Fernand Severin. Le poète et son art


RÉSUMÉ

À propos du livre (Texte du 1er chapitre intitulé «Enfance et adolescence» de l’Introduction)

Parmi les souvenirs auxquels se plaisait un poète si peu prodigue de confidences, on ne saurait négliger ceux qu’il évoquait en nommant la ferme de Pinteville, «isolée au milieu des campagnes, à un quart d’heure du village de Grand-Manil dont elle dépend».


DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)
Lire un extrait

I. — IMAGINATION ET SENSIBILITÉ

A) Une poésie de l'âme

De la lecture de Severin, on sort comme d'un long silence au cours duquel on s'est replié sur soi-même, détaché des contingences, pour écouter en soi murmurer une âme. œuvre entière, du Lys renié à la Source au fond des bois, laisse une impression de nostalgie; on la quitte à la fois purifié d'égoïsme terre à terre et isolé dans un monde de raffinements et de contemplations. On se sent haussé, mais centré. Autour de soi, l'univers s'est rapetissé, vu de loin, c'est-à-dire du dedans de l'être. La nature semble s'être réduite, quintessenciée. Des hommes, nul souvenir. L'Amour, jusqu'à la Solitude heureuse, s'est assis à nos côtés noblement, insaisissable et proche. Mais d'un bout à l'autre, le coeur s'est ouvert, l'âme a parlé…

La poésie de Severin, c'est bien un chant intérieur, un murmure, une plainte ou une extase, les yeux fermés. Les poèmes du Lys, c'était déjà cela, moins abstraitement, plus charnellement. L'œuvre autorisée s'est elle-même comme purifiée; mais le champ visuel ne s'en est pas agrandi, bien qu'il y paraisse dans la Source au fond des bois. Car, pour le lecteur, et du point de vue de l'émotion, le champ poétique est rétréci : celui que Severin invite à contempler simplement la nature et les cieux, s'il le suit, continue avant tout de l'écouter, lui, le Poète, et de se chercher, de se découvrir en lui. Il termine ainsi, aux confins du réel, les étapes d'un rêve dont il fut le centre.

Qu'est-ce à dire sinon que le créateur de cette œuvre a proposé à son lyrisme le cœur plutôt que le monde et que les autres hommes, l'esprit plutôt que la matière, l'«ineffable» de préférence au saisissable ou à l'imaginable, aux harmonies de l'univers, aux chimères du Passé ou de l'Avenir? Ce poète-là exalte le cœur et le replie sur lui-même. Noble égotisme où se reflète le souvenir des choses, où viennent mourir les passions humaines, mais où persiste leur essence : la poésie de Severin est vraiment essentielle…

Nous l'entendons bien : elle ne projette pas vers des visions, ni ne requiert par les images. Cependant nulle n'a plus d'attaches avec la vie, avec la nature, n'est plus fondue en elles, ne les suggère davantage, sinon celle de Lamartine, du Lamartine des Méditations et non du Lamartine des Harmonies. Le cri de l'auteur du Lac :

Objets inanimés, avez-vous donc une âme…,

c'est celui de Severin :

Quels occultes liens nous unissent au monde!

Mais avec une différence : c'est que Severin, lorsque lui aussi voudra ajouter des cordes à sa lyre, ne dépassera guère le stade de la sensibilité. Sa poésie ne s'élargira pas. Au contraire, elle s'anémiera au fur et à mesure que les sensations se déchargeront de leur potentiel lyrique. Elle s'épurera, se clarifiera; mais elle restera identique dans sa source : le cœur, l'être entier réagissant, selon un mode unique de l'imagination, au branle du désir ou de la pensée, ou bien encore aux excitations extérieures.
Table des matières

LA VIE ET L'ŒUVRE

ENFANCE ET ADOLESCENCE

LA CARRIÈRE POÉTIQUE

LE SILENCE

LIVRE I : LE POÈTE ET SON IDÉAL ARTISTIQUE

I. IMAGINATION ET SENSIBILITÉ
A) Une poésie de l'âme
B) L'organisation sensorielle
C) L'aide à l'imagination

II. LES LUTTES D'UN POÈTE.
A) L'étrange science
B) Un idéal d'expression
C) L'abandon d'un thème
D) Le poète naturiste et ses faiblesses

