de l'oeuvre en prose; elle en arrive à formuler la proposition suivante : «Aussi ne doit-on pas s'étonner que, tout en gardant le vers pour l'examen immédiat et comme privé des émotions, il se soit décidé à en confier l'examen différé et public à la prose, avec tous les développements persuasifs et les détours didactiques dont elle offre la possibilité. Et sa narration accueillera dans la clarté de l'aventure signifiante plus d'un thème et d'une obsession dont son lyrisme s'était sourdement nourri.» Car, sans pour autant adopter la position extrême que défend, par exemple, Tzvetan Todorov dans son Introduction à la littérature fantastique, et qui consiste à affirmer que la poésie ne renvoie pas à un monde extérieur à elle-même, n'est pas représentative du monde sensible (et d'en déduire — j'y reviendrai dans la quatrième partie — que poésie et fantastique sont, pour cette raison, incompatibles), on peut cependant accepter comme relativement sûr que la traduction en termes de réalité ne s'opère pas de la même façon lors de la lecture d'un texte en prose ou d'un poème. C'est donc tout naturellement qu'un écrivain recourra à la prose, dont l'effet de réel est plus assuré, dont le caractère de vraisemblance est plus certain, chaque fois qu'il s'agira pour lui, essentiellement, d'interroger la réalité pour en solliciter les failles, d'analyser la condition humaine pour en déceler les contraintes ou en tester les latitudes. Le développement dans la durée permet l'épanouissement d'une idée, la mise à l'épreuve d'une hypothèse que la poésie aurait tendance à suspendre hors du réel et à cristalliser en objet de langage, pour les porter, en quelque sorte, à un degré supérieur d'existence, celui de la non-contingence. Il n'est sans doute pas sans intérêt de rappeler que, dans un discours académique dont l'objet était de définir la fonction du poème, M. Thiry n'a pas craint de reprendre à son compte, avec ce mélange d'audace et d'ironie envers lui-même qui caractérise nombre de ses communications, cette proposition de G. Benn et de T. S. Eliot pour qui la poésie n'a pas à communiquer et qui ne reconnaissent comme fonction du poème que celle d'être. La projection dans une histoire, l'incarnation par des personnages, la mise en situation dans un décor comme l'utilisation de procédés propres à la narration permettent une mise à distance qui favorise l'analyse et la spéculation et qui appelle en même temps une participation du lecteur. Parallèlement, on peut sans doute comprendre pourquoi presque toute l'oeuvre de fiction est de nature fantastique ou, dans les cas moins flagrants, teintée de fantastique. Car la création d'histoires où l'étrange et l'insolite ont leur part est aussi une manière de manifester ce désir de remettre en cause les structures du réel ou tout au moins de les interroger. Pour l'auteur d' Échec au Temps , la tentation de l'impossible est une constante et l'événement fantastique est le dernier refuge de l'espérance. Son oeuvre se nourrit à la fois de révolte et de nostalgie. Révolte contre l'irréversibilité du temps humain dans Échec au Temps , révolte contre le caractère irréparable de la mort qui sépare ceux qui s'aiment dans Nondum Jam Non , dans Distances , révolte contre l'injustice des choix imposés à l'homme dans Simul , révolte contre les tyrannies médiocres du commerce dans Marchands … Nostalgie du temps passé, du temps perdu, du temps d'avant la faute, nostalgie de tous les possibles non réalisés, de la liberté défendue, de la pureté impossible. Nostalgie complémentaire de la révolte et qui traverse toute l'oeuvre de Marcel Thiry comme un leitmotiv douloureux. Comme l'écrit Robert Vivier, «le thème secret et constant de Thiry, c'est évidemment l'amour anxieux du bonheur de vivre ou plus exactement peut-être le désir, perpétuellement menacé par la lucidité, de trouver du bonheur à vivre». Où trouver, où retrouver un bonheur que la vie interdit sinon dans la grande surprise du hasard qui suspendrait les lois du monde? La première maîtresse de ce hasard est justement la…

Petite histoire de l'Académie

À propos du livre (extrait de l'Avant-propos) En Belgique,…