Anne Herbauts, la tête dans la haie : dialogue avec Frédérique Dolphijn


RÉSUMÉ

La collection Orbe invite le lecteur à aller voir ce qui se passe hors des sentiers battus avec, en ligne de mire, la relation que l’auteur interviewé entretient avec la proposition « je lis, j’écris, je suis lu ».

Ces sentiers sont aujourd’hui ceux de la relation textes-images qu’Anne Herbauts développe dans une œuvre dédiée à la jeunesse, mais pas que… Auteur jeunesse, elle trouve intéressant les livres qui proposent plusieurs niveaux de lectures et où adultes et enfants peuvent se promener ensemble. Le cheminement d’Anne Herbauts sur le sentier de l’écriture s’inscrit par les mots qu’elle assemble et les images qu’elle construit, pour dire et redire le monde autour.

« Le livre prend corps quand je prends les premières notes. Parfois c’est du texte mais j’ai déjà des pensées images. Je prends presque des notes écrites pour l’image, je dessine très peu avant ! Le format vient assez vite et je ne peux attaquer l’image physique, l’art plastique, que quand j’ai fait le chemin de fer du livre, quand j’ai mis à plat toute la structure avec le rythme et le déroulement temporel.
Quand j’ai le chemin de fer du livre, j’ai la respiration du livre. Quand j’ai l’image avant, je peux tout jeter en général.»

Hors du jardin bien organisé, elle observe la vie qui fourmille. Elle nous raconte la nécessité des assonances, du sauvage, de la caillasse, des cairns, et met en abîme la question du réel, celui de l’histoire, de l’auteur et du lecteur.

« Il vaut mieux donner des livres qui ne sont pas lisses aux enfants. » Assurément, elle leur donne avant tout des livres à partager.

Pour Anne Herbauts, il ne faut pas rester au milieu du jardin – dans ce qui est connu et reconnu – il vaut mieux expérimenter d’autres dimensions et mettre la tête dans la haie.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Frédérique Dolphijn
Auteur de Anne Herbauts, la tête dans la haie : dialogue avec Frédérique Dolphijn
Animatrice et formatrice en atelier d’écriture, les passerelles entre, corps /langage / image / lecture – écriture font parties intégrantes de son travail. Sa pratique et sa recherche artistique sont fondamentalement reliées au vivant, à la transmission et à la pensée. Comédienne de théâtre et au cinéma, Frédérique Dolphijn a enseigné le jeu d’acteur, la dramaturgie et la présence scénique. Son travail de mise en scène l’amène à écrire et réaliser trois courts-métrages. – Enfance - Grand prix du festival de Vaux-en-Velin 2001 – Une belle journée - Vague d’or au Festival international du film Féminin de Bordeaux 2002. Ours d’or au Festival Der Nationen, Ebensee, Autriche 2002. Prix Meuter-Titra de consécration pour la direction photo, Festival Média 10-10 de Namur 2001 et  - L’air du temps - Elle est co directrice de la collection Orbe chez Esperluète éditions
Anne Herbauts
Illustrateur de Anne Herbauts, la tête dans la haie : dialogue avec Frédérique Dolphijn
Etudes supérieures à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles en Illustration & Bande Dessinée dans l’atelier de Anne Quévy et Bruno Goosse. Auteur et illustratrice depuis une vingtaine d’années, elle a publié une cinquantaine de livres, principalement des albums pour la jeunesse. Son travail est principalement le livre. (albums jeunesse, BD, livres graphiques), mais elle expérimente parfois d’autres supports narratifs comme le court-métrage (vidéo et film d’animation), et les espaces-narratifs. Ses éditeurs principaux sont les Editions Casterman, les Editions Esperluète, Pastel, Ecole des Loisirs (depuis 2019) Elle a également publié aux éditions de L’an 2 – Actes Sud, Le Rouergue.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:livre - "Anne Herbauts, la tête dans la haie : dialogue avec Frédérique Dolphijn"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les mirages de l'ivresse

Le Docteur Claude Meyers, chef du service de neuro-psychiatrie des hôpitaux du Sud-Luxembourg…

Le mouvement romantique en Belgique (1815-1850). II Vers un romantisme national

À propos du livre Nonum prematur in annum… L'exigeant précepte d'Horace a trouvé, cette fois, sa rigueur dépassée, puisque c'est de 1948 qu'est daté le premier tome du présent ouvrage. Bien malgré nous, il est vrai : des occupations professorales absorbantes, la maladie ensuite, puis de cruelles épreuves familiales ont, trop longtemps sans doute, retardé la rédaction, la mise au point et l'achèvement de ce tome II et dernier. On s'en excuse. Après un tel délai, peut-être n'est-il pas inutile de rappeler à cette place le dessein qui n'a pas cessé d'être le nôtre. C'est de poursuivre, dans le milieu belge, entre 1815 et 1850, une enquête attentive sur l'évolution des idées, des tendances et des réputations littéraires. La suivant à la trace, nous avons cherché à en préciser la marche dans les esprits et dans les écrits de ce temps. Revues et journaux, préfaces et critiques nous ont fourni l'essentiel de notre documentation. Nous avons tenu le plus grand compte des influences étrangères, et singulièrement de celle du romantisme français, dont la contrefaçon multiplie alors les oeuvres parmi nous. Et nous n'avons pas négligé de mesurer, quand il y avait lieu, les répercussions des événements politiques ou sociaux sur le devenir, en nos provinces, de la «chose littéraire». Notre propos a donc été, dans l'essentiel, l'étude d'un mouvement d'idées. On aurait tort de chercher ici un relevé complet des auteurs belges de l'époque romantique et un catalogue de leurs ouvrages. Nous avons, pour notre modeste part, essayé de tracer un tableau abrégé de cette époque de notre passé littéraire dans quelques chapitres de la grande Histoire illustrée des lettres françaises de Belgique, dont nous avons naguère dirigé la publication avec notre savant confrère et collègue, M. Joseph Hanse. On nous permettra d'y renvoyer. Ici, la production nationale nous intéresse avant tout dans la mesure où elle rend témoignage de la marche des idées littéraires ou en illustre le cheminement. Volontairement réduites au minimum, nos indications bibliographiques sont, strictement, celles des textes qui ont fourni nos citations ou autorisé nos conclusions. En d'autres termes, notre dessein a été ici, avant tout d'apporter une contribution valable à l'histoire des idées, er souhaitant qu'elle puisse servir à illustrer un jour ce que notre regretté maître Fernand Baldensperger appelait «une sorte de philosophie de la vie et du mouvement en littérature». Nous ne nous flattons pas d'y avoir réussi. Du moins espérons nous qu'on pourra trouver aux pages du présent tome, comme à celles du précédent, des citations nouvelles ou peu connue: et des témoignages inédits,…

Verhaeren, biographie d'une œuvre

À propos du livre (4e de couverture) Le présent travail…