III. L'IDÉAL POÉTIQUE
A) L'inspiration
B) Les «arts poétiques»

LIVRE II : L'ART DE LA COMPOSITION

À PROPOS DE L'AUTEUR
Élie Willaime
Auteur de Fernand Severin. Le poète et son art
Élie Willaime est né à Moiry (Ardennes françaises), le 22 mai 1900. Sa mère, née Marthe Bourg, était originaire de ce village et y était retournée pour accoucher.Son père, Julien Willaime (1874-1961), était natif d'Offagne. Instituteur, il enseignait à Villers-devant-Orval, à une quinzaine de kilomètres de Florenville, depuis 1895.Élie Willaime a donc fait son école primaire auprès de son père, puis il a suivi pendant trois ans les cours du collège Saint-Joseph, à Virton.Survient la Première Guerre mondiale, qui a vu, au voisinage de la frontière franco-belge, et particulièrement en Gaume, les désastreux revers des armées françaises. Élie, sa mère, son frère âgé de sept ans et sa petite soeur qui n'a que quelques mois se joignent au flot des personnes fuyant l'invasion. Ils se retrouvent à Toucy, dans l'Yonne, où ils vont demeurer quatre ans. M. Willaime père est resté à son poste, il donne en outre des soins aux blessés, défend la population villageoise face à l'occupant nouvellement arrivé et contribue à lui éviter des sévices qui ne furent pas épargnés, on le sait, à d'autres villages de la région.La séparation de la famille va durer toute la guerre.A Toucy, Élie Willaime travaille aux champs, conduit la charrue, pour payer l'hébergement que des paysans concèdent à sa famille.Il va à l'école également et, devant ses bons résultats, est admis à l'école normale d'Auxerre, d'où il sort diplômé instituteur en 1919.Revenu en Belgique, il poursuit ses études. Il sort régent littéraire de l'école normale de Nivelles en 1922. (Le 20 mai de cette même année, au consulat de France à Charleroi, il a renoncé à la nationalité française qu'on lui proposait de conserver).Après son service militaire, Élie Willaime est d'abord désigné comme surveillant puis professeur à l'Athénée de Virton (1924-1928).Poursuivant ses études, il subit avec succès l'examen l'habilitant à enseigner le français dans les écoles normales. (L'organisation des écoles normales, qui a beaucoup évolué depuis trente ans, permettait alors à des régents ayant subi un examen complémentaire - écrit et pratique - d'enseigner aux futurs instituteurs). Il est successivement professeur aux écoles normales de Couvin (1928-1930) et de Nivelles (à partir de 1930).Tout en enseignant, il s'inscrit comme étudiant à l'ULB et y obtient, en 1936, le titre de licencié-agrégé en philologie romane, puis celui de docteur en 1937.Mobilisé avec le grade de capitaine-commandant de réserve. Après la guerre, Élie Willaime devient directeur des écoles normales primaire et secondaire de Nivelles, où il avait fait ses études et enseigné (1945-1949).Il connaît alors des problèmes de santé et en profite pour séjourner aux États-Unis, où habitaient les parents de sa femme, née Yvonne Henry.Ceux-ci, originaires de Florenville, avaient émigré aux États-Unis en 1902. Une fille, future épouse du poète, leur était née en 1905, à Woonsocket (Rhode Island).Les jeunes gens s'étaient rencontrés à Villers-devant-Orval, lors d'un voyage de retour au pays, en 1926. Ils s'étaient mariés le 23 juillet 1930. De leur union naquirent deux enfants, une fille, Gislaine, et un fils, Jacques.Rétabli, Élie Willaime reprit une charge directoriale moins lourde : il fut préfet de l'Athénée royal de Chimay (1952-1960, date de sa mise à la retraite).Élie Willaime s'était alors fixé à Waterloo, où il mourut le 11 novembre 1987, vingt mois après son épouse.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:poète âme poésie mère cœur vie nature monde imagination enfance auteur - "Fernand Severin. Le poète et son art"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Au cœur des hommes : Enquête sur les affects masculins

