La nuit des poisons


RÉSUMÉ
Après La mort sur le bûcher, qui plantait le décor, ce deuxième volume nous montre la violence des passions qui se déchaînent autour des Médicis.
  lire la suite sur  Bela

À PROPOS DE L'AUTEUR
Edouard Aidans
Auteur de La nuit des poisons

Edouard Aidans passe à Andenne une jeunesse gourmande durant laquelle il se découvre un don pour le dessin en reproduisant les vignettes de Walt Disney qui embellissent les emballages de chocolat. Mais il dévore aussi les albums d´Hergé, de Jigé, plus tard de Jacobs...
Il s´initie à la photographie, trouve un emploi de laborantin à Bruxelles où il s´installe. Il suit les cours du soir de l’Académie des Beaux-Arts et découvre le petit monde de la bande dessinée.
Il débute chez Spirou, en réalisant des Histoires de l´oncle Paul et passe ensuite chez Tintin où il livre également des récits complets sous le pseudonyme de Joke. Il publiera sa première histoire à suite, Le Dossier Vert. Puis viennent, en 1961, Tounga, qu´il crée seul, et Les Franval, sur un scénario d’Yves Duval, deux séries qui lui assurent le succès. Dans les années 1970, Greg lui propose un scénario pour les Panthères et, en 79, Edouard Aidans lance Tony Stark (avec Jean Vanhamme pour 4 épisodes sur 6). Dans le style humoristique, il crée quelques personnages comme Bob Binn, Bric Brac, Gourh Le Ba-Lourh qui vivent des aventures plus éphémères.
A cette époque, Edouard Aidans crée un studio où viendront s’épanouir des auteurs aujourd´hui chevronnés comme Cris Lamquet, Claude Laverdure, Magda.
1986 voit naître La Toile et la Dague, un sujet historique (Renaissance italienne) créé avec le scénariste Jean Duffaux. Au Vaisseau d´Argent sortira en 1991 L´Ecume du Diable (scénario de Tarvel). Cette même année, Aidans relève un nouveau défi : après Dany, il reprend la célèbre série Bernard Prince, lancée et menée pendant 10 ans par Greg au scénario et Herman au dessin. Greg reste toujours aux commandes de l´équipage. Deux épisodes réalisés et publiés. La série est alors arrêtée par le décès du scénariste.
En 1995, Aidans crée une série coquine chez Joker Editions : Les Saintes Nitouches. Trois titres publiés. En 1998, il sort, en one shot, chez Lombard, un nouveau Tounga, La mort du Géant. A partir de 2002, Joker Editions (devenues entre-temps P & T Production) réédite l’intégrale des Tounga. Six volumes sont parus entre 2002 et 2007.

Bibliographie revue et complétée déc. 2008.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La nuit des poisons"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L'élastique japonais (tome 5)

Un petit rhinocéros perdu dans la savane...…

Klimt

Vienne, 1907. Le peintre Gustav Klimt rend visite aux époux Bloch-Bauer. Ferdinand demande alors à Gustav de réaliser le portrait de sa femme, Adèle ; requête entraînant un flashback. Six ans auparavant, alors que Klimt essuyait des critiques acerbes au sujet de son œuvre La Médecine , il a rencontré ce couple, admirateur de son génie et dont la femme l’a prié de lui ouvrir les portes de son atelier. Au même moment, l’artiste recevait en rêve l’inspiration pour son prochain tableau. C’est par ce prisme que l’on entre dans l’univers de l’artiste : son atelier, ses modèles, sa mère, sa compagne, Émilie, mais aussi ses rêves, ses angoisses, ses sources d’inspiration en somme. L’histoire narrée en bande dessinée par Cornette et Marc-Renier est une tranche de vie, prétexte à l’évocation du peintre, de son style, de son époque et de l’avant-gardisme dont il y faisait preuve. L’idée est en effet plus de mettre en avant ses particularités que de réaliser sa biographie. Le récit est assez simple et aurait peu d’intérêt sans l’aspect « inspiré de faits réels », mais n’en est pas moins cohérent et bien rythmé.Les dessins sont soigneusement détaillés. Le rendu est classique, avec un crayonné assez fort accentuant les sujets principaux. Les travaux de Klimt évoqués sont réinterprétés plutôt que cités et le résultat est réussi et efficace : le redesign des œuvres permet une intégration fluide dans les cases tout en invitant à les découvrir sous un angle neuf.Le récit principal est suivi d’un court cahier didactique sur Gustav Klimt. Il complète la bande dessinée en développant quelques sujets qu’elle évoque. On y voit notamment des reproductions des œuvres évoquées dans l’album. Ainsi, le lecteur a à portée de main de quoi satisfaire sa curiosité, titillée par l’histoire racontée en images et phylactères.La bande dessinée Klimt est une introduction sympathique à l’œuvre de l’artiste. Les connaisseurs n’apprendront probablement pas grand-chose, là où les néophytes apprécieront l’accessibilité du propos et les informations proposées en fin d’ouvrage. Les visuels soignés plairont aux amateurs de bande dessinée traditionnelle, alors que l’histoire…