Anne Herbauts, la tête dans la haie : dialogue avec Frédérique Dolphijn


RÉSUMÉ

La collection Orbe invite le lecteur à aller voir ce qui se passe hors des sentiers battus avec, en ligne de mire, la relation que l’auteur interviewé entretient avec la proposition « je lis, j’écris, je suis lu ».

Ces sentiers sont aujourd’hui ceux de la relation textes-images qu’Anne Herbauts développe dans une œuvre dédiée à la jeunesse, mais pas que… Auteur jeunesse, elle trouve intéressant les livres qui proposent plusieurs niveaux de lectures et où adultes et enfants peuvent se promener ensemble. Le cheminement d’Anne Herbauts sur le sentier de l’écriture s’inscrit par les mots qu’elle assemble et les images qu’elle construit, pour dire et redire le monde autour.

« Le livre prend corps quand je prends les premières notes. Parfois c’est du texte mais j’ai déjà des pensées images. Je prends presque des notes écrites pour l’image, je dessine très peu avant ! Le format vient assez vite et je ne peux attaquer l’image physique, l’art plastique, que quand j’ai fait le chemin de fer du livre, quand j’ai mis à plat toute la structure avec le rythme et le déroulement temporel.
Quand j’ai le chemin de fer du livre, j’ai la respiration du livre. Quand j’ai l’image avant, je peux tout jeter en général.»

Hors du jardin bien organisé, elle observe la vie qui fourmille. Elle nous raconte la nécessité des assonances, du sauvage, de la caillasse, des cairns, et met en abîme la question du réel, celui de l’histoire, de l’auteur et du lecteur.

« Il vaut mieux donner des livres qui ne sont pas lisses aux enfants. » Assurément, elle leur donne avant tout des livres à partager.

Pour Anne Herbauts, il ne faut pas rester au milieu du jardin – dans ce qui est connu et reconnu – il vaut mieux expérimenter d’autres dimensions et mettre la tête dans la haie.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Frédérique Dolphijn
Auteur de Anne Herbauts, la tête dans la haie : dialogue avec Frédérique Dolphijn
Animatrice et formatrice en atelier d’écriture, les passerelles entre, corps /langage / image / lecture – écriture font parties intégrantes de son travail. Sa pratique et sa recherche artistique sont fondamentalement reliées au vivant, à la transmission et à la pensée. Comédienne de théâtre et au cinéma, Frédérique Dolphijn a enseigné le jeu d’acteur, la dramaturgie et la présence scénique. Son travail de mise en scène l’amène à écrire et réaliser trois courts-métrages. – Enfance - Grand prix du festival de Vaux-en-Velin 2001 – Une belle journée - Vague d’or au Festival international du film Féminin de Bordeaux 2002. Ours d’or au Festival Der Nationen, Ebensee, Autriche 2002. Prix Meuter-Titra de consécration pour la direction photo, Festival Média 10-10 de Namur 2001 et  - L’air du temps - Elle est co directrice de la collection Orbe chez Esperluète éditions
Anne Herbauts
Illustrateur de Anne Herbauts, la tête dans la haie : dialogue avec Frédérique Dolphijn
Etudes supérieures à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles en Illustration & Bande Dessinée dans l’atelier de Anne Quévy et Bruno Goosse. Auteur et illustratrice depuis une vingtaine d’années, elle a publié une cinquantaine de livres, principalement des albums pour la jeunesse. Son travail est principalement le livre. (albums jeunesse, BD, livres graphiques), mais elle expérimente parfois d’autres supports narratifs comme le court-métrage (vidéo et film d’animation), et les espaces-narratifs. Ses éditeurs principaux sont les Editions Casterman, les Editions Esperluète, Pastel, Ecole des Loisirs (depuis 2019) Elle a également publié aux éditions de L’an 2 – Actes Sud, Le Rouergue.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:livre - "Anne Herbauts, la tête dans la haie : dialogue avec Frédérique Dolphijn"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Wallonie rapsodie

Essai sur l'identité d'un peuple.La bistouille, l'escavèche mais Robert Campin, Simenon, le site mégalithique de Wéris,…

L’Affaire De Coster | Van Sprang

À propos du livre Un dossier inédit, découvert…

Lamartine critique de Chateaubriand dans le Cours familier de littérature

À propos du livre (4e de couverture) Les historiens contemporains des lettres françaises de Belgique tiennent avec raison que La Légende d'Ulenspiegel en est le livre fondateur. Toute fondée qu'elle soit, cette assertion a tardé à prendre forte d'évidence. Lorsque Charles De Coster fait paraître sont livre, en 1867, seuls quelques lecteurs perspicaces y prêtent attention sans parvenir à lui assurer une quelconque reconnaissance. Et c'est aussi pauvre qu'inconnu que l'écrivain meurt en 1879. Il est vrai que «La Jeune Belgique», quinze ans plus tard, reconnaît son rôle, mais le statut de son livre n'en est en rien changé : il a peu de lecteurs, il n'est pas pris au sérieux. Tel n'est pas le cas du jeune Joseph Hanse dont l'Académie royale de langue et de littérature françaises s'empresse, dès 1928, de publier la thèse de doctorat consacrée à Charles De Coster et dont Raymond Trousson écrit aujourd'hui dans sa préface : «Ce coup d'essai était un coup de maître. Soixante-deux ans après sa publication, ce livre demeure fondamental, indispensable à quiconque entreprend d'aborder l'œuvre magistrale qu'il mettait en pleine lumière.» Devenu introuvable, enfin réédité aujourd'hui, le Charles De Coster de Joseph Hanse, qui a ouvert la voie à toutes les études ultérieures et internationales sur le sujet, fera figure, pour beaucoup, d'une découverte et d'une…