La nuit est encore debout c’est pour ça que je ne dors pas


RÉSUMÉ

« J’ai réellement rencontré la poésie, je veux dire physiquement, suite à un bouleversement familial. Au moment où tous mes repères s’effondraient, j’ai couru d’instinct vers la poésie. J’y ai trouvé la vie ; brute, sauvage, indisciplinée. J’y ai trouvé le souffle que j’avais toujours traqué éperdument, ce désir absolu d’intensité. Soudain, les mots qui m’avait fui, se cognaient dans ma tête. Ils devenaient chevaux, rochers, mensonges, prières. Ils devenaient cabanes, couteaux, devenaient forêts. Ils étaient rivières, tambours, bagues et pierreries. Ils étaient corps. Ils étaient soleil. Disaient nuit, disaient « viens ! », disaient terre, disaient rouge. Brasier de neige, épine brûlante. Disaient amour, se répétaient. Parfois, se cachaient, soudain intimidés d’être aussi nus. Souvent, revenaient : « où est la maison ? où est le poème ? ». Ils frappaient, petits coups, téméraires et obstinés, jusqu’à ce qu’ils parviennent à ne plus être si seuls. S’ils cherchaient à étirer le temps, à devenir immortels, ils n’en finissaient pas moins par s’avouer question : « D’ici là, j’écoute le vent de nuit/appeler mon nom à la fenêtre./ Appeler mon nom. Appeler. Mon nom ? »

Une langue « brûlante comme la neige », voici ce que nous réserve le premier recueil de Lisa Debauche. Une histoire d’amour quand l’amour semble ne plus être là et qu’« à la radio, il y a des bombes ».

L’amour, la mort, la solitude urbaine, la vie, l’écriture elle-même (« Peut-être que ce poème n’est pas un poème véritable ? / existe-t-il des poèmes véritables ? »), Lisa Debauche reprend à son compte des thèmes classiques en poésie mais leur insuffle une nouvelle vitalité tout au long d’un recueil où les mots sont gravés à l’os, à l’épure, dans une économie qui leur permet de révéler toute leur force, avec ça et là, une touche d’humour. Et entre lumière et obscurité, quelque part entre chiens et loups, apparait la beauté et ce recueil qui se lit d’une traite et qui pourrait bien réaliser l’exploit de faire aimer la poésie à celles et ceux qui n’y ont pas goût habituellement.




AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:poésie amour - "La nuit est encore debout c’est pour ça que je ne dors pas"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9176 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Poèmes choisis

Portrait par Carl Norac Préface par Liliane Wouters À propos du livre Dès les premiers…

Poésie (1944-2004)

Préface de Charles Dobzynski À propos du livre…