Èle èst woute ! / Elle est passée !


Christine Tiercet (Charleroi 1950). Licenciée en histoire, après une carrière dans l’enseignement secondaire, elle participe aux travaux de l’atelier wallon de  » l’Université du Temps disponible  » de la Province de Hainaut à Charleroi. Elle écrit en ouest-wallon de Gerpinnes, une localité où elle a vécu une partie de sa jeunesse et dont elle garde des souvenirs émus.

                                                                   * Dimanche de Pentecôte . Nous arrivons tôt chez mes grands-parents.
« Bonjour, maman. Mon père n’est pas là ?
– Si, il est au chartil ou bien au poulailler. »
En les laissant parler, je vais en courant vers le jardin pour être la première à embrasser mon grand-père. La porte du chartil est ouverte. Je passe la tête et, plutôt que de dire bonjour,…

  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:xfirstword - "Èle èst woute ! / Elle est passée !"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10141 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Çou k’ djåzer walon vout dire ( Istwere / motlî walon )

Ci nute la, endè touma 3 ou 4 do costé d’ Ougrêye et d’ Kincampwès ossu. Bén k’ nos avéns pris l’ decizion do dmani el cåve, mi popa nos djha : 
« Ci côp cial, mes efants i nos fårè bén rprinde li voye di l’ abri. » Tot-z apiçant al vole kékes covtoes po s’ restchåfer la wice ki n’ fijheut nén solo, vo nos la-st evoye tot corant, prindant l’ rowe lérece del cité et Dzo les Vegnes po rdjonde l’ abri d’ Chimeuse k’ esteut d’ foirt lon li pus seur disconte les bombes et les robots. Come nos arivéns å pî d’ l’ ovraedje, divant nozôtes si dispaitchént come i polént ene pitite feme avou ses cwate efants. Vos vs dotez bén ki l’ feme aveut totes les poennes do monde a fé avanci s’ trûlêye. A l’ copete del gritchete ki moennnéve a l’ abri, li responsåve breya: 
« Hê, vos, la, nosse dame ! Dixhombrez vs on pô avou tos vos djonnes ! Mi, dji doe serer l’ poite. » Dj’ oya-st ossu tot passant divant l’ ome di l’ abri li feme ki lyi breya tote dishoflêye: 
« Dijhoz, måhonteus, c’ est les robetes k’ ont des djonnes. » Cisse-lale, 
« c’ est les robetes k’ ont des djonnes ! », mågré ki dji n’ aveu k’ set ans, dji n’ l’ a måy rovyî. C’ esteut ene tote bele replike et l’ responsåve ni trova rén a responde. Mi, après tant d’ anêyes, elle est dmanowe e m’ tiesse, et î dmorrè disk’ å dierin djoû di m’ veye. C’ est come si c’ esteut scrît e m’ cervea. Li guere, paret ! © Richard Joelants, li 13 d’…

Notes autour de "M" de Yolande Zauberman

Au cinéma, le silence parle, et c'est le visage.…

Éditorial : EXIT

Voici le 68e numéro en 35 ans de notre revue littéraire.  Il présente des textes littéraires et journalistiques de quelque 40 auteures et auteurs de notre…