De toutes mes farces


RÉSUMÉ

Éric Dejaeger, auteur belge de renommée internationale d’après la presse des îles Kerguelen, est ce qu’on appelle un sniper. Il tire sur tout ce qui bouge et même sur ce qui ne bouge plus.

Les souffre-douleur du pépé flingueur : les réseaux sociaux « Qui peut « liker » hormis un laquais ? » ; les acteurs de la vie politique : « Désignez-moi l’homme politique incorruptible et je lui balance le premier pot-de-vin. » ; le cénacle des littérateurs : « Dans un vrai restaurant littéraire, le chef accommode à toutes les sauces le nombril, la grande gueule et le trou du cul. »

Sans honte, il avoue toujours des passions déraisonnables pour l’apéro : « Il y a dans l’alcool quelque chose que les abstinents ne peuvent comprendre. » et son goût pour l’oisiveté : « Une de mes activités préférées : somnoler en rêvassant. »

C’est sans nuance, brut de décoffrage, on en prend plein la tronche, on grimace ou on s’esclaffe… et puis, on finit par se demander si derrière cette manière percutante de se moquer de (presque) tout, il ne nous ferait pas un peu la morale, le père Dejaeger…


À PROPOS DE L'AUTEUR
Éric Dejaeger
Auteur de De toutes mes farces
Éric Dejaeger est né à Charleroi en 1958 et habite depuis toujours à la lisière du Pays Noir. Marié, père et grand-père, il est professeur d’anglais et de néerlandais, à la retraite depuis 2016. Depuis son plus jeune âge, il se passionne pour la littérature. Il lit en moyenne cent vingt titres par an. Il s’est occupé de microédition entre 1990 et 2017 (revue Écrits Vains et plaquettes Refusés jusqu’en 1999 ; revue Microbe et plaquettes Mi(ni)crobes de 2000 à 20017). Il a régulièrement traduit des auteurs anglo-saxons inconnus sur le vieux continent. Depuis 1981, plus de huit cents de ses textes sont parus dans une petite centaine de revues, dont près de quarante dans l’irrévérent Fluide Glacial. Depuis 1996, il a publié une cinquantaine de livres et plaquettes en Belgique et en France dans différents genres : romans, poésie, aphorismes, contes brefs, lexiques détournés, nouvelles, théâtre, parodies poétiques, listes « potachères ». En 2001, dans sa préface à Élagage max… (Éd. Memor), Jacques Sternberg écrit : « Tu m’as immédiatement fait penser à un pro du raccourci, un virtuose de l’ellipse, un rechercheur, non pas des fioritures ou des arabesques, mais plus simplement de la chute finale, du choc imprévu. Ou même du gag brutal. » Cela résume assez bien la « philosophie » littéraire d’Éric Dejaeger : pourquoi faire long quand on peut faire court ? Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Et, surtout, pourquoi se passer d’humour quand il n’attend qu’à être couché sur le papier ? Quand il écrit, il va droit au but et ne peut s’empêcher d’utiliser l’humour, du blanc clair au noir foncé. Anarchiste impur et mou, individualiste forcené, il refuse catégoriquement les concessions aux modes et les étiquettes. https://www.areaw.be/eric-de-jaeger/

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "De toutes mes farces"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9226 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Ainsi râlait Zara Fouchtra

Quand arrive leur crépuscule, les idoles ont deux solutions : soit…

Grande vie et petite mort du poète fourbe

Éric Allard est une figure discrète mais importante…

Le virelangue

Que Julos Beaucarne affectionne le virelangue - dont on ne sait peut-être pas que c'est mots ou phrases…