Autrice d’une œuvre aussi importante que singulière, psychologue, philosophe, Sandrine Willems interroge dans son essai-enquête Au cœur des hommes la construction de l’identité masculine, le rapport qu’elle implique à la sphère des affects, amour, amitié, joie, tristesse… Ayant recueilli les propos d’une douzaine d’hommes âgés de 25 à 65 ans, elle amène ses interlocuteurs à questionner leurs rapports à l’autre, au genre, au monde, à la vie, à l’invention de soi. Dans sa préface, ce qui a suscité le désir de mener une telle enquête est dévoilé : «  L’origine de ce projet se situe dans ma réaction au livre d’une femme, où je trouvais que les hommes étaient caricaturés, soit en lourdauds qui ne comprenaient rien, soit en figures éthérées, pleines d’idéaux abstraits — face à des femmes qui avaient l’apanage d’une sensibilité incarnée. Cette vision simpliste me heurtait d’autant plus qu’elle me semblait faire écho à certains extrêmes d’un féminisme contemporain, qui remet sur un piédestal d’archaïques puissances matriarcales, pour dénigrer le masculin, comme voué à l’intellectualisation, à ses futilités et ses dangers  ». C’est avec la sensibilité de l’éthologue, le radar de l’écologie des pratiques animales, humaines ou non-humaines, que Sandrine Willems écoute ses interlocuteurs, sans exporter dans leurs paroles des visions, des stéréotypes (anciens ou nouveaux), des grilles d’analyse. Certes, la formulation des questions, le choix des champs d’investigation prédéfinissent, à tout le moins les réponses.Que des clichés aient la vie dure, que certaines femmes figent les hommes (les uns et les autres cisgenres ou transgenres) dans des rôles enfermants, étouffants, que nombre d’hommes (et de femmes) aient intériorisé des visions normatives, des attentes relève des mécanismes de socialisation que Pierre Bourdieu nomme habitus . Mais il n’y a pas d’héritage de modes de pensée, de valeurs, de modèles sans un bougé, une réinvention des rôles, des manières de vivre et de s’inscrire dans le monde. La formule sartrienne «  L’existence précède l’essence  » rend compte de cette inadéquation à soi, de ce devenir d’une identité qui ne coïncide jamais avec elle-même. Afin d’amener les personnes interrogées à se pencher sur leurs affects, sur leur perception du sentiment amoureux, de la tendresse, leur porosité par rapport au monde, le mythe de l’androgynie, leur part féminine, les larmes ou encore la sublimation, l’introspection sur le continent des affects se doit d’être relayée par une mise en pensée de ce qui échappe au plan de l’idéel. Comment, sous quelles formes (superficielles ou plus profondes), l’ouverture à de nouveaux nouages entre soi et soi, soi et l’autre, soi et le monde, l’expérimentation d’un affect «  océanique  » qui s’élargit au non-humain modifient-elles le plan de la psychè et du socius ? Appartenant à certains groupes sociaux, à certains milieux professionnels, culturels, les hommes qui se sont prêtés à l’enquête ne forment qu’un échantillon de la population. Sandrine Willems ne place pas son curseur sur le plan sociologique ou psychologique mais dans un espace éthologique qui recueille des savoirs de soi, des expériences, des doutes. Que disent les affects (passés dans l’athanor de la réflexion) de ceux qui les expriment ? Que perd-on du rapport intime à soi dans sa traduction en concepts ? Comment éviter que le désir d’inventer de nouveaux affects ne devienne un programme alors que le propre des révolutions existentielles est de surgir dans un mélange de pulsions intensives et de riposte à une situation vécue comme insupportable ? Comment être aux aguets et déjouer les nouveaux stéréotypes castrateurs qui remplacent les anciens ? En Occident, le 21e siècle cultive avec brio le paradoxe d’un appel à la libération de soi qui engendre des injonctions massives, des pressions sociétales, des effets de mode moralisateurs et aliénants. C’est avec empathie et dotée de l’oreille d’une musicienne-poète que Sandrine Willems écoute les voix qui explorent les questions qu’elle leur tend, qui se confient à elle. Véronique Bergen En savoir plus Les propos réunis ici sont issus d’interviews, d’une douzaine d’hommes entre 25 et 65 ans. Ils se demandent ce que peut vouloir dire aujourd’hui être  «  un homme  »  et interrogent les multiples sens que ce terme peut prendre, ceux dont ils ne veulent plus, ceux qui restent à inventer. Des hétéros, des bis, des gays, questionnent leur prétendue féminité, et la différence des genres, si incertaine, de nos jours particulièrement vacillante. Par là chacun tente de dire son monde intérieur, ses humeurs, le fond de son  «  cœur  »  ou de son  «  âme  » , et ce que ces mots issus d’un autre âge signifient pour lui. Ce qui mène à réinterroger du même coup l’amour, l’amitié, et ce qui pourrait les élargir, les englober, dans ce qu’on a pu appeler un affect  «  océanique  » , où l’on se sentirait relié au monde non humain, ou à l’inconnu de ce qui nous dépasse. «  Je me sens masculin, au sens d’une adéquation à mon corps, mais parfois j’ai envie d’être une femme. J’ai l’impression de ne pas coller à ce rôle d’homme, je n’ai pas envie de ça, d’être du côté de la force, de celui qui doit porter la femme, de celui qui doit fermer sa gueule. J’ai l’impression que je n’ai pas assez de confiance pour ça, et j’ai envie qu’on me protège aussi. …

Topiques pour le monde actuel

Topiques pour le monde actuel s’ouvre avec un visage dual en très gros plan, inquisiteur,…

Odilon-Jean Périer

À propos du livre C'est une périlleuse entreprise que de présenter un…