Il va pleuvoir


RÉSUMÉ
Dans le monde des professionnels du livre jeunesse, son prénom, dont elle fait avancer les deux "n" à rebrousse-poil, a valeur de signal : chaque nouvel album d'Anne Herbauts fait figure d'événement. Mais quel plaisir d'accompagner de nouveaux lecteurs – de nouvelles lectrices – dans la découverte d'une de ces pépites. Montrez-leur par exemple la couverture de Il va pleuvoir.…
  lire la suite sur  Littérature de jeunesse

À PROPOS DE L'AUTEUR
Anne Herbauts
Auteur et illustrateur de Il va pleuvoir

Née le 27 décembre 1975 à Bruxelles

Illustration et Bandes dessinées, Académie royale des Beaux-Arts, Bruxelles

Anne Herbauts récolte des échardes de lune, fait des copeaux d’images sous les arbres dessinés maladroits. Elle dessine vides et absences par contours d’écritures, par traces d’évidement, par empilement, répétition, bégaiement. Elle n’est ni dans l’image, ni dans le texte, mais dans les deux à la fois. Lauréate d’une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Résidence d’auteur, 2006 Lauréate d’une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide à la création, 2009 et 2011

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Il va pleuvoir"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16281 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Lis-moi une histoire

Le plaisir d’écouter la lecture d’une histoire amène le loup à…

Le souffle de ma Mamie

Au fond de son armoire, une petite fille découvre un ballon tout plissé. Un restant de fête d’anniversaire, une trace d’un souvenir. C’est sa grand-mère, disparue depuis peu, qui l’avait gonflé. Alors, cette enfant imagine le chemin que pourrait emprunter le souffle de sa Mamie si elle le laissait s’échapper. Au fil des pages, c’est un voyage tout en délicatesse comme une plume qui s’envole qui emporte avec lui le lecteur et ses pensées. Cet album aborde avec poésie et pudeur les thèmes de la mort, du deuil et du retour à la vie. Il est judicieusement écrit à la première personne du singulier. Ce « je » permet aux plus jeunes lecteurs de s’identifier au personnage. Les teintes dominantes utilisées par Catherine Metzeyer passent des couleurs froides aux chaudes en fonction des émotions véhiculées dans l’histoire. Chaque double page permet également de voyager à travers les yeux de cette petite fille qui va peu à peu laisser reprendre le cours de sa…