Fils de prolétaire


RÉSUMÉ

Philippe Herbet est photographe. Il aime photographier les gens qui lui racontent leurs histoires de vie lors de ses voyages, notamment en Russie, où il vit une partie de l’année, et en Orient. Il a fui une enfance terne et difficile, à l’image de celles magnifiées dans l’oeuvre des frères Dardenne.
Mais combien faut-il avoir traversé de pays pour pouvoir un jour se retourner sur sa propre enfance ? Et découvrir ainsi dans le modeste et l’ordinaire, dans le silence d’une enfance parfois malheureuse, le sentiment de la joie.



NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Si la photographie a le don de reproduire à l’infini ce qui n’a lieu qu’une fois (Barthes), l’écriture a celui, tout aussi bouleversant, de mettre en mouvement des instantanés. C’est ce que le récit autobiographique de Philippe Herbet, photographe mais aussi – s’il était encore besoin de s’en assurer[1] – écrivain, expose avec clarté. Publié aux éditions Arléa dans la collection « La rencontre », Fils de prolétaire travaille le passage du temps en parcourant de petits tableaux d’un quotidien passé, délicats morceaux de souvenirs effrités dans la soupe du temps, toujours racontés au présent – pour pallier, peut-être, à cette sentence lapidaire et presque désintéressée : “Je n’ai pas de photos d’enfance.”


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:photographie - "Fils de prolétaire"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

American Macadam

American Macadam est le treizième titre de la collection « Je », dans laquelle nous avons déjà…

Deux fauteuils au balcon

La famille a la cote en littérature ces derniers temps. Elle y apparaît…