La bouquinerie, réseau social


En 1968, j’effectuais une tournée des bouquineries bruxelloises pour me procurer au moindre prix les exemplaires des " Aventures du commissaire San Antonio " – 58 au total – de Frédéric Dard que j’avais décidé d’étudier pour mon travail de fin d’études universitaires en philologie romane. Je connaissais bien la commune de Saint-Gilles, dont la chaussée de Waterloo était un axe commercial important, avec deux grandes salles de cinéma. Les rues adjacentes fourmillaient également de commerces, dont une petite bouquinerie. La première fois que je suis entré dans celle-ci, une dame âgée, habillée de sombre, un peu revêche, encaissa les 5 francs belges pour le livre que j’avais trouvé. Je ne mis plus les pieds dans ce magasin pendant une petite vingtaine d’années. Lorsque j’y revins, je découvris une charmante jeune femme dans un décor qui avait bien changé. Les rayonnages n’alignaient plus de livres aux couvertures sombres mais plutôt des…
  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:livre lieu population - "La bouquinerie, réseau social"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10141 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Ethnographie gourmande de la Ducasse montoise

[p. 243  version papier]  Dissipons un malentendu…

Le tourisme de mémoire au lendemain de la Première Guerre mondiale

[Traduit du néerlandais par Jean-Marie Jacquet.] Une sensation de vide et de tragique. Dès avant…