NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Emma et Jean retournent sur les lieux de leur rencontre. À présent séparés, ils se souviennent de ce premier jour : Emma qui attendait son bus. Jean qui, par manque d’inspiration pour son livre, était sorti prendre l’air. Distraite comme pas deux, Emma qui s’était trompée d’arrêt de bus et Jean, en parfait gentleman, qui lui avait tenu compagnie. Un tour à la fête foraine toute proche et la grande roue de l’amour s’était mise en marche.Au début, tout roulait paisiblement. Ils se serraient l’un contre l’autre, se tenaient chaud. Emma, qui manquait cruellement de confiance en elle, reprit l’écriture de ses poèmes. Jean retrouva l’inspiration et finit son livre. Mais peu à peu, les vieux mécanismes de la grande roue s’emballèrent,…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La fête noire"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9212 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Conversation en Wallonie / Un Faust

Conversation en Wallonie, regard neuf et sensible sur la condition…

Le retour de Capiche

Minus et GibusOyez Bonnes Gens et Souvenez-vous en Il était une fois il y a vingt ansDans la verte forêt d'ArdenneAidé…

Notes prises d'une lucarne suivi de Petit théâtre aux chandelles

Préface de Robert Frickx À propos du livre Les Notes prises d'une lucarne sont le produit d'un exercice quotidien qu'Hellens s'est imposé durant l'année 1917. On retrouve, dans ces textes en prose, d'une admirable sobriété, le reflet de la mutation que, sous l'influence de la lumière du Midi et des peintres qu'il fréquente alors (Matisse, Archipenko, Modigliani, André Lhote), l'art du poète subit après 1915. Quant au Petit théâtre aux chandelles , composé vers la même époque, il dénote un art très sûr de la scène, qui se concrétise notamment dans un mélange subtil d'érotisme, de légèreté et de cruauté. Mariant le badinage au cynisme, le théâtre d'Hellens fait penser tantôt à Marivaux, tantôt à Musset, mais il s'écarte de ce modèles dans certaines pièces qui, tel Massacrons les innocents, annonce l'univers baroque de…