Histoire du chien et des hommes


RÉSUMÉ

Le chien est notre plus vieux compagnon, présent dès l’aube des temps, à l’âge de bronze. Divinité, il devient ensuite « démon familier ». Comme le chat, le chien noir fut particulièrement martyrisé. Ce n’est pas le fait de fabriquer de l’or qui fut fatal à l’alchimiste vénitien Bragadini, mais bien celui de posséder deux chiens couleur nuit… Au XIème siècle, sur ordre du duc Guillaume II de Bavière, l’homme fut exécuté,…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
José Moinaut
Auteur de Histoire du chien et des hommes
Né à Ixelles, le 5 août 1937. Père flamand et mère gaumaise. De son vrai nom : José Maerevoet. José Moinaut commença par écrire des paroles de chansons pour Jacky Moulière, poulain d'Henri Salvador dans les années 60. Il publie alors des poèmes, et envisage de devenir auteur-interprète. Il quitte la Belgique pour s'installer à Paris. Puis, après son mariage (avec une Liégeoise rencontrée à Paris), il rentre à Bruxelles.Il a suivi des cours de dessin et de peinture aux Beaux-Arts, mais l'art pictural ne l'intéresse plus. Pour gagner sa vie, ou plus exactement son pain, il travaille dans le tirage de plans, et dit à qui veut l'entendre : Je tire mon planEn 1978, sort son premier 33 tours de 12 chansons, dont les musiques et les arrangements sont de José Véranne. Quelques titres : Mon général Gandhi, Méditation sur un enfant, J'ai toujours aimé les chats, Exode en Gaume. Quelques années plus tard, il publie un roman autobiographique : Un piano sur des nuages, encouragé par Michel Bataille qui en écrit la préface.En 1983, sort son second 33 tours : Contes à rebours, où l'on trouve une Lettre à Léo Ferré, une chanson intitulée Michel de Ghelderode, et surtout Le bo d'Buneau, dont la musique est de Jean-Claude Watrin. Il abandonnera cependant la chanson, se consacrant exclusivement à la littérature. En 1988, son recueil de nouvelles étranges: Chronique de l'ère du C.H.A.T est préfacé par Thomas Owen, ce qui l'encourage beaucoup.Ensuite, ce seront des essais : Histoire du chat et des hommes, en 1997, puis Histoire du chien et des hommes. Il correspond régulièrement avec des écrivains aussi différents que Philippe Ragueneau et Béatrix Beck, mais pour rien au monde ne veut remonter sur les planches. Désormais, cet oiseau-là a choisi la plume plutôt que le ramage. Mais il chante, encore et toujours, à sa façon. Sans doute espère-t-il correspondre au portrait tracé par Owen : José Moinaut est un drôle d'oiseau. Fine plume, mais âme sensible et fragile, il aurait très bien pu n'être qu'un oiseau pour le chat. Mais une force secrète l'habite et le galvanise. Il a pris du volume. Le voilà déjà pareil à une colombe annonciatrice des temps d'amour et de solidarité entre les hommes, les chats et tous les animaux du monde. Il s'envole, il grandit encore, il prend de la hauteur, il plane, il se laisse porter par le vent...José s'est éteint à Bruxelles le 29 avril 2008.
José MAEREVOET
Auteur de Histoire du chien et des hommes
Voir sous son pseudonyme MOINAUT José.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:chien - "Histoire du chien et des hommes"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Civiliser la modernité ? Whitehead et les ruminations du sens commun

Dans cet essai, Isabelle Stengers poursuit une œuvre qui construit la philosophie comme insoumission, comme problématisation. Comment prolonger, relancer l’héritage de Whitehead dans une époque plongée dans l’ère de l’Anthropocène (plus exactement Capitalocène), marquée par des ravages écologiques menaçant la survie des écosystèmes, de l’homme lui-même ? Stengers et Whitehead rejettent la scène platonicienne inaugurale qui sous-tend la philosophie : la séparation entre vérité et opinion reléguée dans l’ignorance, entre ceux qui savent et citoyens prisonniers de la doxa . À rebours de cette disqualification du sens commun, de la guerre que livrent à ce dernier une certaine science, une certaine philosophie, Whitehead en appelle à souder  l’imagination au sens commun. Le rejet du mépris du sens commun a un corrélat : l’abandon de la bifurcation de la nature entre réalité objective et réalité subjective, entre faits et valeurs. La bifurcation de la nature a en effet entraîné une bifurcation des savoirs qui, opposant objectivité des faits et jugements de valeur, s’avance comme une arme d’autorité permettant de faire taire les opinions des acteurs sociaux. Questionner les manières d’activer les savoirs des citoyens, leurs expériences face aux experts, c’est faire importer ce que les experts négligent, mais aussi veiller à ne pas reproduire de disqualifications, à ne pas ressembler à l’ennemi. À partir de Whitehead mais aussi Deleuze, Haraway, Latour, Souriau, Isabelle Stengers tisse une écologie des pratiques apte à forger de nouveaux récits sur ce qui nous est advenu à la modernité : comment avons-nous pensé être sortis de l’animisme alors que, comme le montre David Abram, notre animisme a migré vers l’écriture ? Comment en sommes-nous venus à conclure à une exceptionnalité humaine, au spécisme, à la domination de l’abstraction ? De l’amarante qui a résisté au Round Up de Monsanto à l’agencement formé par Donna Haraway et sa chienne Cayenne, de la question des dettes impayées (colonisation, destruction par l’Occident des civilisations autres) à la méfiance face aux «  fables modernistes où rivalisent la célébration de la grandeur de l’Homme et la dénonciation de Sa culpabilité  » (se déclarer coupables d’une part «  ne peut tenir lieu de principe  », d’autre part, cantonne les victimes dans la posture de l’innocence), Isabelle Stengers active l’héritage de Whitehead en déployant une pensée ouverte sur les possibles, au plus loin de la déploration ou de la résignation à l’impuissance. Dans sa préface à l’essai d’Anna Tsing, Le Champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vie dans les ruines du capitalisme , elle relaie cette nécessité d’apprendre à «  vivre dans les ruines  ». Lire aussi : un extrait de  Civiliser la modernité?  Le geste spéculatif qu’elle propose — qu’elle désigne comme la «  version SF, tentaculaire  » de la métaphysique de Whitehead — rappelle que «  même si nous étions capables d’échapper au pire, c’est sur une terre appauvrie, empoisonnée, épuisée, au climat profondément et très durablement perturbé que nos descendants auront à vivre  ». Essai vital et vitaliste, exhaussant nos puissances d’exister, Civiliser la modernité ?  nous lance des outils sans maître ni guide, nous incite à fabriquer des mondes. «  Civiliser  » une science prise dans l’abstraction va de pair avec la création de ressources de penser, d’agir, de résister, avec l’expérimentation d’autres manières d’exister, d’être affecté, de nouer des agencements où se connectent…